Les dérives commerciales de la psychologie moderne sauce satire, ou pas.

Notre équipe a décidé de se pencher sur le très branché « PsyThérapy » (nom fictif) qui semble bien représentatif des nouvelles tendances de ce qu’il faut bien appeler le marché de la psychologie. Celui-ci est un superbe cabinet de psychologie, multi-thérapeutes de 250 m2 qui aurait été situé à Harley Street si cette rue accueillait des commerciaux et pas des docteurs. Le tout couronné par un nom qui fleure bon le marketing moderne comme le confirme son site internet qui transpire le professionnel de la communication. C’est aussi une SPRL. Ou une SA voire une Ltd, pourquoi pas. Ici le maître-mot c’est « pluridisciplinarité », en effet.

L’équipe pluridisciplinaire (elle aussi) du « bilan d’orientation » tant vantée sur le site internet c’est un psychiatre seul et figé comme un cardinal qui a reçu notre testeur 16′ chrono après 17′ de retard avec comme seule excuse « je viens d’arriver ». Très crédible : notre patient-test a fini par devoir s’imposer à sa porte en profitant de la fin d’une réunion parce qu’au-delà d’un quart d’heure d’attente, ça commençait à faire long. D’autant que dans la salle d’attente bondée (qui a éternué Covid ?), il y avait un autre « client » qui déjà avait attendu une demi-heure chrono pour une autre thérapeute. Pas d’excuses là non plus. Ça doit être la psychologie moderne.

Le bon docteur a fait payer 50 € cette séance, « remboursé 39 € par la sécurité sociale ». Il a insisté là-dessus avec le ton réjouit de celui qui fraude couramment ses impôts. Pas de questions sur le choix possible d’une visière à la place du masque buccal pendant l’entretien, tel que promis sur internet : tous les 2 masqués, point. Pour une thérapie, ça met l’ambiance ! Notons, qu’il ne portait son masque qu’avec les patients : avec sa collègue ou employée qui nous avait précédée dans son bureau, pas de masques, ni l’une ni l’autre ! Bonjour les aérosols pour le visiteur suivant dans ce bureau aux fenêtres fermées.

Les deux interlocuteurs étaient face à face autour de son bureau. Le patient potentiel sur une chaise, le thérapeute dans un magnifique fauteuil managérial, masqués, de part et d’autre d’un mini-hygiaphone improvisé. Les 3 somptueux fauteuils qui occupaient le tiers de la pièce autour de la table basse siglée derrière eux étaient sans doute réservés aux gens importants, genre son banquier ou le publicitaire qui lui avait pondu le nom et le site internet de sa société. Ambiance (bis).

Passons à l’acte médical. D’abord écouter (ou pas, comme nous le verrons) notre patient-test parler de sa dépression chronique à forte tendance suicidaire, avec hospitalisations, pendant 7′ sans aucune interaction de sa part. Ensuite le baratiner pendant 9 minutes chrono, en utilisant les faiblesses que celui-ci lui avait exposé juste avant (déonto… quoi déjà ?), sur 1° « une thérapeute formidable qui vient d’Amérique du Nord » à qui il voulait le confier et dont c’est justement la spécialité. Elle s’est fixée ici car « elle a rencontrée l’amour » (sic) affirme-t-il avec un sourire de contentement qui le trahit un peu. Nous y reviendrons. 2°, sur cette même Amérique où « se développent les seules méthodes thérapeutiques qui ont des effets scientifiquement reconnus » à grand coup de lancement de names (sic) car le français, ça fait Vieux Continent. Enfin, 3° sur la « troisième vague cognitivo-comportementaliste ultra-moderne » qu’il propose.

Pour situer un peu les psychologies comportementalistes importés direct des USA, c’était déjà dans les cours de journalisme des années 1980 et nous ne vous parlons pas de ceux des médecins. Là, il l’a juste remodelé pour que ça fasse savant éclairé et pas Krishna de seconde main.

Il n’a pas demandé ce que notre patient-test pensait de cette méthode thérapeutique quand même contestée en Europe pour sa philosophie lourdement néo-libérale, ni s’il avait des questions, ni du fait qu’on ne lui proposait qu’une seule personne « qui est très prise et ne pourra vous recevoir que dans le courant du mois d’août, peut-être (sic) ». « I beg your pardon !? » comme dirait un anglais formaliste.

Même comportement pour une formation de « Méditation Pleine Conscience« (MPC) qui vient en supplément car « elle entraîne la nécessaire plasticité de l’esprit, etc… ». C’est énoncé comme une évidence sans même poser LA question fondamentale de la MPC : « êtes-vous capable d’auto-apprentissage seul de 40′ par jour ? » ce qui vu le profil annoncé de dépressif profond était quand même une éventualité à étudier sérieusement.

Notons enfin que la MPC a une contre-indication majeure très connue : les dépressions à tendances suicidaires, tel qu’en présentait notre patient-test, où elle entraîne un gros accroissement du risque de « passage à l’acte », c’est à dire de suicide, pour parler simplement. Quand on vous parlait d’écoute et d’empathie… Mais, c’est vrai, ça gâche le commerce.

Pour la MPC, comme pour la thérapie, un seul nom est proposé. Son « énorme équipe de 25 personnes », pour notre patient c’était juste ces 2 noms et il a fallu insister pour qu’il écrive les N° de téléphone, sinon : « c’est sur le site internet ». Notre « thérapeute » n’a jamais dû entendre parler de la fracture numérique ou des problèmes de communication de patients phobiques, visiblement. « Vous lui téléphonez » pour la première et pour l’autre : « vous lui envoyez un sms et on reprendra contact en septembre car on s’est arrêté 18 mois pour cause de Covid ». Il ne l’a pas dit mais il est probable qu’avec les arriérés de la liste d’attente de 18 mois, on sera plutôt à l’été 2022… Si tout va bien.

Notre testeur a fini par (im)poser d’autorité dans la conversation la question taboue : « COMBIEN ? ». Réponse restée dans le vague : « dans la cinquantaine d’€ par séance, vous verrez ». Pas de remboursement de la SecSoc, là. Pas de question sur le statut socio-économique du patient et sa capacité de paiement non plus.

Plus troublant : une autre personne avec des troubles obsessifs compulsifs (TOC) reconnus est passée quelques jours plus tard chez ce que nous devrons finir par appeler un margoulin. A priori rien à voir avec le précédent qui était dépressif profond, tendance suicidaire. Même scénario, même comportement de « l’orienteur » et… même sélection unique : la thérapeute « spécialisée », cette fois en TOC, dont il a été question précédemment. Vous savez celle qui semble bien être son épouse. Déonto… quoi déjà ? (bis ou ter, à ce stade on ne sait plus). Était-ce pour cela qu’il renaudait à écrire lui-même les noms des thérapeutes prescrits ?

A part ça, notre premier patient-test, suicidaire, s’était présenté comme étant sur le point d’acheter du Nembutal sur internet pour… une sortie définitive. Bof, « on va laisser ça à votre psychiatre, c’est son affaire ». Ah !? « L’affaire » du gars qui utilise des méthodes « non-scientifiquement prouvées » mais qui va être chargé de le garder en vie jusqu’au moment où quelqu’un de chez lui sera disponible pour encaisser (l’argent, pas les soucis. Où vous allez, vous ?). Là non plus, pas de place pour les questions sur son accord ou celui du-dit psychiatre ou de sa disponibilité. Manque d’empathie ou de déontologie ? Les deux, mon général !

Pour enchaîner sur cette conclusion, notons que la prévention anti-Covid des patients amène un beau zéro pointé ! Sur le site internet, un pop-up vous jette en pleine figure un truc style « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Dans la réalité, certains patients, -visiblement perturbés comme il est normal dans ce genre d’endroit- ne portent pas de masque ou mal dans la petite salle de (longue) attente où il y avait en permanence de 3 à 5 personnes. Il n’y avait pas de gel hydro-alcoolique à disposition contrairement à ce qui est proclamé sur le site internet, ni d’obligation de se laver les mains. Où ça, d’ailleurs ? Aération des locaux : aléatoire. Un patient légèrement claustrophobe avait ouvert une fenêtre dans la salle d’attente et la monopolisait ; ailleurs dans la société, tout est aussi fermé que notre interlocuteur.

Pour faire bonne mesure, concluons sur les énormes qualités de ce thérapeute. Lousons sa pluridisciplinarité à lui tout seul (technico-commercial, psy, bilan-orienteur, gestionnaire…) en ajoutant que c’est bien la première fois qu’un vendeur parvient à nous faire payer pour l’écouter débiter son argumentaire. Tupperware se limitait à vous faire payer le local et l’accueil. Il n’y a que la Scientologie qui arrive à aller encore plus loin mais notre homme se classe quand même bien pour un indépendant. Gageons qu’il va sûrement s’améliorer, il en a la volonté !

Caitlin Johnstone écrit sur les manipulateurs pervers

Les manipulateurs ne peuvent que projeter. Ils n’ont pas l’imagination ou l’empathie nécessaires pour créer quelque chose de toutes pièces à dire sur vous, ce qui est génial car tout ce que vous avez à faire, c’est d’écouter attentivement ce qu’ils disent des autres en sachant qu’ils ne font que se raconter à eux-mêmes.

Pour pouvoir dire quelque chose de vrai et de significatif sur le caractère de quelqu’un d’autre, vous devez avoir la capacité de vous pencher avec empathie pour le comprendre. Les personnes qui ont passé leur vie à manipuler les autres plutôt qu’à travailler avec eux n’ont pas d’empathie.

Il est bon de le savoir aussi à votre sujet. Si vous êtes coincé à haïr quelqu’un et que vous savez que c’est mesquin et que cela ne vous aide pas, essayez d’inverser ce que vous voyez en lui et voyez si ce n’est pas simplement quelque chose que vous faites aussi, quelque chose qui a besoin d’être vu, aimé, écouté et abandonné.

Ces choses sont cependant sournoises. Il est évident qu’elles ne vont pas se manifester en vous de la même manière que vous les détestez chez les autres, sinon vous verriez immédiatement votre propre hypocrisie. Il faudra un peu de doigté et beaucoup d’amour pour les faire sortir. Assurez-vous que vous vous sentez en sécurité et faites-le par vous-même. Puis, lorsque vous vous sentez à l’aise, identifiez ce que vous soupçonnez être la motivation principale du comportement que vous voyez chez la personne que vous détestez. Il suffit ensuite d’être honnête avec vous-même pour savoir si cela vous motive parfois.

Soyez vraiment enjoué et doux à ce sujet. La plupart du temps, c’est tout ce qu’il faut. Juste un « Ah, oui, je fais ça », et c’est généralement suffisant pour arrêter votre réactivité. Même si vous recommencez, vous vous observerez de plus près et recueillerez davantage de données. Une fois que vous l’aurez bien vu, il partira de lui-même. Et vous pouvez continuer à détester cette personne, c’est cool, mais ce sont ces types d’hypocrisies que nous nous cachons à nous-mêmes qui causent beaucoup de détresse psychologique et vous empêchent de vous voir et de voir le monde tel qu’il est, et non à travers un voile de dissociation et de haine de soi.

Si vous avez cherché et cherché et que vous ne l’avez toujours pas trouvé, c’est très bien. Certaines personnes ne sont vraiment que des connards et elles ont besoin de se réveiller, cela n’a rien à voir avec vous. Cela vaut toujours la peine de faire un travail sur soi d’abord. Vous êtes le seul trou du cul que vous pouvez réellement changer.

Traduit par John V. Doe avec l’aide de DeepL.com depuis https://caitlinjohnstone.com/2021/07/06/tyt-jimmy-dore-and-other-notes-from-the-edge-of-the-narrative-matrix/

Israël est en train de perdre la guerre de la communication à cause d’un petit truc imbécile

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dès que vous écrivez sur la Palestine ou Israël, il y a un des représentants officieux de l’Ambassade de cette dernière qui vient s’incruster en tête des commentaires (kss, kss, les trolls). Son discours ne varie guère : Palestiniens terroristes, droits historiques du peuple juif, Torah, victimes de la Shoah… Comme si les arabes avaient le moins du monde à voir avec ce dernier point qui est un pur problème américano-européen. Pas seulement allemand parce que si les Nazis ont pu mener leur massacre, c’est aussi parce que tous les pays occidentaux avaient fermé leurs frontières aux réfugiés juifs allemand.

D’un autre coté, je sais que c’est mal de compter les victimes mais avec 6 à 7 millions de victimes du nazisme, les juifs européens ne sont pas les plus nombreux. Ce titre leur est ravi par les Soviétiques qui, outre les soldats au combat, se sont fait tuer au bas mot une si pas deux dizaines de millions des leurs entre famines provoquées par les nazis et camps de concentration, notamment pour les soldats prisonniers. De même, en proportion les juifs font au mieux jeu égal avec les Rroms qui ont eux aussi perdu à peu près la moitié de leur population dans les camps nazis. Et ça ne les aide guère aux yeux de l’Europe moderne.

Il est par contre indiscutable pour tous les historiens sérieux, comme pour les survivants de ce conflit ou des déportations que les Juifs étaient la cible privilégiée et systématique des nazis tant sur le terrain que dans leur propagande. Si les nazis n’en ont pas tué plus, ce n’est pas faute d’avoir essayé : par exemple, en pleine débâcle nazie les trains de déportés juifs en directions des camps de concentration avaient priorité sur les convois militaires, c’est dire l’acharnement. C’est attesté par d’innombrables sources dont les cheminots français. Et dans les camps, surtout à la veille de leur libération par les Russes puis les anglo-saxons, ce furent les juifs que les nazis envoyèrent en priorité dans les chambres à gaz avant d’essayer de camoufler leurs crimes.

Ceci posé, soyons un peu correct aussi avec les Palestiniens. D’abord, les alliés de 1945 ont remboursé leur dette à l’égard les juifs avec de l’argent arabe : la Palestine. Ensuite, un groupe de gens viendrait me piquer ma maison et mes terres en arguant que selon un livre de légendes apocryphes et bourrée de contradictions, cette terre leur fut donné par leur dieu à un moment donné il y a deux ou trois mille ans. Qu’en prime, depuis plus d’un demi-siècle, ils me remboursent en me lançant des missiles sur la gueule chaque fois qu’ils veulent gagner une élection… Je sais pas pour vous, mais moi, je serais plutôt énervé et même un peu extrémiste.

Certes, ce vol remonte au milieu du siècle dernier (la Shoah aussi si on va par là malgré son horreur), mais les Irlandais, ça fait cinq siècles que les Britanniques leur ont piqué les terres les plus riches et les plus fertiles de leur île et ils n’ont toujours pas pardonné ni abandonné l’idée de récupérer leur souveraineté sur toute leur terre. La haine des « Brits » est toujours solidement ancrée en Irlande comme aux USA où nombre d’entre eux ont dû fuir pour échapper aux famines provoquées par la cupidité et la rapacité de la classe dirigeante anglaise. A leur propos, notons au passage que cette dernière semble n’avoir guère changé au 20e siècle : en 1943, le gouvernement de sir Winston Churchill fut très probablement la cause principale d’une famine qui fit 3 millions de morts en Inde.

Revenons en Palestine avec les accusations de terrorisme. La définition la plus couramment acceptée du terrorisme est qu’il s’agit du fait d’utiliser une violence meurtrière pour influencer les décisions politique d’un groupe social. La proportion des morts depuis 1967 est globalement de 1 Israélien pour 100 Palestiniens. Cette disproportion ne fait que s’accentuer. Qui est donc le terroriste ? Est-ce la méthode qui va les départager ?

En règle générale, les « heurts » comme les appellent les médias occidentaux serviles qui essaient d’égaliser entre occupés et occupants, ce sont des pierres contre des balles. Bizarrement, les balles sont plus meurtrières. Surtout quand il y a des blindés de leur côté. Où avez-vous vu qu’on utilise des balles pour réprimer une manifestation, même violente dans un pays occidental depuis la seconde guerre mondiale ? Le « Bloody Sunday » en Irlande est devenu une chanson à succès de U2. « Bloody tous les jours » en Palestine renvoie dos à dos les assassins et les victimes sur nos écrans de TV.

Une bombe, qu’on l’amène en voiture dans une zone civile ou qu’on la balance en grappes depuis un avion sur un territoire aussi densément peuplé que Gaza, laquelle est la terroriste et laquelle est l’expression, certes imbécile, d’une rage impuissante ? Cette question a été résolue par les Israéliens eux-même qui n’ont pas hésité amener à la tête de leur gouvernement au lendemain de leur indépendance l’homme qui décida de faire sauter l’immeuble de l’administration civile anglaise en Palestine avant 1948. Attentat terroriste s’il en fût.

Un petit rappel pour nos ami.e.s fleur bleue (ou verte) : vous vous souvenez du chinois à la place Tien An Men qui a arrêté à lui tout seul une colonne de char. C’est beau la lutte non-violente, hein. J’aime beaucoup aussi et vous devriez demander à l’américaine Rachel Corrie ce qu’elle en pense. Mais… justement, le problème c’est que vous ne pouvez pas ! Le bulldozer blindé israélien, lui, ne s’est pas arrêté devant cette jeune femme très photogénique qui s’était placée comme bouclier pour protéger des habitations que l’autorité militaire avait décidé de détruire, très illégalement d’ailleurs. Le blindé lui a froidement roulé dessus et est allé détruire les maisons. Vous imaginez la photogénie après être passé sous de chenilles d’un Caterpillar blindé ? Non, moi non plus, je ne veux pas imaginer. Posez-vous la question : s’ils peuvent faire ça impunément à une Rachel Corrie blanche et américaine (important pour les média, tout ça), vous imaginez ce qu’ils peuvent faire à des arabes, bruns, vaguement apatrides dont beaucoup sont, en prime, des musulmans ?

Malgré tout, aujourd’hui, l’État Juif comme il s’intitule lui-même, est en train de perdre la guerre de la communication. Non, pas à cause de la sauvagerie de leur ex-premier ministre, son remplaçant sera probablement pire d’ailleurs. Non, à cause d’un appareil vraiment imbécile : le mal-nommé smartphone (en anglais, « smart » veut dire futé, intelligent). On pouvait jadis faire disparaître les images sans lesquelles il n’y a pas de passage à la TV, en chassant les journalistes. Aujourd’hui, n’importe qui a en main une caméra qui va pouvoir rapporter les clichés sanglants de l’oppression des civils via l’internet au monde entier. C’est le même problème auquel sont confrontés toutes les polices : aux USA où les massacres impunis des Afro-américains par la police Euro-américaine le sont de moins en moins, en France où les trop habituelles bavures policières sont révélées dans toute leur iniquité par des appareils à quelques centaines d’€. Avouez que c’est ballot quand même !

Edit du 23 juin : Caitlin Johnstone écrit avec infiniment de talent mais en anglais sur un thème comparable dans  » Humanity Is Sloppily, Awkwardly Lumbering Toward Consciousness« . Si une traduction française de ce texte devait apparaître, vous trouverez le lien sur ce site.

Edit 25 juin : un lien vers l’article Operation Barbarossa Was a War of Racial Annihilation paru sur Jacobin Mag été rajouté dans le texte.

Le ridicule ne tue toujours pas, au moins en politique.

Le président des USA vient de déclarer que les USA n’ont jamais influencé d’élections dans le monde 😂😂😂 Et le pire est qu’aucun journaliste occidental présent n’a même souri et encore moins posé la plus petite question.

Même si vous ne parlez pas anglais, allez à 2:24 dans cette vidéo pour avoir la liste des manipulations d’élections et de renversements de gouvernements, date incluses, dont nous sommes sûrs car ils les ont plus ou moins officiellement reconnus. Kissinger a encore récemment affirmé sa culpabilité à propos du Chili d’Allende et Victoria « F*ck EU » Nuland se vantait sur antenne de ce que son gouvernement (les USA) avait investi 5 milliards dans le renversement du gouvernement élu d’Ukraine .

Beaucoup de gens pensent que même en Europe de l’Ouest, leurs sales pattes ont été et sont encore partout : l’attentat de la gare de Bologne en 1980 en Italie portait à l’évidence (judiciaire) les empreintes digitales des services secrets italiens qui étaient de facto dirigés à l’époque par la CIA.

« Ils volent pour tuer » disait la très policière DH en 1982, faisant pour l’occasion preuve d’une clairvoyance inhabituelle à propos des introuvables Tueurs du Brabant (Belgique). Ces « combattants sauce terreur » démontrèrent une belle pratique de techniques de combat dignes de soldats très entraînés par des instructeurs militaires de haut niveau. Justement PAS des copains des flics informateurs habituels de la DH, tiens ! En tout cas, leurs attaques tombaient à pic pour faire passer certaines lois sécuritaires réclamées à corps et à cri par l’OTAN à l’époque pour protéger le SHAPE en cours d’aménagement.

Quand ils n’étaient pas occupés à faire exploser des vitres et accidentellement deux pompiers, les maladroits CCC ont profité des moments de repos des Tueurs ci-dessus pour attaquer des cibles « militaires » en Belgique. En l’occurrence, un oléoduc de l’OTAN. La presse précisât qu’il était en cours de démolition… bien longtemps après les évènements. Qui avait passé ces vrai-faux plans à Pierre Carette et ses camarades est une question qui n’a jamais été posée officiellement pour autant que je sache !?

Dans le même goût, un « patron » d’une des organisations terroristo-combattantes allemandes de l’époque de la RAF (1970-1988), Bommi Baumann, affirme dans son livre en français « Tupamaros Berlin-Ouest » que les premières armes de son groupe lui furent données par un agent de l’équivalent allemand de la Sûreté de l’Etat (belge) ou du SDECE (français) qui s’est dévoilé comme témoin à un de leurs procès. Des gens qui ne se sont certainement jamais coordonnés avec la CIA ni leur ont obéi, vous pensez bien. D’ailleurs, si le Parti Communiste et les communistes furent chassés d’Allemagne de l’Ouest en 1972, cette idée leur est venue spontanément.

En Espagne en 1973, les USA en avaient officiellement marre du régime franquiste, trop retardataire à leur goût. Un attentat à l’explosif a tué le successeur désigné du Caudillo, Carrero Blanco, à la façon dont fut exécuté Rafic Hariri au Liban : beaucoup, mais vraiment beaucoup d’explosif et un détonateur au petit poil. Pas vraiment du matériel de guérillero, genre ETA et peut-être Grapo, qui revendiquèrent officiellement l’attentat. Juste une question : si c’est bien l’ETA qui en fut l’origine comme le prétend toujours la version officielle, pourquoi n’a-t-elle jamais réussi un coup du même tonneau contre Franco, autrement plus symbolique ? L’attaque était de plus particulièrement bien synchronisée : juste le jour de la visite de Kissinger venu à Madrid prévenir les autorités des risques de subversion communiste. Le hasard fait bien les choses, non ?

Feu le champion du monde au saut en hauteur en voiture blindée, Carrero Blanco, a dû être remplacé au pied levé par le très corruptible roi Juan Carlos qui a livré son pays au « capitalisme moderne ». Traduisons en français : « les capitaux US ». Les réformes royales (et socio-démocrates) ont laissé intact l’appareil juridico-policier hérité du franquisme, à commencer par la Guardia Civil, les juges et quelques escadrons de la mort qui ont sévi au pays Basque, y compris en France. Cette même « justice » héritée du franquisme a tout récemment condamné des politiciens séparatistes catalan à des peines de prison. Du jamais vu en Europe de l’Ouest sur ce genre de sujet : vous imaginez le représentant du VOKA, Bart De Wever ci-devant bourgmestre d’Anvers, se faire entôler pour séparatisme ? On vous le disait, le ridicule ne tue pas, en tout cas pas en politique.

Radios sur internet: comment choisir

Vous passez vos journées sur votre ordinateur, votre smartphone ou tout autre gadget relié à Internet ? Vous pouvez l’utilisez pour écouter n’importe quelle radio dans le monde de façon simple. J’ai choisi Radio-Garden que m’a fait découvrir un article de SebSauvage.

Ce programme est remarquable pour sa simplicité, son absence de vues commerciales et sa facilité d’usage. Vous pointez sur une ville dans le monde et vous choisissez une des radios qui y sont stationnées. D’accord le logiciel est en anglais, mais si peu. C’est vraiment du « pointez-cliquez ».

Sinon, aussi suggéré aussi par SebSauvage, vous avez Radio-browser qui est un petit poil plus ardu mais là, c’est du pur libre garanti, style Wikipedia. Les informations sont plus complètes et permettent notamment de sélectionner un genre de musique, le Blues par exemple (ou le Top50), et de trouver votre bonheur quelque part dans le monde. J’aime cette radio de « blues électrique » par exemple

Deux petits trucs : si vous choisissez une radio dans une langue totalement inconnue de vous, les éventuelles publicités seront incompréhensibles et d’autant moins abrutissantes. Vous pouvez aussi choisir une langue que vous avez envie d’étudier (via un site comme Duolingo), histoire de vous familiariser l’oreille voire de vous entraîner si vous avez suffisamment avancé.

Si vous avez des suggestions pour ces genres de sites, les commentaires vous sont ouverts mais restent filtrés: de publicité ici !

Edit du 9 juillet ’22 : une liste de radios préconisées par SebSauvage est . Si vous en avez d’autres, en précisant leurs spécialités, les commentaires vous sont ouverts.

Pardonnez-vous. Maintenant !

La vie est courte, si courte !

Pardonnez-vous, maintenant. Vous avez appris la leçon et il est temps de vous remettre en marche avec un esprit libre et une âme propre.

Faire des erreurs, c’est la vie, cela ne vous empêche pas de mériter la paix, la joie et même, même le bonheur !

Et même si pensez avoir échoué, dites-vous bien qu’on peut ne pas faire d’erreur et échouer quand même. C’est même cela qu’on appelle la vie. Elle est courte et unique, ne vous la gâchez pas avec des bêtises que vous serez seul à vous rappeler demain.

Enfin, pardonnez aux autres. Non parce qu’ils le méritent mais parce que vous, vous le méritez ! Vous méritez de ne pas vous encombrer de la bêtise, de la maladresse ou de la méchanceté que les autres pourraient vous avoir temporairement imposée, volontairement ou non. Vous méritez d’être libre du chagrin, vous méritez la joie !

Si vous êtes amoureux, dites-le maintenant. Ne perdez pas des mois et des années à attendre: c’est inutile et ce temps perdu ne reviendra jamais. C’est oui ou c’est non aujourd’hui ou jamais. Si c’est oui, profitez-en et chérissez-en l’opportunité. Cultivez-là avec tout votre cœur, votre intelligence et votre énergie autant que vous le pouvez. Si c’est non ou si ça se termine, repartez le plus vite possible le cœur léger vers demain, vers la nouveauté qui ne manquera pas d’apparaître dès que vos yeux et votre cœur s’ouvrent.

Dites-les choses, faites-les maintenant : la vie est courte, si courte et elle ne fera que s’accélérer tout au long de votre vie !

Ubuntu, Debian, Mint & C°

J’aime bien Linux Ubuntu mais parfois, vraiment…

Sur la version 20.04 LTS, il y avait un p’tit bug dans la procédure d’installation. Pas grave, hein, juste le risque que l’utilisateur doive tout réinstaller s’il ne repère pas que le clavier est parfois dans sa langue et parfois en Anglais, US-88 touches pour être précis. Par exemple au moment où il introduit son futur mot de passe… Problème idiot, simple à contourner mais casse-pieds.

J’avais suivi ce sujet et fait quelques tests simples pour eux, avec rapports et tout: ils l’avaient classé « critique » quand même. En plein confinement, on avait le temps. En octobre, ils avaient (enfin) corrigé la chose.

Pour la version 21.04 sortie le mois dernier, devinez qui est de retour ? 😂

Ce fut la (toute petite) goutte qui fit déborder le vase: j’ai migré vers Mint, avec bureau Mate après avoir beaucoup hésité devant Debian que je ne recommande pas aux débutants. Avec ceux-là au moins, on peut tester plusieurs interfaces graphiques (Cinnamon, Mate, Lxde, etc…) sans que le système ne perde ses billes. Et le système est franchement plus réactif qu’Ubuntu encombré par défaut par le lourdingue Gnome 3. Ksss, ksss les trolls 😛

Pendant qu’on parle de Mint, leur forum francophone est vraiment top. Sinon, il y a tellement d’autres distributions.

Et vraiment, vraiment, évitez de tester trop de choses avec Ubuntu, il n’aime pas ça du tout même s’il reste moins catastrophique que M$-Windoze à ce jeu. Faites-vous plutôt des machines virtuelles: c’est simple et ça évite bien des soucis. Avec au moins 12 ou 16 Gb de RAM, VirtualBox d’Oracle vous fait ça très bien et il devrait être dans les logiciels en option de votre distribution. Avec 8 Gb, pensez plutôt à Xen, ou Qemu. Avec 4 Gb de RAM, surtout ne touchez à RIEN tant que ça marche mais sachez que j’admire votre patience… ou votre informaticien 😛

Europe : la constance dans la nullité

« Stratégie Zéro Covid : 42 fois moins de décès et une contraction de PIB cinq fois moindre« . L’étude comparait 3 gouvernements capitalistes (Corée du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande) mais efficients contre la France. La Belgique n’est guère différente de ce dernier.

La Suède qui avait choisi un laisser-aller encore pire que le reste de l’Europe de l’ouest, a très bien échoué aussi. Même si vous êtes nul en géographie, c’est facile de la retrouver dans la carte ci-dessous : c’est au Nord le seul pays en rouge, entourée de deux pays en jaune (Norvège et Finlande) qui ont, eux, appliqué un minimum de précautions.

Tout ça est issu de Les-Crises. L’auteur est actuaire-statisticien spécialisé en mortalité, quelqu’un d’un tant soit peu plus qualifié et crédible que votre journaliste habituel, au moins dans ce cas précis. Mais le reste de ses articles est très bien aussi.

Je ne veux pas persifler plus que nécessaire mais la Chine avait bien mieux réagi, de même que la plupart des pays où les dirigeants se préoccupent un tant soi peu de leurs habitants. Pas le Brésil, ni les USA, ni l’Inde. Ça va être amusant de comparer les « crimes » du communisme efficient contre les morts du « c’est pas notre faute, c’est une crise imprévisible » du management capitaliste qui a coupé dans les budgets de la santé et du bien-être avec les résultats que l’on sait.

L’oncle Joe

Les-Crises : Comment percevez-vous l’arrivée prochaine du duo Biden-Harris à la tête de la Maison-Blanche, notamment en ce qui concerne le Proche-Orient ?

J-M Bourget : Biden ne va rien changer de fondamental. Sauf adapter des méthodes moins brutales, moins caricaturales. Mais son équipe est composée de personnages aussi redoutables que les « néoconservateurs » des Bush. Plus même, car avec un vernis indu de défenseur des droits de l’homme, Biden sera capable d’imposer n’importe quelle mesure néo-coloniale et de conquête dès qu’elle sera bonne pour le capitalisme américain. Obama était un magnifique VRP, mais combien de centaines d’innocents a-t-il assassinées avec ses drones ?

La gauche de droite sera perdante et nous avec elle

Pour aujourd’hui, je ne saurais trop vous recommander la lecture de « L’incapacité de la gauche à reconnaître un paysage économique profondément modifié donne à Trump une réelle chance de remporter cette élection ». Oui, le titre est long mais l’article est court et se conclut brillamment par ces mots :

« La réélection éventuelle de Trump ne sera pas le résultat de sa capacité à résoudre les problèmes socio-économiques, mais plutôt le résultat de l’échec de l’opposition à les reconnaître. La gauche politique, attachée à l’économie néolibérale, est réticente à envisager des réformes économiques. Le résultat a été une plate-forme politique dénuée de sens et destructrice composée de politiques identitaires qui divisent, de théories du complot anti-russes et de se concentrer sur les personnalités plutôt que sur le contenu. Le ticket Joe Biden-Kamala Harris incarne parfaitement le vaisseau vide qu’est devenu le Parti démocrate. »

Ce texte décrit avec justesse l’impasse que représente « la gauche de droite », idéologiquement incapable de sortir de « Tina » depuis 40 ans. Comme trop souvent et depuis trop longtemps, ce sont ses trahisons des luttes de la classe ouvrière, sa haine du marxisme et sa suffisance qui vont nous précipiter tout droit dans la catastrophe fasciste.

Comme en 1933 en Allemagne, nous voyons les nervis néo-nazis américains être protégés par une police qui n’obéit plus qu’à elle-même et à l’idéologie que sa fonction sous-tend. Et toujours comme en ’33, c’est l’agitateur lui-même, ici Trump, qui se pose en pacificateur des troubles que son idéologie fasciste et ses discours racistes ont provoqués dans une classe ouvrière jetée sciemment et depuis 40 ans dans une sous-prolétarisation à la fois financière, idéologique et politique.

Le 25 octobre 2019, j’avais imprudemment prédit que Joe Biden serait choisi par les Démocrates et qu’il allait perdre face à Trump. J’avais raison pour la première partie. J’espère toujours avoir tort pour la seconde mais je ne m’attendais pas à ce que ce ticket perdant se soit encore déforcé lui-même en s’adjoignant l’insignifiante et droitière Kamala Harris, destinée à remplacer le vieux Joe dès que le gâtisme du candidat se sera trop vu.

Cette « gauche de droite » ne nous décevra décidément jamais dans sa nullité en ne nous proposant que le néo-libéralisme de la finance, en perte de vitesse, comme alternative à l’extrême-droite d’une industrie lourde en voie d’extinction. A l’identique en France, Macron l’emporte encore sur Le Pen mais à force de « désespérer Billancourt » il est permis de se demander pour combien de temps encore. En Flandre, l’extrême-droite est déjà incontournable.