La première conférence de presse des Talibans

J’ai collationné ici différentes sources en anglais (USA) sur la 1ère conférence de presse du nouveau pouvoir Afghan. La presse francophone dominante (MSM) n’en parle pas ou attend que le New York Times (NYT) et le Washington Post (WaPo) aient décidé du sens du vent, comme d’habitude. Je vous conseille toutefois de jeter un coup d’œil à Investg’Action qui est généralement fiable en matière de monde arabe et a été très réactif. Le Grand soir offre une rapide chronologie des évènements de l’Afghanistan moderne.

La conférence a commencé par une récitation du Coran félicitant les vainqueurs et une autre sur l’unité. Elle se poursuit avec les points suivants

  • Nous avions le droit légitime de libérer le pays.
  • Nous pardonnons à tous ceux qui ont combattu contre nous.
  • Nous ne voulons pas d’ennemis externes ou internes.
  • Un gouvernement fort, islamique et inclusif.
  • Pas de victimes talibanes à Kaboul.
  • Assurer la sécurité à Kaboul.
  • Assurer la sécurité des ambassades.
  • Nous ne voulons ni chaos ni désagréments à Kaboul.
  • Confirme que les Talibans ne se sont rendu à Kaboul que pour assurer la sécurité dans les rues. Les émeutiers, les voleurs voulaient utiliser le nom des Talibans pour fouiller les maisons, etc.
  • Assure la sécurité de tous les pays voisins.
  • Assure à la communauté internationale qu’aucun pays ne sera lésé à partir du sol afghan.
  • Droits des femmes dans le cadre de la charia. Éducation, travail, etc. autorisés.
  • Construira des infrastructures pour l’économie afghane.
  • Demande à la communauté internationale d’y contribuer.
  • Assure l’activité des médias. Ils peuvent continuer à faire des reportages. Mais rien n’est contraire aux valeurs islamiques. Doit être impartial. Doit critiquer le travail de Talibans afin que le gouvernement Taliban puisse s’améliorer.
  • Les médias ne doivent pas travailler contre les valeurs nationales ou l’unité de la nation.

La version proposée ici vient de Moon of Alabama que j’ai traduit pour vous avec l’aide de Deepl et que j’ai vérifiée sur ce plan.

J’ai aussi relevé pour vous les diverses précisions venant d’autres sources à propos du statut des femmes Afghanes : « La burqa ne sera pas obligatoire, le foulard le sera (…) Les femmes pourront suivre l’enseignement y compris l’université (…) Elle pourront travailler (…) Tous les droits des femmes seront garantis dans les limites de la loi islamique. Les talibans considèrent les femmes comme un élément clé de la société, mais elles doivent se conformer aux normes de l’islam. » Notons au passage que c’est une femme qui a présenté Zabihullah Mujahid, l’intervenant de la conférence.

Comme la source primaire est arabophone, ce que je reprend ici sont des traductions de l’Afghan vers l’Américain vers le Français. Pour vérifier, j’ai été voir la source vidéo qui sert de base et dit en (très) résumé par un arabophone : « nous nous sommes battus pour notre patrie pendant 20 ans, nous nous sommes battus pour notre religion, l’islam et la loi islamique. Maintenant que la guerre est terminée, nous voulons être pacifiques. Nous avons des ambassades étrangères dans notre pays. Nous les protégerons. Nous autorisons les femmes dans chaque partie du pays selon le système islamique et les droits des femmes que l’Islam donne. Nous donnerons ces droits aux femmes et enverrons au monde le message que nous sommes un peuple pacifique et que nous voulons vivre en paix. Laissez-nous vivre dans notre propre pays. Nous voulons avoir de bonnes relations diplomatiques avec le monde. Et nous voulons établir un système islamique dans leur pays. Parce que nous sommes musulmans, notre religion et notre société sont l’Islam et nous voulons vivre sous la loi islamique ». Confirmation donc des versions anglophones.

Bien sûr ce sont des déclarations. On attend l’application de la chose et les détails où se niche le diable. Accessoirement, il sera très utile de voir comment notre presse va traiter la chose. De leur attitude, nous pourrons déduire très précisément la ligne officielle occidentale au sujet du nouveau pouvoir Afghan.

Sans aucun rapport mais un média russophone affirme que le chaos à l’aéroport ces derniers jours était principalement dû à sa prise de contrôle par les militaires USAméricains ( +/-7.000 soldats) qui l’ont utilisé à leur service exclusif sans se préoccuper le moins du monde des avions civils prévus. Ce serait cohérent avec leurs habitudes mais j’attends d’autres sources pour affirmer la chose.

Pour continuer sur les informations douteuses, j’ai été lire les commentaires de la vidéo sur YouTube. Comme par hasard, les premiers intervenants s’affirment arabophones et critiquent lourdement la traduction anglaise proposée mais n’offrent bizarrement aucune traduction de remplacement ni même des détails sur les points critiqués, contrairement à leurs quelques contradicteurs. Ça ressemble très fort aux comportements des manipulateurs et trolls plus ou moins gouvernementaux sur les médias sociaux comme on en voit trop souvent. A suivre !

Les mauvais romans d’espionnage de l’Otan

Quand on les revoit à froid, après la samba médiatique, les romans « Skripal & Novichock », « Novichok et Alexei Navalny » (<5% des voix) et « Vol d’un MH17 au-dessus de l’Ukraine » auraient été mieux écrit par l’auteur de « L’espion qui venait du froid », le très informé John le Carré que par les services occidentaux : espions, politiciens et presse aux ordres inclus. Leur manque total de finesse fait plutôt penser aux super-productions hollywoodienne.

Les cibles

Ce sont des objets et des personnages insignifiants dont la disparition n’aurait entraîné aucune modification de l’état du monde, les coups eussent-ils été parfaitement réussis.

Quel est l’intérêt politique ou militaire d’abattre au-dessus de l’Ukraine en pleine guerre civile, un avion civil, accessoirement appartenant à un pays très mal vu des USA, et qui n’emportait que des civils dont le seul « intérêt » est qu’ils sont occidentaux et totalement étrangers au conflit, donc que leur mort va déclencher une tempête médiatique.

Skripal est un espion soviétique retraité, passé 20 ans auparavant aux occidentaux. Plus personne donc. Pourquoi prendre le risque d’aller jusqu’en Angleterre pour y toucher avec un produit aussi politiquement marqué sur lequel nous reviendrons ?

Alexei Navalny n’a d’importance qu’à nos yeux d’occidentaux car en Russie il juste l’avocat de la doxa économique néo-libérale et néoconservatrice dont la population Russe ne veut plus entendre parler après le fiasco catastrophique des années Eltsine installé par nos soins. Elles furent bien pire que toutes les erreurs communistes locales réunies mais nous parlons peu de nos erreurs de casting. Suivant les élections, « L’Opposant » Navalny fait entre 1 et 5% des voix aux élections, loin derrière les communistes et leur 15-25% qui constituent les seuls réels opposants à Vadimir Poutine et ses alliés, sauf aux yeux des médias occidentaux. Y toucher va donc aussi déclencher une tempête dans les médias système que les « hasards » du capitalisme ont tous concentrés dans les mains de milliardaires, donc férocement aussi néo-libéraux que leur protégé. Tout ça fait juste de la publicité gratuite pour M. Nobody N° 2.

Les outils

L’instrument de deux de ces affaire est constitué par le Novitchok au mystérieux nom russe qui signifie… « petit nouveau ». Un nom déjà nettement moins vendeur. Il fut inventé jadis en URSS (ça ne rajeunit personne) mais maintenant que la poussière journalistique est retombée, nous pouvons savoir que sa recette relève quasiment du domaine public. D’autant que certains bio-chimistes concernés, dont Vil Mirzayanov, passèrent dès la chute de l’URSS dans les laboratoires militaires occidentaux où ils étaient payés, au moins (cf Eltsine, supra). Il est désormais produit un peu partout dans le monde, y compris au Royaume-Uni, d’ailleurs à quelques miles de chez les Skripal selon certains. Les services secrets… sont secrets à ce sujet.

Dernier point au sujet du Novitchok : le « petit nouveau » est hautement mortel… Sauf quand on l’utilise, apparemment : toutes les cibles visées comme les médecins, sauveteurs, policiers et enquêteurs qui l’ont parfois approché sans précaution ont tous survécu, sans effet même à moyen terme. Bizarre pour une arme de guerre neurotoxique décrite à juste titre comme absolue et rapide !?

L’outil du troisième attentat, aussi peu discret que le précédent est un missile anti-aérien soviétique (aussi) dénommé ici Buk (UK-US) ou Bouk (F) datant des années ’70. Il fait 750 Kg pièce, ça ne se porte vraiment pas sur l’épaule. Il est lancé depuis un tracteur tout-terrain qui en porte 4. Il est accompagné au minimum d’un véhicule radar et d’un véhicule de commandement. Plus le(s) engin(s) de transport des missiles. Vu le niveau de l’électronique soviétique d’il y a 50 ans, plus les chenilles, le blindage et probablement l’équipement NBC caractéristique de l’époque, c’est du lourd, du très, très lourd : quelques dizaines de tonnes pour chacun : 4 gros véhicules sur chenilles présentés ici en vidéo. Peu discret, on disait.

Les auteurs et leurs mobiles

Dans le coin, il est utilisé le plus fréquemment par l’armée ukrainienne, subsidiée par les USA et entraînée par divers occidentaux anglo-saxons. La barrière séparant cet ensemble de leurs supplétifs néo-nazis est très poreuse pour dire le moins. D’autant que les USA ont une longue histoire de collaboration avec les nazis, de von Braun au sulfureux Gehlen. Même si l’armée officielle ne les aiment pas tous ni toujours, les contacts existent. Et ces derniers sont de vrais fous meurtriers, ils l’ont prouvés par leurs paroles et, surtout, leurs actes : le massacre des civils par le feu à la Maison des Syndicats à Odessa pour prendre l’exemple le plus connu.

De l’autre côté, leurs opposants russophones, parfois communistes, pourraient aussi en avoir capturé l’un ou l’autre et l’avoir utilisé à plus ou moins bon escient. Mais cela nécessiterait d’avoir le personnel spécialisé ad hoc et d’avoir capturé l’entièreté de la chaîne d’utilisation qui avec sa portée de 20 km n’est exposé en première ligne. Il semble évident que si les partisans avait capturé un tel groupe, le premier soin des Ukies aurait été de le bombarder par tous les moyens disponibles : chars et unités motorisées avant qu’il n’ait traversé les lignes. De toute façon, ça fait beaucoup de monde, tous capturés et ne sabotant pas le travail ou identifiés et rameutés dans la population locale voire les volontaires Russes pour les utiliser.

Enfin, le dernier utilisateur potentiel est l’armée russe. Le long transport supposé de l’énorme convoi depuis la Russie n’est documenté que par Bellingcat, un organisme au financement suspect issu du MI-6 britannique, soit une source doublement anti-russe tant par son recrutement que par son métier. Ce dernier aussi très peu fiable : le métier des espions est de mentir et manipuler. Ils s’en vantent même. Précisons aussi que ce trajet n’a été observé par aucun satellite-espion côté armée américaine. Bizarre, non ?

Reste une question, la même que pour les affaires « petit nouveau »: pourquoi ? Pourquoi auraient-ils transporté ces engins à travers la partie russophone de l’Ukraine, bourrée de civils pas tous de leur côté donc parfaitement indiscrètement ? Pour le seul plaisir de tuer des civils Hollandais n’ayant rien à voir dans l’affaire sauf pour allumer la mèche courte des médias occidentaux ? En d’autres termes, on n’a pas résolu le « Qui bono » traditionnel de la justice : à qui cela profite ?

Le monstre

Attribuer ces divers attentats à Vladimir Poutine et à son supposé pouvoir absolu implique nécessairement le postulat que l’accusé, le-dit Poutine, soit irrationnel jusqu’au monstrueux et stupide en prime. Soit le contraire de ce que ce judoka et joueur d’échec a démontré tout au long des quelques 20 ans qu’il occupe avec calme et autorité le pouvoir russe.

Ces qualificatifs définitifs siéraient bien mieux à Biden qui a voté et milité pour toutes les guerres (insensées) tout au long de ses 30 0u 40 ans de Sénat, ou à Trump évidemment voire à l’hypocrite Obama qui a fait exécuter sans jugement plus d’USAméricain, journalistes inclus, que tous ses prédécesseurs réunis sans que la presse-système aux mains de divers milliardaires (WashPo, NYT, CNN, BBC, Guardian, Le Monde, etc…) n’en fasse autant de Kashoggi.

Ne parlons même pas du couple de criminels de guerre Bush & Blair (UK) qui les ont précédés: de 1,5 à 2,5 millions de mort.e.s civil.e.s, enfant.e.s inclus, à eux deux pour éliminer un tyran local. Il faisait quand même moins de dégâts que les seigneurs de la guerre qui l’ont remplacé. La pollution à l’uranium appauvri (mais toujours radio-actif) de larges zones urbaines irakiennes vient en prime gratuitement avec les monstres plus ou moins viables qu’elle a produit en quantités (pas uniquement) statistiquement significatives si l’on se réfère au très officiel et médical The Lancet et al. Je vous épargne les photos mais elles existent.

Le secret

Des gens ont lancé ces missiles et se taisent encore. L’hypothèse d’un complot présente le même problème que tous les complots : il faut qu’aucun complice ne parle jamais de l’horreur commise par le groupe. C’est possible dans une armée très motivée mais à peine : tout le monde et son chien a envie de se vanter d’une opération réussie ou de prendre des photos avec son smartphone en oubliant de bloquer la géolocalisation. Les soldats russes ont été particulièrement peu discret dans le genre. Dans les services secrets, mieux entraîné aux procédures ad hoc le secret est mieux assuré, surtout si on liquide les témoins.

Commettre une erreur peu aussi pousser à se taire : un groupe peu expérimenté visait un avion militaire, donc Ukrainien, et l’a confondu avec le vol MH-17. Mais alors ce n’est pas l’armée russe qui les utilise depuis un demi-siècle. Les milices russophones pourraient mieux répondre à cette définition d’un acte involontaire mais nous avons vu qu’il est très peu probable qu’ils aient pu en acquérir le contrôle.

CONCLUSION

L’hypothèse d’une opération « sale » sous faux drapeau avec du matériel Ukrainien reste la plus probable. Celles-ci sont assez courantes ces dernières années. En prime, la commission d’enquête réunie par les occidentaux pour définir les responsabilités a inclus le coupable le plus probable dans la commission, avec en prime un droit de veto sur toute publication. Et ça, c’est quand même un signal assez caractéristique de la volonté d’étouffement d’une affaire sale, très sale.

Le futur « territoire » perse

La guerre d’Iran aura lieu, d’une manière ou d’une autre. D’ailleurs, elle a déjà commencée avec le blocus économique que ce dernier subit depuis de nombreuses présidences américaines. Elle est inéluctable car les USA ne peuvent tolérer un gouvernement qui ne leur soit pas totalement soumis, au pilotage des 4e réserves mondiales de gaz et de pétrole. La remarque vaut aussi pour le Venezuela, 3e réserve mondiale des mêmes. Ne parlons pas de la diabolisation de la Russie, comme par hasard bien placée dans cette histoire.

L’énergie, même celle dépassée que constituent les hydrocarbures liquides ou gazeux, est une nécessité absolue pour ceux qui se veulent les maîtres du monde au 21e siècle et qui ne peuvent le rester que par la violence et la force militaire démesurées.

Parlant du conflit à venir avec l’Iran, Elijah Magnier, vient d’écrire ce qui suit : « (l)a dissuasion iranienne s’est imposée d’une manière ou d’une autre » (sic) sur son site payant. Avec tout le respect que je dois à cet auteur généralement pertinent, je dois dire que je ne le comprend pas : Israël bombarde les forces iraniennes en Syrie au moins chaque semaine depuis un an environ, sans aucune réaction ou riposte significative de l’Iran jusqu’à présent. Qui a la force de dissuasion ici ?

Ne nous faisons pas d’illusion : rappelons-nous comment la « 4ème armée du monde » (sic) irakienne a été vaincue en quelques jours avec très peu de morts occidentaux après 6 mois de bombardements américains quotidiens et intensifs. Qui peut soutenir une telle cadence de feu pendant une si longue période à part les USA et peut-être la Chine ? Personne n’a été capable d’arrêter les bombardements de l’OTAN sur la Syrie qui ont conduit à la chute du pays, non plus. Certes l’Iran est bien plus grand, mais est-ce un obstacle suffisant ? J’en doute et je crains que l’Otanie pense de même.

Certains ont une haute opinion des S-400/S-500 russes pensant qu’ils seront plus ou moins efficients pour contrer ces bombardements. Premier souci, ils ne sont pas iraniens ! En prime, ces fleurons de l’armée russe ne sont pas conçus pour arrêter des essaims de bombes guidées et de drones bon marché actuellement utilisés des deux côtés du champ de bataille moderne (voir récemment en Azerbaïdjan). Ce n’est pas leur but qui est bien stratégique* et non tactique. Idem pour les chasseurs Su-35s/Su-53, bien supérieurs au dispendieux (surtout à l’usage) F-35 dont nous attendons toujours la mise en service effective, faute de simulateurs pour entraîner les pilotes et de pièces détachées pour les entretenir.

Certains occidentaux disent que le F-35 sera un jour une merveille, la plupart des commentateurs autorisés aux USA et en Europe en doutent de plus en plus ouvertement mais de tout façon, ils ne constituent pas ce qui sera principalement utilisé contre l’Iran en cas de conflit de grande ampleur, du moins si l’on se réfère aux offensives passées : des essaims de vieux missiles de croisière « US-cheap** » lancés par les USA, jours après jours, depuis une Arabie Saoudite ou l’autre voire une flotte du premier cité saturera toute défense iranienne et détruira toute infrastructure, éventuellement après un bombardement de précision des batteries de missiles anti-navires. Et ça s’arrêtera là pour le principal.

L’occupation au sol est facultative et vise juste à amplifier le résultat de ce genre de guerre qui abouti à créer un territoire sans tête, déchiré par des seigneurs de la guerre abondamment arrosés en armes légères, là où se trouvait un pays. A plus long terme, le but est la balkanisation de la cible comme dans le prototype de la Yougoslavie qui a précédé dans le désordre en Libye, en Syrie, en Somalie, en Irak et ainsi de suite. Le Venezuela et l’Iran sont sur leur liste des choses « à faire ». Nous espérons tous qu’ils échoueront mais je ne parierais pas d’argent là-dessus : notamment parce qu’il reste à voir si la Chine et la Russie risqueront un conflit de grande ampleur avec les États-Unis pour empêcher la destruction d’un allié somme toute assez secondaire pour eux et dont l’exemplarité symbolique n’est pas évidente.

Reste la question du détonateur du conflit : en l’état, nous sommes nombreux à penser à Israël mais la dictature, pardon,: le royauté absolue des Saoud fera aussi bien l’affaire. Le prétexte sera l’une ou l’autre réaction iranienne aux agressions quotidiennes du roquet apartheido-religieux pré-cité ou du MBS affligé de son habituelle et agressive folie des grandeurs (aventurismes Yemen, Qatar, Kashoggi, etc…). Si ça ne suffit pas, les faux drapeaux n’ont pas été inventés pour les chiens : voyez les Anglais qui en usent et abusent depuis 1970, au moins, ou les USA où ils sont indispensables depuis toujours. La presse-système otanienne (Les WashPo, NYT, Monde, CNN, BBC & C°) se chargera de la propagande où le psittacisme tient lieu de preuve et de mobile***.

————————————–

(*) Leur mission est de protéger certains points stratégiques Russes et bien ciblés contre des missiles balistiques nucléaires et les bombardiers du Strategic Air Command : les B-52 et B-1, le discret B-2 comme le futur B-21. Éventuellement aussi quelques chasseurs bombardiers Français porteurs d’armes nucléaires qui tenteraient une percée vers Moscou.

C’est tout et c’est déjà beaucoup à l’échelle du budget militaire Russe qui n’est que la moitié, oui, LA MOITIE des budgets militaires réunis des 3 grands « européens » la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne (cf. chiffres du suédois SIPRI et al.). Je ne parle même pas des USA, là nous changeons tout simplement d’ordre de grandeur.

(**) L’expression « US-cheap » essaye d’exprimer en peu de mots qu’à l’échelle du gargantuesque (et mal utilisé) budget militaire US, ça ne leur coûte pas grand-chose. En prime, leur valeur par rapport à la richesse de USA est ridiculement basse par rapport au prix des rares anti-missiles que pourrait leur opposer le pauvre Iran. N’oubliez pas que les USA ou Israël utilisent sans état d’âme des missiles de précision, valant des dizaines de millions de $ pour détruire des bunkers arabes valant à l’unité 2 ou 3.000 $ à tout casser, c’est le cas de le dire.

(***) Voir article suivant

Les dérives commerciales de la psychologie moderne sauce satire. Ou pas.

Notre équipe a décidé de se pencher sur le très branché « PsyThérapy » (nom fictif) qui semble bien représentatif des nouvelles tendances de ce qu’il faut bien appeler le marché de la psychologie. Celui-ci est un superbe cabinet de psychologie, multi-thérapeutes de 250 m2 qui aurait été situé à Harley Street si cette rue accueillait des commerciaux et pas des docteurs. Le tout couronné par un nom qui fleure bon le marketing moderne comme le confirme son site internet qui transpire le professionnel de la communication. C’est aussi une SPRL. Ou une SA voire une Ltd, pourquoi pas. Ici le maître-mot c’est « pluridisciplinarité », en effet.

L’équipe pluridisciplinaire (elle aussi) du « bilan d’orientation » tant vantée sur le site internet c’est un psychiatre seul et figé comme un cardinal qui a reçu notre testeur 16′ chrono après 17′ de retard avec comme seule excuse « je viens d’arriver ». Très crédible : notre patient-test a fini par devoir s’imposer à sa porte en profitant de la fin d’une réunion parce qu’au-delà d’un quart d’heure d’attente, ça commençait à faire long. D’autant que dans la salle d’attente bondée (qui a éternué Covid ?), il y avait un autre « client » qui déjà avait attendu une demi-heure chrono pour une autre thérapeute. Pas d’excuses là non plus. Ça doit être la psychologie moderne.

Le bon docteur a fait payer 50 € cette séance, « remboursé 39 € par la sécurité sociale ». Il a insisté là-dessus avec le ton réjouit de celui qui fraude couramment ses impôts. Pas de questions sur le choix possible d’une visière à la place du masque buccal pendant l’entretien, tel que promis sur internet : tous les 2 masqués, point. Pour une thérapie, ça met l’ambiance ! Notons, qu’il ne portait son masque qu’avec les patients : avec sa collègue ou employée qui nous avait précédée dans son bureau, pas de masques, ni l’une ni l’autre ! Bonjour les aérosols pour le visiteur suivant dans ce bureau aux fenêtres fermées.

Les deux interlocuteurs étaient face à face autour de son bureau. Le patient potentiel sur une chaise, le thérapeute dans un magnifique fauteuil managérial, masqués, de part et d’autre d’un mini-hygiaphone improvisé. Les 3 somptueux fauteuils qui occupaient le tiers de la pièce autour de la table basse siglée derrière eux étaient sans doute réservés aux gens importants, genre son banquier ou le publicitaire qui lui avait pondu le nom et le site internet de sa société. Ambiance (bis).

Passons à l’acte médical. D’abord écouter (ou pas, comme nous le verrons) notre patient-test parler de sa dépression chronique à forte tendance suicidaire, avec hospitalisations, pendant 7′ sans aucune interaction de sa part. Ensuite le baratiner pendant 9 minutes chrono, en utilisant les faiblesses que celui-ci lui avait exposé juste avant (déonto… quoi déjà ?), sur 1° « une thérapeute formidable qui vient d’Amérique du Nord » à qui il voulait le confier et dont c’est justement la spécialité. Elle s’est fixée ici car « elle a rencontrée l’amour » (sic) affirme-t-il avec un sourire de contentement qui le trahit un peu. Nous y reviendrons. 2°, sur cette même Amérique où « se développent les seules méthodes thérapeutiques qui ont des effets scientifiquement reconnus » à grand coup de lancement de names (sic) car le français, ça fait Vieux Continent. Enfin, 3° sur la « troisième vague cognitivo-comportementaliste ultra-moderne » qu’il propose.

Pour situer un peu les psychologies comportementalistes importés direct des USA, c’était déjà dans les cours de journalisme des années 1980 et nous ne vous parlons pas de ceux des médecins. Là, il l’a juste remodelé pour que ça fasse savant éclairé et pas Krishna de seconde main.

Il n’a pas demandé ce que notre patient-test pensait de cette méthode thérapeutique quand même contestée en Europe pour sa philosophie lourdement néo-libérale, ni s’il avait des questions, ni du fait qu’on ne lui proposait qu’une seule personne « qui est très prise et ne pourra vous recevoir que dans le courant du mois d’août, peut-être (sic) ». « I beg your pardon !? » comme dirait un anglais formaliste.

Même comportement pour une formation de « Méditation Pleine Conscience« (MPC) qui vient en supplément car « elle entraîne la nécessaire plasticité de l’esprit, etc… ». C’est énoncé comme une évidence sans même poser LA question fondamentale de la MPC : « êtes-vous capable d’auto-apprentissage seul de 40′ par jour ? » ce qui vu le profil annoncé de dépressif profond était quand même une éventualité à étudier sérieusement.

Notons enfin que la MPC a une contre-indication majeure très connue : les dépressions à tendances suicidaires, tel qu’en présentait notre patient-test, où elle entraîne un gros accroissement du risque de « passage à l’acte », c’est à dire de suicide, pour parler simplement. Quand on vous parlait d’écoute et d’empathie… Mais, c’est vrai, ça gâche le commerce.

Pour la MPC, comme pour la thérapie, un seul nom est proposé. Son « énorme équipe de 25 personnes », pour notre patient c’était juste ces 2 noms et il a fallu insister pour qu’il écrive les N° de téléphone, sinon : « c’est sur le site internet ». Notre « thérapeute » n’a jamais dû entendre parler de la fracture numérique ou des problèmes de communication de patients phobiques, visiblement. « Vous lui téléphonez » pour la première et pour l’autre : « vous lui envoyez un sms et on reprendra contact en septembre car on s’est arrêté 18 mois pour cause de Covid ». Il ne l’a pas dit mais il est probable qu’avec les arriérés de la liste d’attente de 18 mois, on sera plutôt à l’été 2022… Si tout va bien.

Notre testeur a fini par (im)poser d’autorité dans la conversation la question taboue : « COMBIEN ? ». Réponse restée dans le vague : « dans la cinquantaine d’€ par séance, vous verrez ». Pas de remboursement de la SecSoc, là. Pas de question sur le statut socio-économique du patient et sa capacité de paiement non plus.

Plus troublant : une autre personne avec des troubles obsessifs compulsifs (TOC) reconnus est passée quelques jours plus tard chez ce que nous devrons finir par appeler un margoulin. A priori rien à voir avec le précédent qui était dépressif profond, tendance suicidaire. Même scénario, même comportement de « l’orienteur » et… même sélection unique : la thérapeute « spécialisée », cette fois en TOC, dont il a été question précédemment. Vous savez celle qui semble bien être son épouse. Déonto… quoi déjà ? (bis ou ter, à ce stade on ne sait plus). Était-ce pour cela qu’il renaudait à écrire lui-même les noms des thérapeutes prescrits ?

A part ça, notre premier patient-test, suicidaire, s’était présenté comme étant sur le point d’acheter du Nembutal sur internet pour… une sortie définitive. Bof, « on va laisser ça à votre psychiatre, c’est son affaire ». Ah !? « L’affaire » du gars qui utilise des méthodes « non-scientifiquement prouvées » mais qui va être chargé de le garder en vie jusqu’au moment où quelqu’un de chez lui sera disponible pour encaisser (l’argent, pas les soucis. Où vous allez, vous ?). Là non plus, pas de place pour les questions sur son accord ou celui du-dit psychiatre ou de sa disponibilité. Manque d’empathie ou de déontologie ? Les deux, mon général !

Avant de conclure, notons que la prévention anti-Covid des patients amène un beau zéro pointé ! Sur le site internet, un pop-up vous jette en pleine figure un truc style « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Dans la réalité, certains patients, -visiblement perturbés comme il est normal dans ce genre d’endroit- ne portent pas de masque ou mal dans la petite salle de (longue) attente où il y avait en permanence de 3 à 5 personnes. Il n’y avait pas de gel hydro-alcoolique à disposition contrairement à ce qui est proclamé sur le site internet, ni d’obligation de se laver les mains. Où ça, d’ailleurs ? Aération des locaux : aléatoire. Un patient légèrement claustrophobe avait ouvert une fenêtre dans la salle d’attente et la monopolisait ; ailleurs dans la société, tout est aussi fermé que notre interlocuteur.

Pour faire bonne mesure, concluons sur les énormes qualités de ce thérapeute. Louons sa pluridisciplinarité à lui tout seul (technico-commercial, psy, bilan-orienteur, gestionnaire…) en ajoutant que c’est bien la première fois qu’un vendeur parvient à nous faire payer pour l’écouter débiter son argumentaire. Tupperware se limitait à vous faire payer le local et l’accueil. Il n’y a que la Scientologie qui arrive à aller encore plus loin mais notre homme se classe quand même bien pour un indépendant. Gageons qu’il va sûrement s’améliorer, il en a la volonté !

Caitlin Johnstone écrit sur les manipulateurs pervers

Les manipulateurs ne peuvent que projeter. Ils n’ont pas l’imagination ou l’empathie nécessaires pour créer quelque chose de toutes pièces à dire sur vous, ce qui est génial car tout ce que vous avez à faire, c’est d’écouter attentivement ce qu’ils disent des autres en sachant qu’ils ne font que se raconter à eux-mêmes.

Pour pouvoir dire quelque chose de vrai et de significatif sur le caractère de quelqu’un d’autre, vous devez avoir la capacité de vous pencher avec empathie pour le comprendre. Les personnes qui ont passé leur vie à manipuler les autres plutôt qu’à travailler avec eux n’ont pas d’empathie.

Il est bon de le savoir aussi à votre sujet. Si vous êtes coincé à haïr quelqu’un et que vous savez que c’est mesquin et que cela ne vous aide pas, essayez d’inverser ce que vous voyez en lui et voyez si ce n’est pas simplement quelque chose que vous faites aussi, quelque chose qui a besoin d’être vu, aimé, écouté et abandonné.

Ces choses sont cependant sournoises. Il est évident qu’elles ne vont pas se manifester en vous de la même manière que vous les détestez chez les autres, sinon vous verriez immédiatement votre propre hypocrisie. Il faudra un peu de doigté et beaucoup d’amour pour les faire sortir. Assurez-vous que vous vous sentez en sécurité et faites-le par vous-même. Puis, lorsque vous vous sentez à l’aise, identifiez ce que vous soupçonnez être la motivation principale du comportement que vous voyez chez la personne que vous détestez. Il suffit ensuite d’être honnête avec vous-même pour savoir si cela vous motive parfois.

Soyez vraiment enjoué et doux à ce sujet. La plupart du temps, c’est tout ce qu’il faut. Juste un « Ah, oui, je fais ça », et c’est généralement suffisant pour arrêter votre réactivité. Même si vous recommencez, vous vous observerez de plus près et recueillerez davantage de données. Une fois que vous l’aurez bien vu, il partira de lui-même. Et vous pouvez continuer à détester cette personne, c’est cool, mais ce sont ces types d’hypocrisies que nous nous cachons à nous-mêmes qui causent beaucoup de détresse psychologique et vous empêchent de vous voir et de voir le monde tel qu’il est, et non à travers un voile de dissociation et de haine de soi.

Si vous avez cherché et cherché et que vous ne l’avez toujours pas trouvé, c’est très bien. Certaines personnes ne sont vraiment que des connards et elles ont besoin de se réveiller, cela n’a rien à voir avec vous. Cela vaut toujours la peine de faire un travail sur soi d’abord. Vous êtes le seul trou du cul que vous pouvez réellement changer.

Traduit par John V. Doe avec l’aide de DeepL.com depuis https://caitlinjohnstone.com/2021/07/06/tyt-jimmy-dore-and-other-notes-from-the-edge-of-the-narrative-matrix/

Israël est en train de perdre la guerre de la communication à cause d’un petit truc imbécile

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dès que vous écrivez sur la Palestine ou Israël, il y a un des représentants officieux de l’Ambassade de cette dernière qui vient s’incruster en tête des commentaires (kss, kss, les trolls). Son discours ne varie guère : Palestiniens terroristes, droits historiques du peuple juif, Torah, victimes de la Shoah… Comme si les arabes avaient le moins du monde à voir avec ce dernier point qui est un pur problème américano-européen. Pas seulement allemand parce que si les Nazis ont pu mener leur massacre, c’est aussi parce que tous les pays occidentaux avaient fermé leurs frontières aux réfugiés juifs allemand.

D’un autre coté, je sais que c’est mal de compter les victimes mais avec 6 à 7 millions de victimes du nazisme, les juifs européens ne sont pas les plus nombreux. Ce titre leur est ravi par les Soviétiques qui, outre les soldats au combat, se sont fait tuer au bas mot une si pas deux dizaines de millions des leurs entre famines provoquées par les nazis et camps de concentration, notamment pour les soldats prisonniers. De même, en proportion les juifs font au mieux jeu égal avec les Rroms qui ont eux aussi perdu à peu près la moitié de leur population dans les camps nazis. Et ça ne les aide guère aux yeux de l’Europe moderne.

Il est par contre indiscutable pour tous les historiens sérieux, comme pour les survivants de ce conflit ou des déportations que les Juifs étaient la cible privilégiée et systématique des nazis tant sur le terrain que dans leur propagande. Si les nazis n’en ont pas tué plus, ce n’est pas faute d’avoir essayé : par exemple, en pleine débâcle nazie les trains de déportés juifs en directions des camps de concentration avaient priorité sur les convois militaires, c’est dire l’acharnement. C’est attesté par d’innombrables sources dont les cheminots français. Et dans les camps, surtout à la veille de leur libération par les Russes puis les anglo-saxons, ce furent les juifs que les nazis envoyèrent en priorité dans les chambres à gaz avant d’essayer de camoufler leurs crimes.

Ceci posé, soyons un peu correct aussi avec les Palestiniens. D’abord, les alliés de 1945 ont remboursé leur dette à l’égard les juifs avec de l’argent arabe : la Palestine. Ensuite, un groupe de gens viendrait me piquer ma maison et mes terres en arguant que selon un livre de légendes apocryphes et bourrée de contradictions, cette terre leur fut donné par leur dieu à un moment donné il y a deux ou trois mille ans. Qu’en prime, depuis plus d’un demi-siècle, ils me remboursent en me lançant des missiles sur la gueule chaque fois qu’ils veulent gagner une élection… Je sais pas pour vous, mais moi, je serais plutôt énervé et même un peu extrémiste.

Certes, ce vol remonte au milieu du siècle dernier (la Shoah aussi si on va par là malgré son horreur), mais les Irlandais, ça fait cinq siècles que les Britanniques leur ont piqué les terres les plus riches et les plus fertiles de leur île et ils n’ont toujours pas pardonné ni abandonné l’idée de récupérer leur souveraineté sur toute leur terre. La haine des « Brits » est toujours solidement ancrée en Irlande comme aux USA où nombre d’entre eux ont dû fuir pour échapper aux famines provoquées par la cupidité et la rapacité de la classe dirigeante anglaise. A leur propos, notons au passage que cette dernière semble n’avoir guère changé au 20e siècle : en 1943, le gouvernement de sir Winston Churchill fut très probablement la cause principale d’une famine qui fit 3 millions de morts en Inde.

Revenons en Palestine avec les accusations de terrorisme. La définition la plus couramment acceptée du terrorisme est qu’il s’agit du fait d’utiliser une violence meurtrière pour influencer les décisions politique d’un groupe social. La proportion des morts depuis 1967 est globalement de 1 Israélien pour 100 Palestiniens. Cette disproportion ne fait que s’accentuer. Qui est donc le terroriste ? Est-ce la méthode qui va les départager ?

En règle générale, les « heurts » comme les appellent les médias occidentaux serviles qui essaient d’égaliser entre occupés et occupants, ce sont des pierres contre des balles. Bizarrement, les balles sont plus meurtrières. Surtout quand il y a des blindés de leur côté. Où avez-vous vu qu’on utilise des balles pour réprimer une manifestation, même violente dans un pays occidental depuis la seconde guerre mondiale ? Le « Bloody Sunday » en Irlande est devenu une chanson à succès de U2. « Bloody tous les jours » en Palestine renvoie dos à dos les assassins et les victimes sur nos écrans de TV.

Une bombe, qu’on l’amène en voiture dans une zone civile ou qu’on la balance en grappes depuis un avion sur un territoire aussi densément peuplé que Gaza, laquelle est la terroriste et laquelle est l’expression, certes imbécile, d’une rage impuissante ? Cette question a été résolue par les Israéliens eux-même qui n’ont pas hésité amener à la tête de leur gouvernement au lendemain de leur indépendance l’homme qui décida de faire sauter l’immeuble de l’administration civile anglaise en Palestine avant 1948. Attentat terroriste s’il en fût.

Un petit rappel pour nos ami.e.s fleur bleue (ou verte) : vous vous souvenez du chinois à la place Tien An Men qui a arrêté à lui tout seul une colonne de char. C’est beau la lutte non-violente, hein. J’aime beaucoup aussi et vous devriez demander à l’américaine Rachel Corrie ce qu’elle en pense. Mais… justement, le problème c’est que vous ne pouvez pas ! Le bulldozer blindé israélien, lui, ne s’est pas arrêté devant cette jeune femme très photogénique qui s’était placée comme bouclier pour protéger des habitations que l’autorité militaire avait décidé de détruire, très illégalement d’ailleurs. Le blindé lui a froidement roulé dessus et est allé détruire les maisons. Vous imaginez la photogénie après être passé sous de chenilles d’un Caterpillar blindé ? Non, moi non plus, je ne veux pas imaginer. Posez-vous la question : s’ils peuvent faire ça impunément à une Rachel Corrie blanche et américaine (important pour les média, tout ça), vous imaginez ce qu’ils peuvent faire à des arabes, bruns, vaguement apatrides dont beaucoup sont, en prime, des musulmans ?

Malgré tout, aujourd’hui, l’État Juif comme il s’intitule lui-même, est en train de perdre la guerre de la communication. Non, pas à cause de la sauvagerie de leur ex-premier ministre, son remplaçant sera probablement pire d’ailleurs. Non, à cause d’un appareil vraiment imbécile : le mal-nommé smartphone (en anglais, « smart » veut dire futé, intelligent). On pouvait jadis faire disparaître les images sans lesquelles il n’y a pas de passage à la TV, en chassant les journalistes. Aujourd’hui, n’importe qui a en main une caméra qui va pouvoir rapporter les clichés sanglants de l’oppression des civils via l’internet au monde entier. C’est le même problème auquel sont confrontés toutes les polices : aux USA où les massacres impunis des Afro-américains par la police Euro-américaine le sont de moins en moins, en France où les trop habituelles bavures policières sont révélées dans toute leur iniquité par des appareils à quelques centaines d’€. Avouez que c’est ballot quand même !

Edit du 23 juin : Caitlin Johnstone écrit avec infiniment de talent mais en anglais sur un thème comparable dans  » Humanity Is Sloppily, Awkwardly Lumbering Toward Consciousness« . Si une traduction française de ce texte devait apparaître, vous trouverez le lien sur ce site.

Edit 25 juin : un lien vers l’article Operation Barbarossa Was a War of Racial Annihilation paru sur Jacobin Mag été rajouté dans le texte.

Le ridicule ne tue toujours pas, au moins en politique.

Le président des USA vient de déclarer que les USA n’ont jamais influencé d’élections dans le monde 😂😂😂 Et le pire est qu’aucun journaliste occidental présent n’a même souri et encore moins posé la plus petite question.

Même si vous ne parlez pas anglais, allez à 2:24 dans cette vidéo pour avoir la liste des manipulations d’élections et de renversements de gouvernements, date incluses, dont nous sommes sûrs car ils les ont plus ou moins officiellement reconnus. Kissinger a encore récemment affirmé sa culpabilité à propos du Chili d’Allende et Victoria « F*ck EU » Nuland se vantait sur antenne de ce que son gouvernement (les USA) avait investi 5 milliards dans le renversement du gouvernement élu d’Ukraine .

Beaucoup de gens pensent que même en Europe de l’Ouest, leurs sales pattes ont été et sont encore partout : l’attentat de la gare de Bologne en 1980 en Italie portait à l’évidence (judiciaire) les empreintes digitales des services secrets italiens qui étaient de facto dirigés à l’époque par la CIA.

« Ils volent pour tuer » disait la très policière DH en 1982, faisant pour l’occasion preuve d’une clairvoyance inhabituelle à propos des introuvables Tueurs du Brabant (Belgique). Ces « combattants sauce terreur » démontrèrent une belle pratique de techniques de combat dignes de soldats très entraînés par des instructeurs militaires de haut niveau. Justement PAS des copains des flics informateurs habituels de la DH, tiens ! En tout cas, leurs attaques tombaient à pic pour faire passer certaines lois sécuritaires réclamées à corps et à cri par l’OTAN à l’époque pour protéger le SHAPE en cours d’aménagement.

Quand ils n’étaient pas occupés à faire exploser des vitres et accidentellement deux pompiers, les maladroits CCC ont profité des moments de repos des Tueurs ci-dessus pour attaquer des cibles « militaires » en Belgique. En l’occurrence, un oléoduc de l’OTAN. La presse précisât qu’il était en cours de démolition… bien longtemps après les évènements. Qui avait passé ces vrai-faux plans à Pierre Carette et ses camarades est une question qui n’a jamais été posée officiellement pour autant que je sache !?

Dans le même goût, un « patron » d’une des organisations terroristo-combattantes allemandes de l’époque de la RAF (1970-1988), Bommi Baumann, affirme dans son livre en français « Tupamaros Berlin-Ouest » que les premières armes de son groupe lui furent données par un agent de l’équivalent allemand de la Sûreté de l’Etat (belge) ou du SDECE (français) qui s’est dévoilé comme témoin à un de leurs procès. Des gens qui ne se sont certainement jamais coordonnés avec la CIA ni leur ont obéi, vous pensez bien. D’ailleurs, si le Parti Communiste et les communistes furent chassés d’Allemagne de l’Ouest en 1972, cette idée leur est venue spontanément.

En Espagne en 1973, les USA en avaient officiellement marre du régime franquiste, trop retardataire à leur goût. Un attentat à l’explosif a tué le successeur désigné du Caudillo, Carrero Blanco, à la façon dont fut exécuté Rafic Hariri au Liban : beaucoup, mais vraiment beaucoup d’explosif et un détonateur au petit poil. Pas vraiment du matériel de guérillero, genre ETA et peut-être Grapo, qui revendiquèrent officiellement l’attentat. Juste une question : si c’est bien l’ETA qui en fut l’origine comme le prétend toujours la version officielle, pourquoi n’a-t-elle jamais réussi un coup du même tonneau contre Franco, autrement plus symbolique ? L’attaque était de plus particulièrement bien synchronisée : juste le jour de la visite de Kissinger venu à Madrid prévenir les autorités des risques de subversion communiste. Le hasard fait bien les choses, non ?

Feu le champion du monde au saut en hauteur en voiture blindée, Carrero Blanco, a dû être remplacé au pied levé par le très corruptible roi Juan Carlos qui a livré son pays au « capitalisme moderne ». Traduisons en français : « les capitaux US ». Les réformes royales (et socio-démocrates) ont laissé intact l’appareil juridico-policier hérité du franquisme, à commencer par la Guardia Civil, les juges et quelques escadrons de la mort qui ont sévi au pays Basque, y compris en France. Cette même « justice » héritée du franquisme a tout récemment condamné des politiciens séparatistes catalan à des peines de prison. Du jamais vu en Europe de l’Ouest sur ce genre de sujet : vous imaginez le représentant du VOKA, Bart De Wever ci-devant bourgmestre d’Anvers, se faire entôler pour séparatisme ? On vous le disait, le ridicule ne tue pas, en tout cas pas en politique.

Radios sur internet: comment choisir

Vous passez vos journées sur votre ordinateur, votre smartphone ou tout autre gadget relié à Internet ? Vous pouvez l’utilisez pour écouter n’importe quelle radio dans le monde de façon simple. J’ai choisi Radio-Garden que m’a fait découvrir un article de SebSauvage.

Ce programme est remarquable pour sa simplicité, son absence de vues commerciales et sa facilité d’usage. Vous pointez sur une ville dans le monde et vous choisissez une des radios qui y sont stationnées. D’accord le logiciel est en anglais, mais si peu. C’est vraiment du « pointez-cliquez ».

Sinon, aussi suggéré aussi par SebSauvage, vous avez Radio-browser qui est un petit poil plus ardu mais là, c’est du pur libre garanti, style Wikipedia. Les informations sont plus complètes et permettent notamment de sélectionner un genre de musique, le Blues par exemple (ou le Top50), et de trouver votre bonheur quelque part dans le monde. J’aime cette radio de « blues électrique » par exemple

Deux petits trucs : si vous choisissez une radio dans une langue totalement inconnue de vous, les éventuelles publicités seront incompréhensibles et d’autant moins abrutissantes. Vous pouvez aussi choisir une langue que vous avez envie d’étudier (via un site comme Duolingo), histoire de vous familiariser l’oreille voire de vous entraîner si vous avez suffisamment avancé.

Si vous avez des suggestions pour ces genres de sites, les commentaires vous sont ouverts mais restent filtrés: de publicité ici !

Edit du 9 juillet ’22 : une liste de radios préconisées par SebSauvage est . Si vous en avez d’autres, en précisant leurs spécialités, les commentaires vous sont ouverts.

Pardonnez-vous. Maintenant !

La vie est courte, si courte !

Pardonnez-vous, maintenant. Vous avez appris la leçon et il est temps de vous remettre en marche avec un esprit libre et une âme propre.

Faire des erreurs, c’est la vie, cela ne vous empêche pas de mériter la paix, la joie et même, même le bonheur !

Et même si pensez avoir échoué, dites-vous bien qu’on peut ne pas faire d’erreur et échouer quand même. C’est même cela qu’on appelle la vie. Elle est courte et unique, ne vous la gâchez pas avec des bêtises que vous serez seul à vous rappeler demain.

Enfin, pardonnez aux autres. Non parce qu’ils le méritent mais parce que vous, vous le méritez ! Vous méritez de ne pas vous encombrer de la bêtise, de la maladresse ou de la méchanceté que les autres pourraient vous avoir temporairement imposée, volontairement ou non. Vous méritez d’être libre du chagrin, vous méritez la joie !

Si vous êtes amoureux, dites-le maintenant. Ne perdez pas des mois et des années à attendre: c’est inutile et ce temps perdu ne reviendra jamais. C’est oui ou c’est non aujourd’hui ou jamais. Si c’est oui, profitez-en et chérissez-en l’opportunité. Cultivez-là avec tout votre cœur, votre intelligence et votre énergie autant que vous le pouvez. Si c’est non ou si ça se termine, repartez le plus vite possible le cœur léger vers demain, vers la nouveauté qui ne manquera pas d’apparaître dès que vos yeux et votre cœur s’ouvrent.

Dites-les choses, faites-les maintenant : la vie est courte, si courte et elle ne fera que s’accélérer tout au long de votre vie !

Ubuntu, Debian, Mint & C°

J’aime bien Linux Ubuntu mais parfois, vraiment…

Sur la version 20.04 LTS, il y avait un p’tit bug dans la procédure d’installation. Pas grave, hein, juste le risque que l’utilisateur doive tout réinstaller s’il ne repère pas que le clavier est parfois dans sa langue et parfois en Anglais, US-88 touches pour être précis. Par exemple au moment où il introduit son futur mot de passe… Problème idiot, simple à contourner mais casse-pieds.

J’avais suivi ce sujet et fait quelques tests simples pour eux, avec rapports et tout : ils l’avaient classé « critique » quand même. En plein confinement, on avait le temps. En octobre, ils avaient (enfin) corrigé la chose.

Pour la version 21.04 sortie le mois dernier, devinez qui est de retour ? 😂

Ce fut la (toute petite) goutte qui fit déborder le vase: j’ai migré vers Mint, avec le bureau Cinnamon habituel près avoir beaucoup hésité devant Debian que je ne recommande pas aux débutants. Avec ceux-là au moins, on peut tester plusieurs interfaces graphiques (Cinnamon, Mate, Lxde, etc…) sans que le système ne perde ses billes. Et l’ensemble est franchement plus réactif qu’Ubuntu encombré par défaut par le lourdingue Gnome 3. Ksss, ksss les trolls 😛

Pendant qu’on parle de Mint, leur forum francophone est vraiment top. Sinon, il y a tellement d’autres distributions.

Et vraiment, vraiment, évitez de tester trop de choses avec Ubuntu, il n’aime pas ça du tout, même s’il reste moins catastrophique que M$-Windoze à ce jeu. Faites-vous plutôt des machines virtuelles: c’est simple et ça évite bien des soucis. Avec au moins 12 ou 16 Gb de RAM, VirtualBox d’Oracle vous fait ça très bien et il devrait être dans les logiciels en option de votre distribution. Avec 8 Gb, pensez plutôt à Xen, ou Qemu qui sont moins gourmands en ressources. Avec 4 Gb de RAM, surtout ne touchez à RIEN tant que ça marche mais sachez que j’admire votre patience… ou votre informaticien 😛