Ukraine: effondrement du front à Avdeevka ?

S’il faut en croire le très fiable Simplicius76 et les autres commentateurs expérimentés, C’est tout le front s’est effondré à Avdeevka après la fuite des troupes « d’élite » ukrainiennes devant le pilonnage de l’aviation et l’artillerie russes. Ces troupes « d’élite » (idéologiques) étaient celles qui se trouvaient habituellement derrière les troupes normales pour les empêcher de fuir. Montées au front et enfin confrontées à la réalité des bombardements russes, elles ont à leur tour cherché le salut dans la fuite sans personne pour les arrêter : déjà l’artillerie russe c’est des pénibles mais, faute de munitions anti-aériennes pour les arrêter, voila que leurs avions d’assaut s’y mettent aussi avec des bombes de 500 à 1.500 kg en place des 8-9 kg d’explosifs contenus dans les obus standards (152/155 mm). Aucune fortification n’y résiste et elles sont aussi précises que bon marché : récupération des inépuisables* stocks soviétiques + petit kit moderne Glonass chic et pas cher.

Avdeevka était la ville ultra-fortifiée d’où partaient les tirs d’artillerie et de fusées qui tuaient les civils dans la capitale régionale, Donestk, et ses faubourgs. Elle était aussi le 2e verrou des lignes ukrainiennes après Artiomovsk/Bakhmut retombé l’an dernier dans les mains de ses habitants majoritairement opposés au coup de force US de 2014 à Kiev. Elle est tombée anormalement vite ce qui a surpris tout le monde y compris les chefs qui n’ont donné l’ordre d’évacuation qu’après que 50% des troupes aient déjà décroché.

En prime, il semble bien que la soi-disant 2e ligne de fortifications derrière Avdeevka n’existe que dans les livres de comptes de Zelenski et les communiqués de l’AFP : l’argent qui lui était dédié ne serait jamais arrivé sur place, les matériaux non plus. Corruption ou évaluations « au doigt mouillé » à Kiev voire un mélange d’inexistence et d’incompétence des cadres intermédiaires qui devaient en diriger la construction. Les gens les plus compétents (troupes du Génie) ayant été les troupes de pointe de la 3e armée (collection été-automne 2023 😉) qui s’est fracassée contre la ligne Surovikin : 80 à 120.000 morts et blessés graves, après la 1e (détruite au printemps 2022) et la 2e (détruite à l’automne/hiver 2022). Le temps va nous confirmer ce conditionnel : on sait qu’il est quasi-impossible de prouver une négation mais le fait est qu’on n’a pas encore trouvée cette 2e ligne… et les soldats en fuite non plus.

Il est trop tôt pour crier victoire contre le clown de Kiev. Néanmoins la tactique d’usure russe porte les fruits escomptés par eux, bien loin du « blocage » dont nous parlaient les médias occidentaux et ses stratèges de canapé. A contrario, je conseille le colonel Suisse Jacques Baud dont les prédictions se vérifient l’une après l’autre (livres en vente dans toutes les bonnes librairies) : les Russes soutiennent leur armée et leur gouvernement, les occidentaux n’arrivent pas à suivre le rythme de production russe (et ses stocks) ni les ukrainiens à affronter un ennemi supérieur en nombre (augmentés de >50k volontaires chaque mois), en qualité de formation (9 mois vs 3 semaines) et en fraîcheur : les rotations sont constantes du côté Russe et garantissent un moral solide, ce que n’ont plus les soldats de Kiev, épuisés. Ne parlons même pas de leurs blessés dont la dernière fournée à Avdeevka a été récupérée en douceur et soignée, bruyamment 😛, par les médecins de l’Armée Rouge trop contents de jouer « les sauveurs de leur frères dans l’erreur » 😇

N.B.: 2-3 sources majeures de l’actualité du moment : Jacques Baud sur Investig’action et l’analyse, en anglais de Simplicius. Et évidemment l’AFP (Agence France Presse), inénarrable boussole qui, en matière internationale, nous indique le Sud avec une constance qui relève du prodige 😂

——————————————–

(*) « Inépuisables stocks soviétiques » : les Russes ont connu plusieurs guerres d’anéantissement dans leur histoire dont 2-3 au XXe. Pour eux, le concept de « guerre totale » est génétique. Il implique de disposer de suffisamment d’appareils solides, utilisables et réparables par tout un chacun tout en étant raisonnablement modernes. Et des munitions produites en masse parce qu’on ne sait pas quand et combien on en aura besoin. En voici l’explication très fleurie** par un soldat russe de base qui part de l’idéologie pour en arriver à la réalité du terrain en 2:30 https://odysee.com/@UL:c/soldat-expert:8 et sa confirmation par son équivalent ukrainien https://twitter.com/ukr_fr/status/1719319261368209716

(**) « Fleurie » parce que le vocabulaire de la VO russe est impubliable sur un site autorisé aux moins de 18 ans et donc la vidéo VOSTFR l’a sérieusement censuré même s’il reste costaud. En même temps, des soldats au front ne s’expriment pas comme les personnages de Harlequin.

Regarder le passé de l’Ukraine pour comprendre son futur.

Actuellement, le Donbass, soit les 4 provinces du l’extrême Sud-Est de l’Ukraine ainsi que la Crimée rattachée en 1954, ont votés à de très, très fortes majorités pour rejoindre la Russie et quitter l’Ukraine devenue fasciste à l’issue du coup d’État de 2014, payé 4 milliards par les USA. Ce montant est celui proclamé ouvertement par l’envoyée spéciale US Victoria Nulland pendant ces évènements.

Ces 4+1 provinces sont celles que défendent actuellement les armées locales et la Russie. Il n’est un secret pour personne (sauf les journalistes et politiciens Otaniens) que d’autres provinces (ci-dessus en rose) sont historiquement et ultra-majoritairement peuplées de russophones dont la langue, la culture, le sens politique (majoritairement ouvrier) et la religion ont été mis hors-la-loi par la dictature ultra-nationaliste ukrainienne. 

L’ensemble de ces 8+1 provinces de l’Est sont aussi les provinces plus riches d’Ukraine. Elles ont été rattachées artificiellement à cette dernière par le gouvernement Communiste de Lénine en 1922, probablement pour assurer à l’Ukraine un équilibre économique, voire politique, mais en tout cas, sans consultation des populations locales. Ce cadeau en or provoque aujourd’hui un rire homérique quand on parle aux Russes de la soi-disant « Oppression Soviétique » de l’Ukraine qui fonde la fascisme ukrainien et sa volonté de dé-communisation : « holodomor » et autres fadaises inventées par les Nazis en 1940 et recyclés par les USA et leurs serviteurs (Europe, etc..)

Lors de la scission de l’URSS décidée en 1991 par 3 traîtres, dont l’ivrogne Boris Eltsine, contre l’avis de plus de 80% de la population soviétique (vote de l’époque que l’on oublie un peu facilement en Occident), les frontières ont été décidées sur base de ces frontières administratives de 1954.

Ces 8+1 provinces d’origines Russe incluent tout l’accès de l’Ukraine à la Mer Noire principalement via le port d’Odessa, et bien sûr, à la Mer d’Azov via la Crimée. A contrario, elles donneraient aux Russes un accès terrestre à la Transnistrie. Cette mini-région originellement Moldave a fait sécession pro-Russe il y a quelques années. Elle est de plus en plus menacée militairement par ses voisins : Ukraine à l’est et la Moldavie à l’ouest.

La Moldavie est dirigée par Maia Sandu, une Roumaine (!?) « installée » lors d’élections présidentielles « pas du tout truquées par Washington » qui veut imposer un rattachement de la Moldavie au pays de la Présidente : la Roumanie. Majoritairement, la population ne semble pas de son avis et, comme en Ukraine en 2014, la présidence a déclaré hors-la-loi la région où ces votes oppositionnels sont les plus majoritaires. Ben voyons :-/

Le front russo-ukrainien semble être en train de s’écrouler du côté ukrainien faute de combattants et de munitions. Du côté Russe, avec 617.000 soldats bien entraînés dont les 2/3 sont des professionnels et une économie florissante (+3.2% en 2023 ?), tout va bien merci. A contrario, la dernière mobilisation des perdants (automne-hiver 2023) inclut désormais les femmes (plus ou moins volontaires), les étudiants, les vieillards et les handicapés qui ne sont de toute façon pas plus formés et entraînés que les soldats ukrainiens de cet été : 2 semaines pour les plus veinards, 2 jours pour les autres. Moyenne de l’espérance de vie au combat : 2 heures.

Des soldats de faible qualité pour manœuvrer le matériel de rebut (Abrams première génération et Léopard 1 des années ’50) que nous leur avons refilé au prix fort, sans munitions ni guère de pièces de rechanges. En prime, les USA et ses serviteurs (Europe, UK, etc…) ont des difficultés à leur envoyer le peu de munitions qu’ils n’ont plus et sont de toute façon mis en difficulté en interne pour diverses raisons répétées ad libitum par nos JT.

Les négociations sont donc imminentes, sous réserve du renversement de Zelenski lâché à la fois par se population militaire et par les occidentaux qui ont d’autres chats à fouetter : la Palestine, Israël et 48 élections dans le monde en 2024, notamment. Ces négociations décideront accessoirement du sort de l’Ukraine comme de celui de cette ceinture de provinces russes rattachées sans leur accord et séparés de force de la Russie en 1991.

Cocyec imagine une proposition de référendum à l’échelle des 8 provinces plus la Crimée. A contrario, nous craignons surtout une paix limitée aux frontières des 4+1 provinces du Donbass-Crimée qui serait une catastrophe à moyen terme comme l’ont prévu de nombreux commentateurs russes et occidentaux, a fortiori les militaires indépendants.

Cette paix « a minima » serait à l’évidence suivie d’une nouvelle guerre dès que nous aurons réarmé et ré-entraîné l’Ukraine comme nous l’avons fait en 2014, à l’encontre des 2 accords de Minsk cosignés par la France et l’Allemagne qui se sont assis dessus dès le lendemain. Comme d’habitude en Occident qui, le monde entier le sait désormais, n’a aucune parole fiable. Quand on est, à l’évidence, en train de perdre sa prééminence militaro-économique mondiale, c’est une très, très mauvaise attitude.

A contrario, privé de son poumon industriel et de la population attenante, il est probable que l’Ukraine n’aura plus jamais la capacité de se relancer et encore moins de payer à l’Occident ses énormes dettes, plusieurs centaines de milliards d’€ et de $, et donc de relancer ses guerres et guérillas d’agressions.

Il y a donc une balance à réaliser entre une paix « juste » aux yeux des Ukrainiens et une paix « sûre » aux yeux des Russes si l’on ne veut pas voir se ranimer rapidement ce foyer de discorde, si obstinément créé par les USA depuis 1945, aux frontières de l’Europe et de la Russie afin d’asphyxier les deux parties en présence. Accessoirement, la paix pourrait plus ou moins utilement prévoir les moyens pour les Ukrainiens de rembourser les USA, voire même l’Europe mais je n’y crois « guerre » (sic), en tout cas en ce qui concerne cette dernière.

Quelques sources testées comme raisonnablement fiables sur l’Ukraine en anglais et parfois en français.

Le problème majeur du journalisme francophone européenne et surtout française, c’est que ses locuteurs et même les journalistes sont rarement polyglottes ou même bilingue. Faute de ces capacités, leur seule et unique source pour la France, la Belgique et la Suisse est la détestable AFP (ultra-gouvernementale et réactionnaire) qui ne rapporte en supplémen que les articles les plus Otan-compatibles des agences anglo-saxonnes. De plus en plus rarement, faute d’argent, il y a aussi de rares envoyés spéciaux. Face à cette marée confortée par des médias audio-visuels et écrits aux mains de milliardaires, émettre une voix différente est très, voire trop, risqué pour la majorité des médias. La censure qui s’étend de l’Allemagne au Royaume-Uni en passant par la France et un paquet d’excités à l’Est ne sécurise pas non plus cette parole qui relève désormais de la dissidence.

Pour nous, il existe des solutions pour traduire les nombreux articles voire les sites les plus courants ou les plus spécialisés vers un français plus ou moins compréhensible. Des contre-sens ne sont pas à exclure sauf à utiliser le remarquable Deepl.com qui est hélas payant au-delà de 2-3 paragraphes à la fois.

Pour Firefox que je ne saurais trop recommander pour se balader sur internet, je pense plus spécialement aux add-on tel que Google Traduction malgré son manque de confidentialité à l’égard de Google (le « G » de « GAFAM »).

Si cette extension ne vous convient pas, il en existe 3-4 autres répertoriées chez Firefox

Pour Chrome, ce doit être semblable même si le problème de vie privée y est encore amplifié : voulez-vous vraiment que votre employeur, votre banque, vos assurance puissent être au courant de vos lectures ? Certains européens ont déjà payé cher cette négligence. Ils sont encore rares, certes mais ils ont probablement servi de cas-tests pour vérifier si les tribunaux et la CEDH allaient suivre cette répression politique. Et la réponse est généralement OUI, hélas, au moins pour vos employeurs. Au travail, utilisez impérativement un VPN (voir ci-dessous) si vous voulez lire en toue sécurité (de votre emploi) les sites qu’il faut bien qualifier désormais de dissidents.

N.B.: Les anglais (UK) sont totalement et parfois anti-démocratiquement (les visiteurs réguliers du site le savent) anti-russes et anti-socialistes depuis le XIXe Siècle. Même l’ex-travailliste Guardian est aujourd’hui devenu anti-Corbyn, pro-Israelien, pro-USA et anti-syndicats de combat

Aux USA, les Démocrates US sont pro-Biden qui est lui-même pro-guerre systématiquement depuis son entrée dans les législatures US il y a une quarantaine d’années : il est même « néo-conservateur » en matière de politique étrangère. Les « néo-conservateurs », proches de l’industrie de l’armement, sont ceux qui ont organisé toutes les guerres des USA depuis les Clinton, inclus. Indifféremment Républicains ou Démocrates, leur pivot est Robert Kagan, un nom à retenir. Nous allons donc aller vers les Républicains aux USA, tant qu’ils sont dans l’opposition au Président en fonction, et ailleurs, chercher les penseurs libres.

Notez qu’un site renseigné ici n’est pas une garantie que sa qualité sera la même dans un an ou sur un autre sujet ou région. Pas plus des écrits saints: ils trompent comme tout un chacun (sauf le PCC). Ce sont souvent des personnes plus ou moins isolées qui travaillent pour « celles du pape » ou « celle de la cerise » et vienne d’horizons très différents voir extrêmes et opposés. En conclusion, les sites à consulter en anglais sur l’Ukraine exclusivement et actuellement peuvent être les suivants.

Simplicius The Thinker Un Républicain US qui sait de quoi il parle en matière militaire. Traite principalement des questions de fond avec de bonnes documentations. Complet au point d’être parfois verbeux mais de plus en plus précieux depuis la mi-2022. A suivre.

A Son of the New American Revolution : Un ancien de la CIA. Ses sources les plus profondément renseignées sont ses ex-alter-ego de l’Agence: des gens du terrain et cadres moyens, il y adjoint la presse anglophone. Trumpiste en politique intérieure USA mais remarquable sur la Russie , quoiqu’en baisse de qualité depuis 2-3 mois. Lui et ses sources apportent une preuve de plus que la CIA est un très bon outil, très riche et efficace, hélas depuis toujours dans des mains dévoyées, pour dire le moins 😠 Souvenons-nous des déclaration du dissident de la CIA dans l’excellent film « JFK » d’Oliver Stone, c’était parole d’évangile comme nous l’avons constaté depuis (Chili, etc…).

N.B.: puisqu’on parle d’elle, il est peut-être utile de retenir que la CIA est nulle sur les pays asiatiques et surtout arabes, (Palestine incluse ?) : ils ne parlent pas ou peu la langue locale et sont chrétiens (à la différence des Russes qui travaillent avec des musulmans en interne). Il y a aussi que sa hiérarchie est « politique » donc raconte fréquemment n’importe quoi en fonction du vent du moment, contrairement à ses opérateurs de terrain qui en sont d’autant plus motivé à s’autonomiser de leur direction. Les pays arabes sont a contrario le point fort de la 3e proposition est « Moon of Alabama » ainsi nommé en référence à la chanson homonyme de Bertolt Brecht.

Moon of Alabama : Le site est animé par un ex-militaire allemand, « b », vraiment très bien renseigné sur les pays musulmans à jusqu’en janvier 2022. Par exemple, avant même les agences de presse occidentales, il a été le premier à donner une explication générale raisonnable et avérée ainsi que des éléments précis sur l’explosion du stock d’engrais dans le port de Beyrouth (Liban). A contrario, la première année du conflit en Ukraine, il a raconté à peu près n’importe quoi. J’en ai déduit que sa source principale avait pu longtemps être le remarquable service de Renseignement Militaire Russe (GRU) : ils parlent la langue arabe, eux, et pratiquent parfois la même religion que leurs cibles, Iran inclus. Cela expliquerait aussi sa perte de fiabilité : le GRU l’aurait intoxiqué sans pitié dès que l’information a concerné de manière critique la Russie. En 2023, il a progressivement reconquis sa fiabilité mais souffre parfois de ses anciens travers pro-Russes dans ses analyses qu’il vaut du coup mieux recouper avec d’autres.

Jacques Baud est aussi un ex-pro du renseignement mais de haut niveau. Ancien patron du renseignement militaire Suisse auprès du Grand État-major inter-armes. Il a ensuite fait carrière à l’ONU en « résolutions de conflits ». Il a pris sa retraite et repris sa liberté de parole. Peu d’articles, tous exceptionnels mais dispersés sur la toile, fréquemment référencé sur ce site. Il est surtout reconnu pour ses livres (EN FRANÇAIS) de très haut niveau sur la Russie et le conflit en Ukraine. Il est très discret sur ce qu’il ne maîtrise pas, mais redoutable et infatigable homme de recherches comme de dossiers où il est alors imbattable. Le maître-espion dans toute sa splendeur neutraliste.

Big Serge Thoughts Expert en histoire militaire et stratégie, probablement Républicain. Il lui arrive de parler du conflit Ukrainien, toujours de manière argumentée et fiable… comme un historien qui avance ses hypothèses raisonnées sur le terrain solide que se créé un (très) bon professionnel.

Censuré en Europe : RT.com, en anglais (un proxy actuel) ou mieux en Espagnol, la version la plus progressiste. La version française est à fuir : c’est la chasse gardée du FN/RN et autres racistes. Dans toutes les langues, un VPN y est recommandé voire obligatoire, vu la censure (parfois) en vigueru. Le VPN le plus confidentiel est Mullvad (en français !), « recommandé par toutes les grandes marques de lessive » 😉 Le moins cher est NordVPN mais son marketing est intrusif, agressif et irrespectueux. Et son indépendance à l’égard des services US est discutable si pas douteuse.

Quelques chouchous des publications dissidentes francophones (mais d’aucune publication généraliste en français) sont 2-3 journalistes Indiens. Souci : s’ils font des états des lieux souvent remarquablement précis, leurs analyses et prédictions relèvent trop souvent de vœux pieux, parfois gravement à coté de la plaque. A lire donc avec beaucoup de précautions et de connaissances du terrain ou en complément d’autres lectures. Liens sur demande via les commentaires.

La presse de la gôche (sic) européenne (The Guardian, El Païs, etc….) comme celle des gauchos & écolos sont quasi-tous complètement intoxiqués par la propagande US : à 95%, il font double emploi avec la propagande des journalistes « officiels » surtout ceux de médias audio-visuels européens, le faux tampon « alternatif » en plus. Ils sont toutefois tous très utiles pour prévoir dans quel sens le vent va tourner dans les jours ou les semaines à venir chez les marionnettistes de Zelenski (alias « Zé »)

Pour l’instant, l’humeur émise par les politiques comme cette presse pro-Otan est à la défaite, comme d’ailleurs celle des soldats de Za. Tous poussent les Ukrainiens aux concessions qu’ils n’envisageaient même pas cet automne, tous ensemble aveuglés par leur propre propagande 😂 Les premiers sont encore anti-Zalzuny (alias « Za »), le chef de l’armée ukrainienne, appuyé par ses troupes, et premier opposant à Zé en cas d’élections présidentielles. Tous sont surtout pro-Zé mais il est très possible que ça ne dure pas vu le passif de ce prévaricateur cocaïnomane : les offensives ratées de cet été comme la gifle des élections refusées avec une loi « votée » à l’appui. En plus il est le porte-drapeau de l’intransigeance. Le tout forme un tiercé perdant. Ils sont à observer impérativement pour prévoir jusqu’où iront les concessions occidentales et donc ukrainiennes, pour obtenir la paix.

N.B.: Il est très peu probable que la Russie accepte un simple cessez-le-feu. Seule une paix draconienne, genre « Vae Victis » (comme le dît Brennus) leur garantira, comme à l’Europe de l’Ouest, une tranquillité durable de ce côté. En Finlande et autres Pays Baltes, c’est une toute autre histoire. De son côté, l’actuel président des USA et ses marionnettistes néo-conservateurs plaident pour un conflit continué plus ou moins dormant : ils sont loin, ne risquent rien et vendent leurs armes avec des bénéfices plantureux puisque l’industrie européenne est en panne d’essence. En primes ils neutralisent la Russie (?) et ruinent l’Europe, en ce compris la locomotive allemande (!). Tout bénef’ pour eux. Largement une perte pour nous mais nos hommes (tel Michel le Belge, Joschka Fischer) & femmes (telles Ursula von machin, Annalena Baerbock) politiques sont si obéissants au « roi-dollar » et autres valises pleines.

En conclusion pessimiste : ces 22 derniers mois, les (extrêmes-)droites européenne et USA ont fréquemment été les moins « va-t’en-guerre » dans l’OTAN que la gôche (surtout allemande et française), écolo et l’Establishment néo-libéral (PS, etc…). Je crains le pire aux élections de 2024-2025, comme déjà aux Pays-Bas et à l’Est, peut-être bientôt aux USA (Trump), en Autriche et France comme ailleurs : une récession économique de moins en moins camouflable dans les manipulations statistiques et (largement) plus de 230 milliards d’€ gâchés dans une défaite humiliante, c’est un lourd passif à expliquer aux électeurs des 2 côtés de l’Atlantique. Les réactions pourraient nous entraîner au-delà du point de non-retour : dictatures personnelles et guerres de sécessions ? Qui sait ?

Pour l’humour (et les riches), je dirais que si vous pouvez vous procurer un passeport suisse, maltais, chypriote ou même chinois à un prix raisonnable, n’hésitez pas. Prenez les quatre, c’est encore plus sûr. Pour la classe moyenne motivée pensez à un visa de travail russe. Pour les plus pauvres, les écolos ou les communistes modernes, pensez Cuba : pays pauvre mais le plus écologique de la planète, avec des soins de santé gratuits en prime.

Même (et surtout ?) pour les Juifs, j’éliminerais Israël où entre la très violente extrême-droite laïque comme religieuse (encore pire, évidemment) et les réponses induites des Palestiniens à leur politique brutale et aveugle, l’atmosphère risque de devenir rapidement irrespirable. Lisez les dissidents tels Ilan Pappé et pas mal de tribunes du journal Haaretz (en anglais) pour vous en assurer. Le « diasporiste » UJFP vous apprendra de belles aussi.

Les pays riches en matières premières sont à fuir comme la peste : les habitudes prédatrices des occidentaux les rendent instables, violents, corrompus et dictatoriaux.

Les USA sont à fuir également car ils sont de plus en plus clairement au bord du basculement, notamment au sujet d’Israël ce qui l’élimine pour les Juifs car les bavures et généralisation ne sont pas exclues dans ce pays passé directement de l’inculture à la décadence. Le raidissement de plus en plus absurde et violent voire dément des autorités civiles et des entreprises en matière de droits individuels est un signe très clair que la situation et la jeunesse, commencent à leur échapper. Il est peu probable que cette course aux extrêmes, démarrée pour d’autres raisons bien plus profondes (incluant l’appauvrissement grave et irréversible de la population travailleuse et pauvre [ce n’est pas exclusif], les manipulations des GAFAM+X, Trump-le-psychopathe, la dichotomie béante entre CNN/Fox et la réalité, Biden-le-fou-de-guerre gâteux, le Russiagate), s’arrête facilement, ni même ne s’exonère d’une violence plus ou moins généralisée.

Une intervention sur Gaza

Actuellement, les Israéliens ont laissé leur gouvernement tuer volontairement plus d’enfants à Gaza qu’il n’y a eu de civils juifs de tous âges tués par des attentats depuis une grosse dizaine d’années, pour le moins. C’est de la barbarie cruelle et injustifiable face à une population privée de sa terre et de tous ses droits depuis l’occupation anglaise

Actuellement, ils ont aussi laissé ou fait tuer sciemment à Gaza plus de civils Palestiniens en un mois que la Russie n’a tué involontairement de civils en un an et demi de guerre contre l’Ukraine, pourtant 15 fois plus peuplée que la bande de Gaza. Cela montre une claire volonté de massacrer gratuitement une population prisonnière sous couvert de religiosité mal digérée pour ne pas dire paranoïaque.

Actuellement, Israël a supprimé l’arrivée d’énergie, de médicaments, de nourriture et d’eau des habitants non-juifs de Gaza qu’il juge collectivement associés aux crimes du Hamas. Oubliant qu’il avait lui-même contribué à créer ce parti religieux pour gêner et combattre l’OLP unitaire et laïque de Yasser Arafat. Il a poussé le cynisme jusqu’à détruire à la fois les dernières réserves d’eau ET le réseau d’égouttage pour les Palestiniens qui détiennent et habitent cette terre. Première étape d’un nouveau génocide, après la Nakba

Actuellement, le gouvernement israélien, « gauche » et droites racistes et religieuses réunies, a déplacé sous la menace près de la moitié de la population de Gaza soit un million de personnes en un mois qui ont été envoyé s’entasser dans le sud de Gaza déjà surpeuplé. Tout ça pour qu’Israël puisse mettre la main sur leur terre, comme d’hab’, ainsi que les riches gisements de gaz qui s’y trouvent et qu’ils ont empêché les Palestiniens d’exploiter. Cela concourt à démontrer la volonté israélienne de précipiter les Palestiniens dans la misère et le dénuement. C’est aussi une étape indiscutable d’un génocide.

Actuellement, les infrastructures civiles de toute la bande de Gaza, Nord et Sud, sont systématiquement visées et rasées. Les journalistes et toutes communications sont tués, détruites ou expulsés par la puissance colonialiste. Gideon Lévy pense que nous devons nous attendre à de mauvaises surprises prochaines en Cisjordanie où une répression (200 morts déjà) et des agressions de colons appuyés par l’armée, toutes lourdement meurtrières, s’exercent déjà. C’est le troisième élément d’un génocide.

Actuellement, Israël bénéficie de la complicité du pays coupable du pire génocide du XXe siècle, la Shoah. Il prête la main, donne les armes et l’argent nécessaires à ce nouveau crime. Il n’a pas fallu aux Allemands 80 ans pour oublier leur crime irréfragable et se rendre volontairement complices d’un nouveau génocide aujourd’hui naissant et faire taire toute opposition.

Actuellement, Israël ne serait pas sûr de quoi faire ensuite. Selon un Caitlin Johnstone un simple coup de fil arrêterait immédiatement ce crime de guerre qui se transforme de plus en plus vite en un crime contre l’humanité appuyé par l’appareil politique des USA. D’autant que ce va-t-en guerre de Biden n’est jamais en retard d’une gaffe. Au contraire, le parlement de ce pays condamne celle qui seule en son sein s’oppose à cette inhumanité calculée. Cela n’empêche pas la rue de se lever de plus en plus bruyamment contre cette politique.

Actuellement, non seulement le « gouvernement » auto-institué de la CEE laisse faire et n’appelle au cessez-le-feu que du bout des lèves mais il finance ce massacre, mais il fournit les armes pour le faire, mais il cherche à faire taire les indignés, les insoumis, les révoltés, les témoins insuffisamment silencieux sur son propre sol. Tout cela au nom d’une lutte contre une définition insensée d’un éventuel anti-sémitisme qui ne s’oppose en rien au racisme envahissant de l’Occident.

Actuellement, bien des gouvernements européen sont ouvertement racistes tout en se prétendant défenseur du peuple juif. Ils montrent assez à quel point cette défense est kidnappée par des fachos français, par des religieux juifs bornés et des racistes qui constituent la majorité des Israéliens, de leurs alliés ici et, malheureusement, de la quasi-totalité des organisations juives occidentales à l’exception de l’UJFP, de l’UPJB et de trop rares autres réellement anti-racistes. Le couvercle se soulève pourtant peu à peu.

Actuellement, ce massacre altère un peu plus une loi internationale déjà bien blessée par le deux poids-deux mesures systématique des USA et des ses vassaux. Gageons qu’elle est en train de disparaître sous le poids de cette hypocrisie démasquée, notamment en Afrique.

Actuellement, de plus savants, de plus impliqués, de mieux placés que moi, tels Ilan Pappe, parlent ouvertement d’un génocide à propos des Palestiniens. Génocide commis sous un prétexte aussi foireux et hors de proportion que la destruction de la gauche allemande par l’Allemagne nazie en 1933 au nom d’un crime commis par eux et erronément imputé à van der Lubbbe.

Je me lève humblement à mon tour car ce qui précède montre qu’hélas aujourd’hui la majorité des Juifs ont perdu le privilège de lier ma plume. Une plume bien légère pourtant face au privilège acquis à l’incommensurable prix de six millions des leurs : la moitié de la population juive d’Europe morte entre 1933 et 1945 des mains de l’Allemagne alors dirigée par un minus syphilitique nommé adolf hitler, avec la collaboration active de la population allemande ouvertement raciste, des politiciens de la majorité des pays d’Europe, de leurs polices et de leurs juges, à commencer par les Français. Comme aujourd’hui. Tous ont perdu l’autorité politique de me faire taire car cet écrit est politique et facilement plus anti-raciste que leurs pantalonnades.

Tout ceci posé, en démarquant le cri de rage du grand Jacques Brel, j’écris car mon silence vaudrait complicité de crime contre l’humanité, je persiste dans mon analyse et signe, je m’appelle Veuve Jean Dominique.

Je fais cela tout en pensant que ceux qui seront les plus utiles mais aussi ceux qui paieront le plus cher dans leur opposition à ce qui ressemble toujours plus à un génocide, outre les Palestiniens eux-même, ce ne sont pas quelques intellos en colère et verbeux comme votre humble serviteur. Non, ce sera bel et bien la classe ouvrière et de rares résistants actifs et de gauche qui vont lever haut cette bannière, si pas de la révolte, au moins de l’opposition et de la grève internationale face à ce crime en bande organisée. Il renvoie ceux qui se disent « les civilisés du monde » à leur réalité, celle des barbaries les plus odieuses, les plus criminelles et les plus sales depuis au moins un demi-millénaire.

Divisions en Ukraine

En me référant à mes moins fréquentes lectures polyglottes et à l’indiscutable augure anglophone du moment (celui qui s’est le moins trompé ces 12 derniers mois), il y a désormais en Russie une divergence entre l’appareil militaire qui voudrait aller jusqu’au Dniepr mais aussi occuper les ports de la mer Noire en ce compris Odessa. Cette ville est très majoritairement russophone, russophile et historiquement Russe. L’Armée Rouge est passablement philo-soviétique voire peut-être Grand-Russe. Les forces armées russes apprécient l’ordre, ont la mémoire longue et la dent dure : la décapitation de Wagner, si elle est bien consécutive à un attentat, serait logiquement de leur fait : ils gardaient avec raisons un chien de leur chienne à Wagner & C° et la violence leur fait d’autant moins peur que le pays est en guerre.

Leur attitude à l’égard de l’Ukraine qui a mangé sa parole à répétition et bombardé des communistes russophones au Donbass pendant 8 ans n’est certainement pas celle du pardon ni de la confiance. La couleur fortement nazie des ukrainiens, au moins jusqu’au début 2023, touche aussi un de leurs points sensibles : après tout, l’Armée Rouge a détruit à elle seule 75% de l’armée du petit caporal syphilitique. Elle est clairement celle qui a écrasé l’hydre hitlérienne, tout le monde en convenait en 1945.

1945: Le drapeau Soviétique flotte sur le Reichstag

80 ans d’intensive propagande intello-hollywoodienne ont un peu changé cette perception chez nous mais pas chez eux. Tout concourt donc à les pousser vers une solution définitive.

De l’autre côté, il y a le pouvoir civil représenté par le Pdt Vladimir Poutine, son gouvernement et sa majorité au Parlement qui semble vouloir se limiter aux territoires déjà conquis qui sont les plus riches et où des élections ont déjà eu lieu qui valident leur rattachement, au moins au yeux des Russes qui voteront aux prochaines élections. C’est juste un indice mais il y a la nouvelle voie ferrée vers la Crimée qui est en train d’être construite le plus loin possible de la ligne de front actuelle. Un choix qui n’a de sens que si tout reste à l’identique même après un accord de paix, certes relatif : les actions terroristes auront sûrement encore lieu pendant longtemps, arrosé par les Dollars, les Zlotys et faute d’un gouvernement financièrement viable et donc fort à Kiev.

L’opposition russe au pouvoir actuel, hors sa principale composante que sont les communistes plutôt pacifistes, semble pencher vers la solution dure mais peut-être réaliste proposée par les militaires. Il n’est que d’écouter le VP du « conseil de sécurité », l’ex-Pdt Medvedev, ancien pro-occidental, qui tient depuis le début de l’Opération Spéciale un discours passablement hystérique à l’égard de l’Ukraine et de ses anciens maîtres (à penser ?) à l’Ouest. Histoire de se dédouaner ou réel patriotisme ? Je doute qu’un néo-libéral comme lui sache ce qu’est une patrie mais avec les Russes, on est souvent surpris à ce sujet.

Les autres bavards et généraux en chaise-longue vont globalement dans le même sens sauf les libéraux et autres philo-occidentaux de Leningrad alias Petrograd alias St Petersbourg mais avec 2 à 3% des voix, ils n’existent que dans la propagande occidentale en y incluant Facebook, YouTube et autres Gafam où la parole est de plus en plus caporalisée dans le sens philo-Démocrate US.

On sait aussi qu’en Ukraine, le budget civil 2024 sera irrémédiablement trop court de 28 Mds (et le reste), que les forces militaires y sont l’agonie et que toute l’aide occidentale est désormais redirigée vers Israël. Ces 3 éléments convergent vers une capitulation des forces de Kiev pour cet hiver. D’autant que cette solution est de plus en plus appuyée par les médias US tant Républicains que Démocrates et les voix de la CIA tel Time. S’y joignent la majorité républicaine au Parlement US et peut-être le staff de Biden qui voit dans cet engagement sans fin un poids certainement négatif aux prochaines élections.

Z: Tu avais dit « ensemble jusqu’à la fin » ! Biden: C’est la fin.

Il y a aussi que les conscriptions militaires ukrainiennes « rapportent » aujourd’hui le quart de qui était prévu : plus personne ne veut aller se faire tuer. Le moral des soldats au front après l’échec sanglant de « l’offensive d’été » tend vers le bas. Fortement. vers. le. bas. Un mot en passant, la Russie vient de coordonner avec 17 succès ses avions-radars avec ses missiles anti-aériens longue portée (S-400) : la vie d’éventuels F-16 cinquantenaires livrés dans la région va s’avérer encore plus courte que prévu.

Une prolongation de l’agonie du gouvernement de Kiev pendant encore un an serait possible moyennant un gros effort de ses commanditaires ce que, sauf chez les irresponsables eurocratiques, plus personne ne veut faire : les Dupond-Dupont de la Commision que sont Ursula & Jossip ne répondent devant aucun électeur et peuvent se permettre de promettre à l’Ukraine de l’argent dont une partie revient enrichir leurs amis et peut-être eux-mêmes mais les autres doivent affronter un population qui commence à douter de l’intérêt de déverser des dizaines de milliards dans le trou sans fond de l’état 404.

Les jours du Pdt « Z » semblent donc comptés. Ce serait tellement mieux s’il était assassiné, un si beau martyr, mais ce ne sera pas par les Russes dont les journaux discutent plutôt ces jours-ci de la meilleure manière de protéger cet idiot utile 😂 D’éventuelles élections lui seraient probablement favorables d’autant qu’il a interdit ou mis en prison toute opposition sauf l’extrême-droite qu’il craint trop. Et la part de la population qui le hait a déménagé vers l’Europe et la Russie, elle ne vote donc pas. Tout est possible pour l’avenir ce régime, comme je l’ai dit ci-dessus on ne peut en dire autant de leur armée.

Du côté Russe, normalement Poutine n’est plus rééligible. En prime, il a largement dépassé l’âge de la retraite et il ne veut pas mourir au pouvoir, il le clame haut et fort depuis quelques années. Pour son image dans l’histoire, il préférera probablement partir en laissant derrière lui un pays en paix avec des frontières internationalement reconnues. Ce serait conforme à un légalisme dont ne s’est jamais départi ce licencié en droit constitutionnel. Paradoxalement, c’est ce que certains puissances intérieurs russes lui reprochent : un légalisme qui flirte trop avec l’angélisme à l’égard des USA et de l’Otan dont le rêve avoué est de balkaniser la Russie après avoir anéanti la Pacte de Varsovie puis l’URSS.

Nous savons tous, à l’Est comme au Sud (et à l’Ouest chez ceux dont la mémoire dépasse celle des poissons rouges) que les promesses et traités signés par les occidentaux ne valent que le temps que l’encre de leur signature sèche ou que l’écho de leur parole s’éteigne. Et encore. De là à pousser malgré tout vers la solution dure favorisée par l’appareil militaire… D’autant que la production militaire russe impacterait peu (< 3% [?] du PIB) le pouvoir d’achat de la population russe. Au contraire, ce dernier s’est accru en 2023, même si c’est partiellement artificiel (déficit public), et donc les électeurs Russes poussent assez peu vers la paix pour le moment.

Clairement, la Russie cultive avec succès l’obscurité 😉 sur ses intentions et se créée le plus possible d’options ouvertes. Cette capacité de disposer des opportunités aussi nombreuses que variées sans en favoriser ouvertement une seule démontre une fois encore que Poutine est le plus grand homme d’état de ce début de XXIe siècle.

Le gros souci pour nous est que Vladimir Vladimirovitch ne joue clairement pas dans notre camp et encore moins en notre faveur. Ce qui ne serait pas si grave s’il n’était tellement bien aidé par nos propres chefs politiques que plus personne de sensé ne qualifierait désormais de « dirigeants » mais bien plutôt de clowns incompétents qui se sont tiré une balle dans le pied en excluant l’énergie bon marché fournie par la Russie. Les USA sont plus pragmatiques en continuant d’acheter leur uranium enrichi à la Russie.

Si même le New York Times…

https://www.nytimes.com/interactive/2023/09/28/world/europe/russia-ukraine-war-map-front-line.html

Selon le New York Times (NYT, USA, pro-Démocrate) : en bleu, les gains de l’Ukraine et en rouge, les gains de la Russie depuis le début de la soi-disant « offensive d’été ukrainienne ». Ils sont reportés sur la carte ci-dessous.

Il y aurait un début de lâchage dans l’air que je n’en serais pas étonné outre mesure. Surtout si l’on considère que cet article n’est pas le seul du genre après 18 mois de glorification unanime et indiscutée du régime de Zelensky dans toute la presse occidentale, NYT inclus.

Je dis bien « début » car le Washington Post, l’autre aile de la production médiatique pro-Démocrate (le corps de l’oiseau étant « The Hill »), me semble camper sur son support inconditionnel. En même temps, je ne le lis plus depuis que je me refuse à consacrer plus d’une paire d’heure par jour à l’actualité, je n’ai donc que ses reflets que l’on observe ici et là. Dans le même ordre d’idée, le très grand hebdo US Newsweek (concurrent du Time) serait aussi en train de tourner casaque en donnant notamment une version un peu plus équilibrée des incidents de Bucha. Le tout très, très prudemment encore ? Si un lecteur desdits pouvait con/infirmer, merci.

Deux autres sujets (pas dans le NYT), on commence dans les médias non-capitalistes ou d’État à évoquer le chiffre de 500.000 victimes pour la période 2022-2023 de ce conflit. Si je m’en réfère aux publications plus ou moins officielles tant israéliennes que turques,(les deux satellites des USA les plus indépendants, il s’agirait de 15 à 20.000 civils (appuyés par les chiffres ONU, habituellement largement sous-estimés : 8-9.000), 80.000 Russes et 400.000 Ukrainiens. Pour ceux qui l’ignorent, ce qui tue les soldats c’est l’artillerie*, l’arme favorite des Russes depuis 1922. Depuis le début 2023, où les chiffres de pertes se sont envolés, nous en sommes à 8 obus russes pour chaque obus ukrainien. Ça colle. Idem pour les chiffres indirects qui fuitent de temps à autre : abonnés aux GSM chez les soldats ukrainiens : moins 400.000 depuis 2022, les médias sociaux, la taille des cimetières, etc… On évoque, en plus, le nombre d’Ukrainiens émigrés dans la riche Europe et qui « ne reviendront plus au pays » ruiné par les dépenses de guerre, la vente de ses terres fertiles aux multi-nationales et la récupération par la Russie des (riches sous-sols des) terres et populations imprudemment et autoritairement données à l’Ukraine par ses dirigeants post-Staline, principalement le Donbass et la Crimée pour diverses raisons relevant de la démographie, de l’économie et de la connerie chimiquement pure qui leur était habituelle après Kroutchev, mais Gorbatchev et Eltsine inclus.

Notons aussi le nombre incroyablement faible de morts civiles : <5% !? Ce sont des totaux temporaires, certes mais quand même ! Les bombardements Ukrainiens du Donbass (2014-2022), en me référant aux chiffres de la très européenne OSCE, parlaient eux de 80/20 : 80% de civils, 20% de militaires. Les autres conflits occidentaux, principalement dans les pays du Tiers-Monde (Irak, Afghanistan, Syrie, Liban, Palestine, etc…) et même en Europe (14-18 ou 39-45) nous avaient habitués à du 50/50, au mieux. Quelques possibilités d’explications : l’usage généralisé de l’artillerie, plus précise que les avions ; les armes de bombardements plus précises ; la volonté expresse (discutable) de part et d’autres de ne PAS viser les civils puisqu’ils sont leurs ressortissants, etc… J’attends avec impatience les livres qui vont étudier cette bizarrerie bienvenue que l’on aimerait voir se généraliser : « La guerre serait un bienfait des dieux si elle ne tuait que les professionnels » disait Jacques Prévert 😘 et de préférence « avant que la guerre ne mette fin à l’Humanité » comme le pensaient John Fitzgerald Kennedy (JFK) et un paquet d’autres célébrités intelligentes.

(*) Dans le même ordre d’idée : les chars conquièrent, l’infanterie occupe et défend, l’aviation détruit (et coûte cher).

Pour en finir avec la gauche de droite

Notre devoir, c’est bel et bien de « fermer la parenthèse » ouverte il y a quarante années, d’en finir avec des dogmes usés.

C’est une nécessité.
C’est une nécessité pour reconquérir une confiance populaire.
C’est une nécessité pour remettre sur pied notre pays.
C’est une nécessité pour la planète.
Car que produit la concurrence partout, la concurrence sur l’énergie, les transports, l’agriculture, la concurrence entre les travailleurs, les territoires, les agricultures, la concurrence jusqu’à la lie et la folie ? Il en ressort le chaos, le désordre, un hôpital en lambeaux, des prix de l’électricité qui font du yoyo, le rail qui déraille, une école pilier de la République qui recrute ses enseignants en job-dating, bref, tout qui devient instable. Qu’apporte le libre-échange étendu à tous les continents ? La recherche du moindre coût, social, fiscal, environnemental. Qu’engendre la compétitivité comme boussole ? Les biens communs écrasés par les égoïsmes. Chaque jour, cette doctrine, qui a dominé notre époque, qui a régné de Chicago à Bruxelles, cette doctrine ne se montre pas seulement impuissante à résoudre les crises, à commencer par la plus terrible des crises, la crise climatique, pire : chaque jour, cette doctrine creuse notre tombe.

Contre ce fanatisme du marché, les esprits ordinaires se sont révoltés, depuis un bail déjà. Non par « idéologie », mais parce qu’ils en sont affectés, très concrètement, côté emploi, dans leurs salaires et leurs horaires, dans leurs contrats précaires, mais dans leur vie quotidienne aussi, de la naissance (avec la maternité de la sous-préfecture qui a fermé) jusqu’à la vieillesse (comment payer l’Ehpad à la mamie qui souffre d’Alzheimer ?) en passant par mille anomalies (les services publics tout en numérique, le courrier postal qui devient « e-lettre rouge »). Le sens commun renâcle devant ces innovations, perçues comme des dégradations, des aberrations et pour le dire comme Gramsci, « nous vivons un temps de détachement de l’idéologie dominante ».

Des réponses se font jour, sans rien de révolutionnaires, plutôt de décence et de bon sens : c’est un libre-échange que l’on tempère, que l’on modère, sans autarcie aucune, mais avec des barrières douanières, des taxes aux frontières, selon les industries que l’on veut protéger ou faire renaître ici. C’est un travail que l’on ne flexibilise plus, mais à qui on offre statuts et de revenus, des droits associés, garanties de dignité. Ce sont des secteurs placés hors marché, hors concurrence, la santé, l’éducation, le logement en partie, l’accès à l’énergie. C’est une fiscalité juste, « que les gros paient gros et que les petits paient petits », qu’on cesse d’alléger les impôts pour les firmes, pour les grandes fortunes, tandis qu’on les alourdit, la TVA et impôts locaux, pour les modestes. Que l’Etat revienne aux manettes, et pas seulement pour distribuer des aides, des aumônes, des subventions, mais pour piloter les grandes transformations, l’impérative transition.
Voilà, en gros, qui ferait consensus.

