On pouvait donc sauver le monde…

C’est la conclusion et le titre d’un article qui fait le bilan des « Objectifs du millénaire » (vous savez, ce machin onusien qu’on nous ressort de temps en temps mais dont on ne s’occupe guère) et ce à la lumière des milliers de milliard jetés dans les plans de relance subventions du capitalisme sauvage lancés tant en Europe qu’aux USA.

Le moins qu’on puisse dire c’est que le constat est amer: http://www.betapolitique.fr/3-000-000-000-000-on-pouvait-donc-13687.html

Qu’attend donc la gauche pour reprendre ces discours ? Ou est-elle embêté à ce point gangrénée par le réformisme qu’elle est incapable de critiquer sa participation aux années de pillage et de faire son aggiornamento ? Peut-être que comme il est dit dans le billet précédent « les gardiens du temple ne changent pas, c’est toujours la même bande qui tient les micros » malgré l’échec croissant de sa politique. Espèrons que ça change au fur et à mesure que la crise s’installe et que les gens se rendront compte que c’est eux qui subventionnent les erreurs des possédant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *