Bruxellois, roules-tu à vélo ?

… en suivant les injonctions d’Elke van den Brandt, notre Ministre de l’Immobilité tout occupée à rendre la ville « plus agréable pour ses habitants ». Et hostile pour les navetteurs qui y viennent, bien obligés, pour y travailler. Mais eux ne votent pas ici. Disons-le froidement : ce n’est qu’un des problèmes de ces idées de riches qui négligent les solutions populaires.

Un exemple entre 300.000 : un de mes potes, navetteur en voiture puisqu’il vient du Brabant et travaille à l’autre bout de Bruxelles. L’idéologie de la Sinistre a déjà commencé à lui doubler son temps de déplacement (et le coût du parking) mais c’est sans importance puisque encore une fois, il ne vote pas ici.

Oublions les impôts que les Bruxellois vont payer pour financer toutes les infrastructures ralentisseuses et le surcoût du fait que vous n’allez plus dans le centre-ville (trop long/trop lent) et que vous vous fournissez plus cher, en-dehors. Son électorat a les moyens. Vous pouvez, bien sûr, tout vous faire apporter à domicile avec Internet et le petit espion nommé smartphone. Pour ma part, je suis un travailleur conscient donc je HAIS le modèle Amazon/Uber et leurs infrastructures mondialisées qui polluent le monde pour apporter à votre porte LE gadget que vous avez commandé ou ses esclaves sous-payés qui vous apportent votre traiteur à la maison avec leurs petits jarrets.

Madame la ministre, tout le monde n’a pas l’argent pour se payer, en plus de la voiture, un vélo par personne ni, parfois, la jeunesse ou la forme pour se passer de l’aide-moteur alimentée à l’énergie nucléaire du vélo électrique. Parce que ça monte bien, Bruxelles. Au passage, comment protéger son vélo contre le vol, surtout les électriques, quand on habite, dans un quartier pauvre ou moyen, un logement social ou un immeuble à 3-4 appartements où il est inimaginable de stocker (3-6 appartements multipliés par 2-4 personnes soit) 6 à 24 vélos dans le mince couloir de l’entrée ? Dans les 60m2 de l’appartement moyen bruxellois peut-être ? Puisqu’on parle d’espace, on va aussi oublier celui indispensable pour sécher les vêtements dans un pays où il n’y a que deux saisons : la saison des pluies et le mois de juin.

La solution écolo et intelligente : déplaçons notre budget « voiture » vers des vélos pour tous avec le garage pour les stocker. Génial ? Peut-on imaginer les vacances à la campagne, indispensables pour les gosses, sans voiture pour emmener AUSSI la mémé, les enfants en bas-âge ou handicapés ET leurs bagages pour le mois ? Évidemment, l’électorat bobo de M’dame la Sinistre Bruxelloise a sa maison ou son immeuble 3 appartements avec porte cochère. Puis il a une famille nucléaire avec 1 ou 2 enfants. Leurs grand-parents ont le patrimoine pour vivre et voyager de leur côté, en avion écologique. Donc, où est le problème ?

La vraie solution ce seraient les transports en commun… mais PAS dans leur état actuel. Un exemple que je connais de près : ma compagne travaille dans l’aide aux handicapés. Les transports bruxellois sont fermés ou en horaire de réduits lors d’un voyage sur deux puisque ses mômes ont besoin d’aide 24 heures par jour et 7 jours par semaine, toute l’année. Sans voiture, elle a un léger problème pour traverser Bruxelles après une journée physiquement épuisante. Et tous les travailleuses/eurs du soin sont dans la même situation. Ne parlons pas des ouvriers et nettoyeuses (ou vice-versa) qui embauchent à 5 ou 6 heures à l’autre bout de la ville.

A contrario, vous êtes Bruxellois et le spécialiste que vous êtes va trouver du boulot dans le Brabant. Faites l’expérience avec un patron aussi compréhensif que l’horaire flexible. Bruxelles-Jodoigne en train et bus: 90 minutes… le matin. Et autant le soir si vous habitez près d’une gare. Sinon, vous rajoutez encore 15 à 30 minutes par trajet. En voiture : jadis 45 minutes par trajet. En moto, tant haïe par les verts, on peut encore diminuer de 5 à 10 minutes.

Tout est en train de changer avec les idées de Mme la Sinistre bruxelloise. En pire, évidemment. On va sanctionner, restreindre, obliger mais sans fournir l’alternative qui, elle, coûterait de l’argent que l’on refuse d’investir et une coordination fédérale. C’est à dire des vrais transports en commun, nombreux, étendus, gratuits et diversifiés à Bruxelles comme sur toute la surface de la Belgique. Au contraire, elle nous parle de vélos (que nous allons acheter, individuellement) et le fédéral augmente les tarifs et diminue les réductions. Il supprime les lignes et les gares « pas rentables ». Pas rentables à condition d’oublier le coût écologique et financier de votre transport individuel complémentaire. Avec un tel décalage de discours, ben c’est votre peine que l’on va traire pour faire des « économies » et une vie « écologique » à Bruxelles.

Vive la Reine, mort aux pauvres.

« La petite reine nous apportera un espace harmonieux, égalitaire et partagé »(sic)… entre personnes habitant près de leur travail, donc sans les banlieusards et les campagnards. ET PUIS entre gens en bonne santé physique donc sans les « vieux », les malades, les handicapés. ET PUIS entre cadres et intellos, sans les épuisés de la chaîne, du « bâtiment » comme des autres travaux physiques. ET PUIS sans tout ceux qui n’ont pas bénéficié de l’héritage social et financier pour habiter en ville ou qui ont besoin d’espace pour leurs enfants ET PUIS sans ceux qui n’ont pas les moyens de la petite distribution écolo ou des commandes via Internet voire Uber. « Uber » qui devront rentrer en banlieue.. 20 bornes de nuit à vélo après vous avoir apporté votre resto-à-domicile *_*

Ce n’est pas tant le vélo qui nous sauvera tous que des transports en commun abondants, réguliers, gratuits et 24/7. 24 heures par jour et tous les jours parce que les loisirs mais aussi l’embauche à 05:00 du matin, les « 3 huit » ouvriers et hospitaliers, etc.. Et gratuits parce que la « taxe RER » payée par les banlieusards est scandaleuse d’injustice sociale.

Ça, c’est une réponse pour tous, vraiment tous. Pas seulement pour la petite élite auto-proclamée qui se partage les médias avec le 1% puis part en vacances à la découverte des cultures « typiques » dans des avions subsidiés par tous pendant que nous « polluons » les routes embouteillées parce qu’il a bien fallu avoir une vieille grande voiture pour emmener AUSSI Mamie et l’enfant handicapé en vacances.

Liens en vrac du mardi

La RTBF publie un long article reprenant les disponibilités et prix différents véhicules partagés en Belgique : de la trottinette électrique à la voiture en passant par les vélos avec ou sans assistance. Et complète ce matin cet inventaire avec un article sur les mono-roues, non-partagées.

Un site, « Bloque la Pub« , reprend les différents avantages et moyens de bloquer la pub sur Internet. Il appelle aussi au partage des connaissances sur ce sujet avec vos amis et familles.

L’ONU recense 49 millions de gens pauvres aux USA. L’extrême pauvreté y frappe près de 9 millions de personnes dont 1 million totalement coupés de la société et du moindre revenu. Le premier des droits de l’homme est celui de ne pas mourir de faim au milieu de la richesse, non ?

Caitlin JOHNSTONE relève les censures éhontées exercées dans tous les pays du monde par les GAFAM, twitter, Facebook et YouTube en tête, à l’encontre de tous ceux, journalistes, politiciens et médias majeurs compris, qui contredisent les médias occidentaux. Pour ajouter l’insulte à l’injure, ces monopoles favorisent parallèlement les machines à propagandes de nos pays. C’est en anglais et c’est indispensable.

Lavamedia est remonté contre l’école inégalitaire en Belgique, l’une des pires dans les pays industrialisés. Il met en exergue une question vitale : « il ne faut pas se demander pourquoi les classes populaires échouent si souvent à l’école, mais pourquoi les enfants de riches, eux, réussissent à l’école ».

Il a fallu attendre le 10 septembre 2019 pour que les USA désignent la filiale locale d’Al Quaida en Syrie comme une organisation terroriste. Cet acte juridique entraîne des interdictions de financement et des facilités de surveillance pour les autorités américaines et alliés. Ça ne faisait jamais qu’un an et demi que cette organisation avait été fondée en se réclamant des pires fous de Dieu.

« Les bombes du climat et des inégalités sur lesquelles nous étions assis ont bel et bien explosé », voila la première phrase d’un nouvel article de Pour. Ce « born again » de la presse belge avait disparu en 1982 après un attentat de l’extrême-droite. Il a poussé un premier vagissement à 150.00 exemplaires en juin-juillet 2015 sur le traité trans-atlantique. Il parait régulièrement depuis plus d’un an en pdf et sur internet. Vous y trouverez notamment des articles de Paul Delmotte, un favori de votre serviteur.

Les retraites belges sont payables calcule le Vilain Petit Canard dans un article au vitriol contre les manipulations des chiffres qui ornent les médias de révérence (sic) belges et les discours des politiciens de droite.

Militaires, pétrole et écologie

Un éclat de rire pour commencer : la revue The National Interest, parle en anglais de la Guerre Hybride. Ses stratégies font appel à diverses méthodes, « notamment la manipulation des élections, la cyberguerre, la coercition nucléaire, l’ambiguïté des intentions nucléaires, la guerre économique, le recours au crime organisé et le recours à la force militaire » utilisée exclusivement, selon cette revue, par… la Russie et la Chine. A les en croire, ni les USA ni ses alliés n’utilisent de sales moyens pour fausser les élections voire renverser les gouvernements qui en résultent, ne contrôlent internet, ne menacent de sanctions aussi leurs alliés (liges) que leurs ennemis, ne créent de brigades de la mort pour assassiner les opposants à l’autoritarisme libéral ni ne recourent plus ou moins illégalement à la force.

En prime à ces manipulations « Partout où les Occidentaux ont eu la prétention d’opérer militairement des « regime change », on constate la même faillite, la même montée en puissance des seigneurs de la guerre, des mafias, de l’islamisme (Irak, Afghanistan, Syrie…)« .

A ce propos, le Chine prévient que les USA sont tout près d’ouvrir la boite de Pandore (en anglais) dans le Golfe Persique. Selon certains, c’est d’autant plus probable que les USA n’ont pas besoin de ce pétrole et qu’au contraire, une guerre renchérirait le prix de l’énergie qu’ils exportent (Liberty Gas) et gênerait considérablement ses concurrents, Europe et Chine, qui en dépendent.

Puisque nous parlons « pétrole », un article en anglais pointe le fait qu’en 1982, Exxon a prédit exactement à quel point les émissions mondiales de carbone seraient élevées aujourd’hui. Comme pour les cigarettiers, les entreprises pétrolières se doutaient bien et depuis longtemps qu’ils nous envoyaient dans le mur. Je cite « Une incertitude considérable entoure également l’impact possible sur la société d’une telle tendance au réchauffement, si elle se produit (…)A l’extrémité inférieure de la plage de températures prévues, il pourrait y avoir un impact sur la croissance agricole et les régimes pluviométriques (…) en haut de l’échelle, certains scientifiques suggèrent qu’il pourrait y avoir un impact négatif considérable, y compris l’inondation de certaines masses terrestres côtières ».

Une revue de presse très axée sur l’écologie cette semaine chez Tristan Nitot qui blogge d’habitude plutôt sur « la technologie, l’Internet et les libertés numériques ».

Une information en anglais en passant : l’armée américaine est le plus gros pollueur mondial à tous points de vue: décharges inavouées, « accidents » pétroliers, etc…

La planification non-assumée de la destruction du Venezuela

Quelques articles féroces pour démonter la belle histoire propulsée les USA et leurs alliés sur le Venezuela. D’abord chez The Grayzone mais en français via Entelekheia le plan fuité involontairement de destruction du Venezuela par Département D’État US, leur ministère de affaires étrangères. Le cynisme et la violence des ces propos sont éclairants pour la compréhension des évènements actuels. Les USA sont prêt à un grand sacrifice pour ramener leur version de la démocratie, un grand sacrifice de Vénézuéliens, évidemment, comme en Irak, en Syrie, en Libye et tant d’autres endroits où l’interventionnisme des néo-conservateur n’a amené que désordre, misère, émigration et terrorisme.

Une analyse de la complicité de nos médias aux ordres sur ce sujet est explicitée chez Investig’action

Une implication de Bayer/Monsanto en plus des suspects habituels du monde financier est démontrée dans un article de MintPress News traduit de manière fiable par Le Grand Soir  A ne pas rater pour montrer l’intrication des enjeux agricoles, financiers et industriels voire écologiques au sens politique du terme.

Mise à jour : Moon of Alabama traduit par le Saker (oui, je sais, il y a mieux comme site mais on ne va bouder une traduction, c’est la source qui compte) sort un article décrivant l’état des lieux, les attaques internes et externes contre la fourniture de nourriture, l’échec patent de Juan Guaido et son virage vers la négociation ainsi que le changement de ton de la presse-système aux USA qui garde quand même ses réflexes manipulatifs. (Presque) tout pour plaire.

 

Pas de GSM avant 13 ans ?

J’suis pas un scientifique, mais…… je lis. Ceci dit, comme tous les articles venant d’un autodidacte, c’est à prendre « cum grano salis » mais il y a plein de références dedans (Oh mon dieu, comme c’est original, ici :-D). Les corrections et commentaires sont encore plus les bienvenus que d’hab.

Pas de GSM avant 13 ans, et même après !
Et pas trop jusqu’à la fin de l’adolescence… ou juste des SMS 😉
Et en général, utilisez une oreillette avec fil, c’est recommandé.

GSM: cancer du cerveau « possible » selon l’OMS . N.B.: C’est une première évolution par rapport à leur position de 2010

Surtout les jeunes, beaucoup plus sensible aux rayonnements ! voir notamment ici.

FAQ:

1) Pourquoi agir alors que c’est seulement « possible » ? La raison s’appelle « le principe de précaution« . C’est notamment parce qu’on ne l’a pas respecté que l’on se trouve avec Fukushima. C’est parce qu’on ne le respecte pas que 50% des poulets sont porteurs de germes multi-résistants aux anti-biotiques (et que donc les manger cuits à trop basse température ou trop crus est suicidaire).

2) Pourquoi 13 ans ? Parce que les cellules de leur cerveau sont plus vulnérables du fait d’être encore en cours de multiplication. Et ça, c’est avant 13 ans. Pendant l’adolescence, ça continue, mais moins  même si tout le monde n’est pas du même avis.

3) Pourquoi avec fil ? Parce qu’il ne sert à rien d’éliminer une source de rayonnement suspicieuse pour en ajouter une autre dont on sait encore moins, le Wi-Fi en l’occurrence 😀

Deux-trois liens comme ça

–  Je ne suis pas un écolo rabique mais quand j’apprends que 50% des poulets en batterie sont contaminés par des bactéries résistantes aux anti-biotiques, j’ai envie de virer végétalien, et même là, j’ai des doutes :-/

Le changement climatique et le pic pétrolier sont devenus tellement incontournables que mêmes des militaires (si, si, j’ai bien dit des mi-li-tai-res 🙂 ) US en dénoncent les risques et tentent de vaincre l’immobilisme de leur régime.

– Si Actuel fut LE magazine francophone des années ’80, dans la même langue Owni est probablement LE site d’information internet des années ’10 comme Contreinfo celui de l’information économique et proche-orientale. L’un est l’œuvre d’un groupe informel, l’autre est le fruit du travail d’un homme exceptionnel ce qui explique des absences de temps en temps. Et si vous voulez savoir comment on prend une décennie de retard ;-) voyez DeDefensa, même s’il reste remarquable si pas indispensable pour la compréhension de la politique militaire américaine et, accessoirement, européenne mais pas seulement. Pour les gauchos français et apparentés, CSP fait toujours rire comme l’écologique Basta fait frémir. J’y ajouterai bien  les vrais perles du site économique Leap 2020 mais ils sont vraiment à prendre qu’avec un solide esprit critique et un ample background sur le sujet. Pour relativiser, j’ajouterai que j’en pense autant du petit Soir, du Monde et consorts dont les plus visibles des média-mensonges sont relatés par Michel Collon qui commente aussi de la fin du rêve d’Al Jazzera.

– A ce propos, « Lybie: qui est le fou ? » demandent en anglais Al-Jazzera dans un passionnant article de fond (seraient-ils en train de réajuster le tir ?) et beaucoup plus directement le virulent John Pilger, ce dernier traduit par LGS pour les francophones unilingues ou pressés.

Comment on pigeonne des blogueurs (et des gens de gauche) ou la bien laide histoire du Huffpo. Les conversions successives d’Ariana Huffington font penser à du Mitterrand (François): mêmes crapules (de droite à l’origine) utilisant cyniquement le mensonge et une conversion apparente pour faire du fric, ou du pouvoir, et finalement revendre le résultat aux libéraux en ne laissant que des ruines derrière eux. Comme quoi, il ne faut JAMAIS faire confiance aux socdem’, à plus forte raison aux convertis 😉

Lutter contre la censure sur le net: si vous utilisez Firefox (sans publicités et respect de la vie privée  inclus) ou Chrome (fichage par les marketeux inclus), MafiaaFire vous explique le pourquoi et fourni l’outil. Et si vous utilisez M$-IE, c’est bien dommage pour vous 😉

Et ça se prétend écolo…

Empreinte carbone, recyclage, protocole de Tokyo… Tout ça c’est de la petite bière à côté des propos d’un industriel saisi par une crise de conscience, le belge Gunter Pauli, qui déclare plus simplement « Il ne faut pas polluer moins, il faut arrêter de polluer”, point.

Selon ses argumentaires, très simples, il est possible de vivre aussi bien que maintenant, pacemaker inclus, simplement en imitant mieux la nature, en investissant plus dans “le développement durable c’est (à dire) la capacité de répondre aux besoins de tous avec ce dont nous disposons. Chaque système naturel, dont il s’inspire totalement, fonctionne avec ce qui est disponible. Or depuis des années, notre économie, comme notre système financier, a fonctionné avec ce qui n’existe pas.”

Quelques exemples : savez-vous que dans votre tasse de café, il n’y a que 0,5 % de la graine. Tout le reste, le marc, peut être utilisé pour fabriquer de la nourriture. C’est expérimenté au Brésil. Quand vous parlez, vous émettez une force, la voix. Si vous utilisiez celle-ci pour alimenter votre GSM, sa capacité passerait de 3-4 heures de conversation à 200 heures. Un pacemaker normal utilise une pile et votre corps produit naturellement de l’électricité. Pourquoi ne pas utiliser l’un pour alimenter l’autre ? Le murier permet de « récupérer » des terrains arides et donc inutilisés. En plus, il accueille des vers à soie. Celle-ci pourrait, entre autres choses, utilement remplacer les lames de votre rasoir : ne sous-estimez l’énergie gaspillée pour les produire.

Pour en savoir plus long sur son discours, outre le lien ci-dessus, deux pistes de recherche s’ouvre à vous : son site Zeri, malheureusement en anglais ou alors un moteur de recherche où vous tapez simplement son nom. Des heures de lecture sur un écologisme radical… de tout confort.

La mal-bouffe est une drogue ?

Dans Bastamag, Agnès Rousseaux nous rapporte que « une étude américaine vient de montrer que les processus neuro-biologiques provoqués par la consommation d’une nourriture beaucoup trop riche et par la consommation de drogues dures étaient similaires ». MacDo et heroïne, même combat ?

Quand on se souvient des fabriquants de cigarettes rajoutaient sciemment des produits pour augmenter l’accoutumance à ce qu’ils savaient déjà être un poison, on ne sera guère étonné de voir le cynisme avec lequel les fabricants de cette mal-bouffe vont traiter cette information qu’ils connaissent et exploitent probablement déjà. On parie ?

Et comme une image vaut mieux qu’un long discours, voici les chiffres 🙂

« Avatar », « District 9  » et autres « The Road » – mise à jour

Pour ceux qui ne l’avaient pas décrypté, ces films de science-fiction (SF) sont des allégories de la colonisation des Amériques du 16e au 19e siècle. Même s’ils se placent du seul point de vue des colonisateurs eux-mêmes comme le souligne Mélanine avec raison, ils n’en restent pas moins très critiques voire de féroces satyres au second degré.

Si vous lisez l’anglais dans le texte alors Monbiot vous rappellera en détail comment et pourquoi « en 1492, la population native des Amériques était de 100 millions. A la fin du 19ème siècle, la plupart avaient été exterminés. De nombreux décès étaient dus à des maladies, mais cette extinction de masse a aussi été organisée. La boucherie a commencé avec Christophe Colomb. Il a massacré la population autochtone d’Hispaniola (aujourd’hui Haïti et Dominique) avec une férocité inimaginable. En 1535 la population native de 8 millions de personnes avait été réduite à zéro, en raison des maladies, des assassinats, ou épuisées par le travail forcé et la famine. »

Les auteurs issus des colonisateurs, comme Diamond Jared dans son remarquable livre « Effondrement » qui décrit les effets parfois réellement catastrophiques (réduction de population de 90%) de certains déséquilibres écologiques massifs dans l’histoire aimeraient bien y trouver la seule cause de la mort de quasi-toute la population américaine pré-colombienne. Malheureusement pour l’idée que nous voudrions avoir de l’humanité, l’histoire telle qu’elle se révèle à nous, comme dans ce remarquable dossier réuni par Michel Collon sur Haïti, montre bien qu’il s’agit d’abord de génocides. Les maladies par exemple ont souvent – aujourd’hui comme hier – été répandues sciemment, notamment par le biais de couvertures infectées. Détruire sous couvert de protéger, c’est bien ce que sont en train de faire les USA et ses alliés quand ils interviennent massivement sur cette éponge à pétrole que vient de se révéler être Haïti . Ah, vous ne saviez pas encore que ce pays est installé sur un océan de pétrole bien plus immense que le Vénézuela ou que le fut le Mexique ? Curieux, hein comme les médias sont sélectifs dans ce qu’ils racontent. Mais ça, comme dirait Rudyard Kipling, c’est une autre histoire… dont je vous parle dans cet article .