N.B.: Le texte qui précède est extrait d’un article de François Ruffin paru le 6 mai 23. Basé sur les évènements français, sa proposition s’applique tout aussi bien à la situation de tous les pays Européens sous la botte de l’asocial-démocratie (sic) qui y sévit depuis 30 à 40 ans, celle qui occupe la France depuis 1981 et tous les PS européens qui, tels des dominos, sont tombés avec délice dans la culture du fric et du pouvoir depuis Mitterrand, Di Lupo (sic), Blair, le SPD et trop d’autres. A nous, maintenant, de rebâtir nos utopies, nos droits sociaux et nos combats ensemble avec des gens courageux. Vite !

Quel VPN pour protéger votre vie privée et vos choix personnels ?

Avant de commencer, une règle de base : « si c’est gratuit, c’est vous le produit« . En d’autres mots, en dehors du logiciel libre, sur internet si vous ne payez pas ce que vous utilisez, c’est que ce que vous y introduisez de vous-même et donc de votre vie privée qui est le produit vendu, que ce soit aux annonceurs, aux marketeux, à des organismes plus ou moins légaux et plus moins étatiques. Les exemples les plus couru étant les GAFAM, en ce compris Microsoft et Apple qui en prime se paient le luxe de vous faire payer le droit d’être vendu, respectivement comme « pigeon encrouté » ou « iDiot« . Facebook autre réseaux sociaux commerciaux suivant de près. Gmail, Yahoo et autre Microsoft Outlook font partie du même tonneau.

***

Si vous avez des problèmes à joindre des sites censurés dans votre pays, je ne peux que vous conseiller de penser à un VPN. En prime, les meilleurs filtrent pas mal de crasses officielles et officieuses du net. Ils concourent à protègent votre vie privée contre les « marketeux » et publicistes de tout poils. Ils participent aussi à la défense de votre vie privée contre des organismes plus ou moins étatiques. Ce ne sont pas pour autant des produits miracles (qui n’existent pas) mais comme les préservatifs, ils concourent à votre sécurité s’ils sont bien utilisés.

Mon conseil incontestable est actuellement le suédois Mullvad.net, très simple et fiable mais surtout le plus respectueux de votre vie privée selon le sourcilleux SebSauvage, notre référence du web francophone en ces matières. La référence internationale en ces mêmes matières qu’est le browser Firefox et l’anti-malware commercial Malwarebytes utilisent ce même produit de Mullvad comme sous-traitant pour leur propre offre. Il vaut cependant mieux se fournir chez le fabricant que les revendeurs, aussi bons soit-ils.

A contrario, je vous invite à vous méfier de l’omniprésent mais peut-être indiscret, en tout cas incontrôlable vu sa situation géographique, et peu stable sous Linux NordVPN ou du Suisse ProtonVPN. Ce dernier est probablement le meilleur pour le monde des affaires mais est un peu trop volontaire à se plier aux demandes des polices du monde : sorti du secret des affaires, la législation Suisse est (vraiment) très laxiste en matière de protection des libertés fondamentales : la liberté d’association était récemment encore restreinte dans certains cantons, par exemple. Nous savons aussi aujourd’hui que la CIA américaine a pu monter en Suisse pendant des années une superbe « escroquerie », désormais éventée, en matière d’espionnage de gouvernements étrangers plus ou moins amis. Au contraire l’Allemagne, hôte de la célèbre messagerie (vraiment) privée Tutanota.com et la Suède, patrie de l’insubmersible ThePirateBay et de Mullvad, justement, sont notablement plus féroces.

***

Je ferais les mêmes remarques en matière de messagerie privée. Il y a, certes beaucoup de choix parmi les offres payantes pour acquérir un peu de vie privée, nous y reviendrons dans un autre article.

Pour les plus anxieux, je viens de parler de Tutanota.com qui est mon choix même si ses fonctionnalités sont limitées. Son concurrent Proton est une très bonne messagerie commerciale mais nous l’avons vu précédemment, elle est vraiment laxiste à l’égard des polices et des justices pas toujours ni justes ni obligatoirement légales. Sur ce dernier sujet voyez Julian Assange pour vous rassurer pleinement. Les réclamations de la Turquie, membre d’Interpol, à l’égard des ressortissants Kurdes ou celles de l’Espagne vis-à-vis des séparatistes basques et catalans ne sont guère plus rassurantes.

La fin de la domination du $ ? 2e épisode

L’article de traduit par Danielle Bleitrach intitulé « Une opportunité bancaire pour les grands dirigeants d’améliorer le développement mondial » dont l’introduction suit m’a inspiré certaines réflexions sur le destin de « la monnaie de référence » (sic) émise par « la nation indispensable » comme le répètent tous les dirigeants des USA, du gentil « Barak Obama » à la sanguinaire Madeleine Albright.

Si la venue de Lula (le Président du Brésil) en Chine a reçu en France un peu moins de commentaires que celle de Macron, il s’agit là de la mise en place de la clé de voute d’un système financier alternatif à la dollarisation avec un nombre croissant de pays qui se rallient à cette solution. Avec la fin de l’hégémonie du dollar c’est le pouvoir de sanction des USA qui s’effondre, mais jusqu’ici il a manqué un leadership. La « Nouvelle Banque de Développement » et le « Contingent Reserve Arrangement » seront-ils en mesure de remplir leur mission initiale avec l’arrivée de la nouvelle présidente de la banque, Dilma Rousseff c’est-à-dire l’investissement du Brésil? (note et traduction de Danielle Bleitrach pour « Histoire et Société »)

La fin ou même simplement la diminution des réserves de change en $ des pays tiers qu’impliquent les changements décrits dans cet article va aussi diminuer plus ou moins fortement la nécessité d’acheter des Bons du Trésor US pour garantir les paiements des pays concernés par la dédollarisation. Le déficit permanent et en constante augmentation de la balance des paiements des USA était compensé par l’émission de ces bons du Trésor qui garantissaient le commerce international. Que va-t-il se passer aux USA quand il ne pourront plus financer leur vie à crédit ? Quand, en échange des biens qu’ils importent, ils devront donner quelque chose qui a de la valeur au lieu de chiffons de papier qui ne leur coûtent que l’encre pour les imprimer en nombres toujours croissant ?

Ce pays surarmé va-t-il accepter ce destin ou va-t-il commencer par faire défaut sur dette comme l’Allemagne moderne (deux fois au XXe, la dernière en 1953) et bien d’autres ? Ou, va-t-il utiliser son invraisemblable arsenal pour rançonner encore plus agressivement le monde ? Ou va-t-il plonger le monde dans une infinité de petits conflits permanents dont il fournit les armes, comme il a déjà commencé à le faire maintenant ?

C’est cette issue que la Chine est en train clore en tant que médiatrice dans les pays arabes avec la généralisation des paix entre Arabie Saoudite (AS) et ses voisins, l’Iran idem et le retour de la Syrie dans les instances inter-arabes. Même la Turquie est invitée à revenir. Dans l’optique décrite ci-dessus ce ne sont pas des hasards du calendrier. Le réarmement de la marine Chinoise en eau côtière est le signe que la Chine a bien compris qu’il n’y a pas qu’un conflit économique en cours entre le géant aux pieds d’argile et l’atelier du monde mais éventuellement une confrontation militaire directe qui peut tourner au conflit nucléaire choisi par les USA

***

Edit 16:10-13/04/22 : Russia Today (RT.com) rapporte à l’instant (en anglais) un court avis de Felipe Medalla, patron de la Banque Centrale des Philippines qui s’est ouvert à RIA Novosti (en russe) sur la question ci-dessus.

Edit 22:58-13/10/22 : ajout en fin d’article sur la base de l’article de Covert Action Magazine affirme que les USA choisiront la voie du suicide nucléaire plutôt que d’être dépassé par la Chine et la Russie

La fin de la domination mondiale du $ en vue ?

Nous avons pour commencer les déclarations policées des médias chinois sur la fin de la domination du dollar. Un exemple https://www.globaltimes.cn/page/202304/1288566.shtml

Dans une vidéo qui a largement circulé sur Internet, le sénateur américain Marco Rubio a déploré le déclin de l’hégémonie du dollar américain et a déclaré : « Il y aura tellement de pays qui effectueront des transactions dans des monnaies autres que le dollar que nous n’aurons pas la capacité de les sanctionner ». À l’heure actuelle, la politique monétaire irresponsable des États-Unis, en particulier les hausses continues des taux d’intérêt, a suscité une colère et un mécontentement croissants à l’égard de l’hégémonie du dollar américain. Dans ce contexte, la théorie de « l’incapacité à sanctionner » avancée par Rubio pourrait jeter de l’huile sur le feu.

Pendant longtemps, l’abus de l’hégémonie du dollar par les États-Unis a été considéré comme un facteur de pression sur l’économie mondiale, mais alors que de plus en plus de pays, en particulier les pays en développement, souffrent de l’hégémonie américaine et paient pour ses politiques monétaires irresponsables, il est ironique que certains politiciens américains ne s’intéressent qu’à la question de savoir si les États-Unis risquent de perdre leur capacité à imposer des sanctions unilatérales déraisonnables et des mesures coercitives. Cette attitude reflète la pensée hégémonique habituelle des élites politiques américaines à l’égard de l’économie mondiale.

Dans le passé, les États-Unis ont établi l’hégémonie du dollar pour garder sous leur contrôle la finance mondiale et la circulation des devises, mais tant d’années ont passé que le système financier centré sur les États-Unis ne s’est plus adapté aux nouveaux modèles de développement économique mondial. Bien qu’il ne faille pas nier que le dollar américain restera la monnaie la plus utilisée dans un avenir prévisible, il faut reconnaître qu’une tendance mondiale à la dédollarisation s’est déjà amorcée. Certains membres de l’élite politique américaine sont paniqués par l’effondrement possible de l’hégémonie financière des États-Unis. Comme ils veulent perturber et créer des obstacles à la tendance à la diversification des devises, ils pourraient désespérément faire n’importe quoi. Dans ce processus, il ne serait pas surprenant qu’ils prononcent des remarques radicales ou qu’ils fassent de la rhétorique extrême, mais de telles propositions ne reflètent rien d’autre que leur panique et leur peur intérieures.

Aujourd’hui, alors que la politique monétaire irresponsable des États-Unis et le dollar fort qui en résulte deviennent un danger pour l’économie mondiale, les économies du monde entier ont pris conscience de l’urgence de la dédollarisation. Le yuan chinois et d’autres monnaies dont la valeur est stable sont devenus des devises idéales pour se diversifier par rapport au dollar. En mars, les médias ont annoncé Rubio a averti que ces pays étaient en train de créer une économie parallèle totalement indépendante des États-Unis. Ses propos reflètent, dans une certaine mesure, la panique des élites politiques américaines face à la tendance actuelle à la dédollarisation et à la diversification des devises, mais il convient de souligner que ce n’est pas la Chine, le Brésil ou tout autre pays, mais les États-Unis eux-mêmes qui déclenchent l’inévitable tendance à la dédollarisation, en partie grâce à la politique monétaire irresponsable des États-Unis.

L’hégémonie du dollar américain découle de la position des États-Unis en tant que puissance économique mondiale essentielle et de la stabilité politique et économique du pays. Si les États-Unis veulent rétablir la confiance mondiale dans le dollar américain, ils doivent insuffler davantage de facteurs positifs dans l’économie mondiale. À tout le moins, les États-Unis devraient maintenir une valeur stable de leur monnaie et adopter une politique monétaire responsable. Cependant, il est regrettable de constater que les États-Unis vont dans la direction opposée. Outre la politique monétaire irresponsable qui a causé des dégâts dans le monde entier, les États-Unis utilisent de plus en plus l’hégémonie du dollar américain pour imposer des sanctions économiques et créer une volatilité financière au détriment de l’économie mondiale.

Personne ne veut vivre sous la menace de sanctions américaines. La théorie de l' »incapacité à sanctionner » de Rubio a une fois de plus mis en évidence l’urgence pour les pays du monde entier de réduire leur dépendance à l’égard du dollar américain, car elle ajoute à la preuve qu’il est peu probable que les États-Unis cessent d’armer leur hégémonie sur le dollar américain.

Nous avons ensuite l’échec de la plus grande machine de guerre du monde, plus de 800 milliards de $ annuels, à vaincre la Russie par le truchement de ses mercenaires ukrainiens. Je dis bien « mercenaires »: « Nous payons ces soldats via le pouvoir ukrainien avec des dons et des prêts de facto non-remboursables, les équipons d’armes légères comme lourdes (tanks Léopards et canons M777), les entraînons, les informons depuis les satellites et drones lourds US via Starlink, les dirigeons via la marionnette Zelensky que nous avons installé au pouvoir et que nous fournissons en coke et dollars. Et vous voulez que les Russes ne les voient pas comme nos mercenaires et la guerre en cours comme une attaque de l’Otan contre la Russie ? »

Sans la menace militaire, sans l’imposition du $ dans les échanges internationaux, plus de sanctions ! Du coup, nous voyons nombre de pays désobéir aux instructions impériales et nouer des alliances comme la SCO (Organisation de Shangai pour la Coopération) qui recrute à tout de bras, les relations économiques qui se construisent comme chez les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) où les candidats font la file mais surtout sur les Chinoises Routes de la Soie avec leur cortège d’investissement, les traités de paix qui se signent comme entre l’Arabie Saoudite et l’Iran-la Syrie-le Yémen ou entre la Turquie et l’Égypte. Tout ces pays que les USA avaient mis tant d’énergie à monter les uns contre les autres. L’Inde fait bon marché des sanctions occidentales contre la Russie, notamment en matière du prix du pétrole et l’Opep danse avec l’Ours une valse que les vassaux occidentaux des USA trouvent pénible pour ne pas dire discordante mais surtout chère. Nombre de pays payent désormais leur pétrole en Yuan, une désobéissance qui avaient valu leur destruction à l’Irak et la Libye dernièrement.

Je pose clairement la question de savoir ce qu’il va se passer lorsque les pétro-dollars, les réserves monétaires et les bons du Trésor US vont commencer à ne plus être aussi nécessaires aux pays du monde, ne plus être autant stockés et même commencer à rentrer chez l’Oncle Sam ? Car ce monopole du $ avait permis à la nation soi-disant indispensable de faire financer leur balance démesurément déficitaire depuis la guerre du Vietnam par une monnaie stockée dans tous les pays du monde. Quand elle aura perdu son statut de monnaie de réserve est-ce que la seule planche de salut pour le $ ne sera pas un défaut sur dette ?

Personne ne crie au charron car il y a des milliers de milliards de $ en Bons du Trésor US stockés au Japon, en Chine et accessoirement de ci, de là. Mais il est très imaginable que leur valeur s’écroule si les USA ne peuvent plus « faire de la cavalerie », c’est à dire rembourser les anciens emprunts par des nouveaux parce que plus personne ne voudra de leur papier en cours de dévaluation. Si cela arrive, le tsunami qui tombera sur l’économie pourrait alors entraîner tout le monde occidental qui ne détient la planète qu’en l’enchaînant par les dettes et le massacre des dirigeants non-corrompus ou indociles depuis la soi-disant fin de la colonisation.

/