C.C.E. se lit en cliquant sur les liens

C.C.E. n’a pas change sur son projet de fond, il est d’abord une revue commentée du net: il se lit en cliquant sur les liens !

Par contre, C.C.E. a bien évolué depuis son projet de départ en septembre 2008.

D’un côté le projet a grandi et ce qui ne devait qu’être un blog de copains reçoit des visites via des moteurs de recherche 🙂

Le projet a aussi diminué: nous avions décidé de travailler quotidiennement, c’est plutôt hebdo. Mais les bonnes volontés sont les bienvenues. Mais du coup le nom n’a plus beaucoup de sens et les articles de fond se font rares, faute de temps 🙁

Comme nous le disions en introduction, C.C.E. reste une revue commentée de l’internet alternatif. Les articles ne sont que le support à des liens vers des articles qui traitent l’information… différemment. Une information difficile à trouver, un point de vue original, un dérapage médiatique, un site particulièrement actif et/ou insuffisamment connu ne sont que des exemples.

Les orientations ont peu changé: socialisme radical, écologie, climatologie, regard sur l’économie et si possible un regard décalé, humoristique voire cynique sur ce monde rempli de nobles idéaux et d’ignobles pratiques (et vice-versa, parfois).

Ce qui n’a PAS changé

Comme avant, rien ne nous empêche de chercher la fleur bleue sur le fumier, on est chez nous après tout et Rabelais a toujours conseillé de cultiver son jardin. Et à l’époque c’était du bio 🙂

Nous parlons un peu de la Belgique et de Bruxelles puisque c’est notre « home town » et accessoirement la capitale d’une Europe complètement à côté de ses pompes, particulièrement en matières démocratique, sociale et économique. Le titre de notre blog est sans aucune relation avec ce sujet 😉

Nous n’oublions pas le monde qui nous entoure, sans aspirer à l’universalité. Quelques cibles: les néo-conservateurs et les super-puissances, les relations internationales, ce monde qui aspire tellement au renouveau et le drame qui se joue au moyen-orient déchiré par tant de guerres, d’occupations, de conflits mais aussi d’espoirs.

Les commentaires !

Les commentaires seront modérés à priori même si chacun(e) y écrira sous sa propre responsabilité: une adresse e-mail valide (non-publiée) est donc indispensable pour être publié(e). Accessoirement, on ne nourrit pas les trolls et les attaques personnelles contre un(e) autre intervenant(e) seront censurés sans scrupules. Par contre C.C.E. a le cuir solide, donc allez-y 🙂 .

Ah oui, est-il utile de dire que les commentaires racistes, xénophobes et anti-« autres » sont interdit par la loi et a fortiori ici ? On fera une exception pour les hétérophobes*, les pauvres sont déjà bien affligé(e)s par ailleurs.

Pour conclure:

Amusez-vous, et souvenez-vous : nationalité, « fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu’avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus… » (Monologue de Figaro, dans Le mariage de Figaro de Beaumarchais).

Kisss,

John « Cocyec » Doe

(*) Hétérophobe est pris ici dans le sens qu’on lui donne en sexologie, c’est à dire « celui qui a peur de l’autre sexe » et donc le hait et/ou le dévalorise. Et , non, cette définition, bien que scientifique, ne ne se trouve pas sur wikipedia, même US.

C.C.E est sous licence Créative Common Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Belgium.

5 réflexions sur « C.C.E. se lit en cliquant sur les liens »

  1. Bonjour,

    Nous avons au moins 2 points communs. Bruxellois et amis (oserais-je fan?) de Danielle Bleitrach.

    Je découvre votre blog (que veulent dire les initiales CCE?).
    Au plaisir de vous lire

    Philippe

    1. Aujourd’hui CCE n’a pas plus de signification que, exemple pris tout à fait au hasard, « socio13 ». Au début CCE se voulait un blog à quatre mains et voulait parler de Communisme, de Cynisme, d’écologie et d’Economie. Seul, j’ai vite restreint ces prétentions. J’ai essayé de garder la revue de net et le ton ironique un rien mordant.

      Et oui, fan de Danielle, en effet.

  2. Tenir un blog c’est il est vrai un fameux boulot.
    Je comprends Danielle à chaque fois qu’elle « claque la porte ».
    Déjà qu’on a pas du tout le temps de tout lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *