Récits et réflexions sur l’explosion de Beyrouth

La poussière est retombée, le temps de la réflexion n’est pas encore arrivé mais on a déjà des récits crédibles, cohérent, sans complot ni attentat, de l’accident : un trou dans un hangar métallique, un gars envoyé le réparer à la soudure sans être prévenu de ce qui y était stocké dans des conditions de sécurité nulles : du nitrate d’ammonium, qualité AA.

Ce produit est un engrais mais aussi un explosif puissant selon la pureté et le format : poudre, granule, etc.. Les sacs photographiés sur place peu avant l’incident identifiaient la qualité AA, soit le format le plus « explosif ». Sous le forme d’engrais, il a été utilisé pour un attentat d’extrême-droite aux USA en 1995. Sous le format AA, il est utilisée couramment pour l’exploitation de carrières. Dans cette qualité, il explose violemment à la chaleur et à la pression. Un incendie puis une première explosion ont eu lieu, peut-être dans un stock de feu d’artifice dans le hangar d’à coté : en tout cas des photos montrent des éclats de lumière qui y ressemblent.

Ces pré-événements ont servi de détonateur à l’explosion de la quasi-totalité des 2.700 tonnes de nitrate d’ammonium avec les résultats que l’on connaît : 130 morts, 80 disparus, des centaines de blessés et des milliards de dégâts dans un pays déjà ravagé par une formidable crise économique et la corruption. Cette dernière est liée au moins partiellement à son statut de plate-forme mondiale d’argent noir qui lui vaut d’être surnommé « la Suisse du Moyen-Orient ». Au surplus, il est assommé par des sanctions aussi USAméricaines qu’immorales et injustes visant le Hezbollah, une organisation qui représenterait 1/3 de la population libanaise selon les déclarations du Président du Liban à Paris-Match en 2017. Bref, ils ne sont pas sortis de l’auberge.

La raison du stockage de ce produit hyper dangereux en plein cœur de la ville est en fait multiple mais trop classique, hélas : un cargo caboteur qui fait escale à Beyrouth et est arrêté car défectueux. La cargaison saisie. Un imbroglio judiciaire, en partie lié à l’amateurisme de l’armateur, en partie à la situation chaotique au Liban. Des autorités judiciaires n’appréhendant pas le risque couru et des autorités portuaires dépassées. Bref, du tout venant même pas spécifiquement libanais.

Quelques fausses notes dans ce récit bien rôdé : Trump, évidemment, qui parle d’un attentat possible mais il est rapidement contredit par tout le monde, y compris chez lui. Quelques hurluberlus, d’habitude fiables, qui n’ont pas peur d’une 3e détonation encore pire, y voient le résultat d’un affrontement Israël-Hezbollah. Cette rumeur est taillée en pièce par tous les gens un peu sérieux en posant deux questions simples : « qui bono ? » donc quel serait le sens ou le message d’une attaque israélienne dans ce cas et pourquoi le Hezbollah irait-il stocker des explosifs en plein Beyrouth c’est à dire loin de ses bases, sous surveillance vidéo de gens qui lui sont pas spécialement favorables.

Cette hypothèse d’attentat extérieur viendrait pourtant de recevoir un support inattendu: le Président du Liban, Michel Aoun, chrétien maronite et allié du Hezbollah depuis longtemps, évoque une possible attaque de missile, donc des israéliens, dans le Parisien. Pourquoi là ? Peut-être pour la même raison pour laquelle le très médiatique (en France) Romain Caillet utilise une chaîne israélienne pour sourcer une déclaration du chef du Hezbollah : « parce que ! », comme dit Nidal 🙂

Pour qui s’intéresse à l’actualité des médias, il est intéressant de noter que le compte-rendu à la fois le plus fidèle, le plus complet et le plus prompt sur cet évènement est une fois encore celui de Moon of Alabama, le 5 août (date du site américain) soit au moins 12 heures avant tout le monde. Cela conforte mon opinion favorable à leur égard : ce qu’ils disent et prédisent a rarement été contredit par les évènements ultérieurs. Pour ceux qui ne lisent pas l’anglais et n’ont pas peur des émanations, une traduction de l’article du 5 a été réalisée à 14:00 du même jour par le Saker.

Plus spécialisée, LA source fiable et (pas trop) abondante en français sur le Liban est évidemment Nidal que j’ai abondamment cité ici. Merci à lui.

Revue de presse du 19 mars 2020

La recommandation du jour, c’est l’article de Ian Johnson paru dans le New York Times du 13 mars et traduit en français par Le Cri des Peuples qui explique comment, dans un mélange de racisme et d’idéologie, nos dirigeants ont perdu le temps offert par la Chine en matière de Covid19. A ce propos, sortir sur son balcon tous les soirs à 20 heures pour applaudir les professionnels de la Santé, c’est bien mais les financer correctement et payer ses impôts, c’est mieux, n’est-ce pas Bill Gates.

Autre recommandation, une critique longuement argumentée des printemps arabes décrits comme « Une guerre de prédation économique d’un Occident en crise (…) » par René Naba, que vous auriez tort de négliger si vous voulez comprendre un peu de géopolitique.

Tout le monde aimera « Neuf réflexions sur COVID-19 et ce qui s’en vient » de Caitlin Johnstone remarquablement traduit par Viktor Dedaj. La version originale en anglais est .

Un texte vigoureusement socialiste rappelle que tant la Chine que Cuba envoient de l’aide à nos pays libéraux si développés qu’ils sont incapables de faire face une épidémie finalement pas mal gérée là-bas. Et cet autre article critique tout aussi vigoureusement l’aspect inhumain des sanctions économiques contre l’Iran et le Venezuela en cette période de pandémie.

Sur un blog d’Alternatives Économiques vous pouvez lire une explication de la crise économique révélée par le Covid19 mais qui lui était pré-existante. Ce peut être complété, en français, par cet article des Économistes Atterrés publié sur El Correo.

Une tribune en faveur de l’anonymat sur Internet, baromètre de la démocratie, publiée par Sputnik et écrite par un lauréat de la française Revue de Défense Nationale. Bonjour, les dissonances cognitives ?

Le russe SouthFront met en lumière et en anglais dans deux articles, la montée des menaces de guerre des USA à l’égard de la Russie. Ce se passera en Europe. Il publie aussi la liste des principales pandémies plus ou moins mondiales classé par nombre de morts. Réjouissant, enfin presque.

Sous le titre « “Nous avons des intellectuels de gauche qui se pensent anticapitalistes, qui le sont au sens de leur militance, mais qui écrivent le récit dont la bourgeoisie a besoin“, Bernard Friot nous gratifie d’un article contre, notamment, la pension à points et « l’acharnement (des libéraux) à en finir avec le droit au salaire des retraités pour réaffirmer que ne peut avoir cours que la pratique capitaliste de la valeur : seuls travaillent ceux qui mettent en valeur du capital et la qualification ne peut pas être attachée à la personne ».

L’info est ancienne mais je la signale car l’auteur vient de gagner son procès contre la société de vente pyramidale Akéo alias MLM alias FAR. Cette victoire lui coûte quand même 4.000 €. Vous pouvez le soutenir, même de 5 €, ça lui fera du bien.

Enfin, au cas où ne le sauriez pas déjà, la religion est un obstacle à la science, même aujourd’hui, même chez nous, même dans nos têtes.

« A l’Ouest, rien de nouveau »

Enterré dans les nouvelles militaires, on trouve l’accord du département d’Etat (les Affaires Étrangères US) pour la vente par les USA de 8 avions ravitailleurs KC-46 à Israël pour moderniser leur flotte. C’est confirmé. Une demande de longue date des israéliens. La seule raison militaire possible de cette vente est de permettre aux avions israéliens d’atteindre l’Iran sans l’aide de l’infrastructure des USA, y compris avec quelques-unes de ses 200 charges nucléaires.

Ce pays vient de voter majoritairement pour l’extrême-droite contre la droite. Il vient de choisir la haine comme unique moteur de sa politique et se voit ainsi doté de moyens extraordinairement puissants de déclencher une guerre générale voire nucléaire au Moyen-Orient.

Le (réel) dirigeant actuel de l’Otan, le Général Wolters a aussi déclaré qu’il était « fan de la politique flexible d’utilisation de l’arme nucléaire en premier » (vidéo). Il n’a pas ajouté « uniquement si c’est pas chez moi » mais dans la mesure où il combine ça avec l’usage d’armes nucléaire destinées au champs de bataille, il est évident que ça vise l’Europe, la Russie et le Moyen-Orient.  Logiquement, la Russie réplique depuis longtemps qu’une attaque nucléaire locale (donc chez elle ou ses alliés) est une attaque nucléaire globale et sera répondue comme telle.

Les politiques sont complètement à l’Ouest.

Les guerres modernes sont possibles… avec un gros « mais ».

(Contribution externe)

SouthFront est une publication russe indépendante et en plein essor qui apporte plein de données sur les guerres où les Russes ou leur armement est impliqué. En avril 2019, j’avais noté cette information un rien cocasse que je vous traduit: « Une vidéo produite par l’aile média des combattants rebelles Yemeni montre des combattants Houthi (…) détruisant et brûlant deux chars de bataille T-34 ». J’ai vérifié : oui, des T-34 ! Des chars très modernes qui ont créé la surprise… lors de l’opération Barbarossa quand les Allemands ont attaqué la Russie en… eh oui, 1941 !

Après 78 ans de dur labeur, une bonne âme a bien voulu les achever. C’est presque un acte de bonté, non ? Bon, je persifle peut-être un peu car il s’agit peut-être des super-modernes T34-85 qui n’ont commencé à être produits qu’en… 1943. N’empêche que traiter aujourd’hui ces grands-pères de « chars de bataille » c’est leur faire un grand honneur. Ou juste de la propagande. Toute proportion gardée, c’est un peu « notre Eddy » (Merckx) renvoyé dans le peloton du Tour de France 2019.

Non mais j’exagère : après tout, il a quand même été produit pendant trèèèès longtemps (le char, pas Eddy. Suivez un peu, bordel). Alors, peut-être que ce papy datait de… 1958, date à laquelle il a enfin cessé d’être sur les chaînes de production. Dans ce cas et selon les nouvelles lois belges, l’heure de la retraite n’avait pas encore sonné pour lui avant longtemps. Dans le même genre, on me chuchote à l’oreille que l’on en avait aussi vu lors des affrontements en Syrie mais ce n’est pas confirmé.

Notez aussi qu’en Libye, toujours en avril 2019, on trouvait en masse d’antiques et (aujourd’hui) exécrables roquettes anti-chars russes datant du début des années 1950 dont on pouvait légitimement se demander à quoi elles pouvaient servir. Ben maintenant, on sait: contre les T-34. Note pour l’imbécile qui voudrait essayer: même contre eux, ça marche pas fort. En plus, il faut être à moins de 500 mètres du-dit T-34 (largement moins de 500 m, en fait), ce que je déconseille vivement pour éviter de se gagner un Darwin Award en pleine gueule : Papy a deux mitrailleuses de 7.62 encore bien vertes… Enfin, il faut que la roquette fonctionne, ce qui n’est pas évident pour des missiles de cet âge. Et en cas d’échec, je vous renvoie à la remarque précédente au format 7.62. A la rigueur, plutôt contre une Ford T ou une 2 CV. Et encore. Ou peut-être contre Eddy à vélo mais même à son âge, c’est uniquement pour un jour où il n’est pas en forme, hein. Réflexion faite, je vous les conseille plutôt comme anti-moustiques, ils seront plus à leur aise… et vous aussi, finalement.

Einstein disait que pour la guerre suivant la 3e guerre mondiale, on utiliserait des bâtons et des pierres. Ben, on n’a pas dû attendre si longtemps, en fait.

Liens en vrac d’hier et d’aujourd’hui

Les GAFAM ne changeront jamais : Microsoft était déjà attaqué pour son espionnage de la vie privée par Windows 10, Cortana et Skype, comme Google via GoogleHome, Apple (Siri) et Amazon (Alexa). Microsoft reconnaît maintenant que les XBox vous écoutent aussi, et que des humains peuvent avoir entendu ce que vous avez dit.

LGS: Vous avez dit dans un de vos articles que le gouvernement US considère ses citoyens comme des ennemis en recourant à la surveillance généralisée. Le véritable danger ne vient-il pas de ce système qui espionne tout le monde ?

Noam Chomsky: Je pense que Glenn Greenwald a raison de dire que peu de choses sont aussi pernicieuses qu’un état de « sécurité nationale » expansif. La surveillance en est un élément clé, facilitant la persécution des manifestants, des dissidents, des immigrants et des musulmans. L’État dit de « droit et d’ordre public » est un état de désordre extrême sans droit, dans lequel le pouvoir peut agir en toute impunité. Il commence à s’approcher du fascisme.

Les fusils d’assaut sont les plus mortelles des armes à feu en vente libre aux USA et dans d’autres pays du monde : plus précises et plus mortelles même en petit calibre (en anglais).

Aude Lancelin met à mal sept idées fausses que nous nous faisons sur les médias.

Les réactions à un article mensonger nous disent que les gens ne croient plus autant dans le discours officiel : 53% des gens qui s’expriment ne l’apprécient pas.

Le système de santé dont rêvent nos libéraux : le personnes soignées choisies par tirage au sort ?

Une disparition, accidentelle bien sûr (?), d’un autre fondateur de Wikileaks. Assange est toujours détenu pour de soi-disant crimes prescrits ou incertains. Un 3e collaborateur est menacé par les autorités aux ordres de l’Équateur.

En 2018, la contribution financière de la Chine au budget de maintien de la paix de l’ONU a grimpé de 3% à 10,25%. La Chine a promis d’allouer un milliard de dollars supplémentaires à ce budget au cours des prochaines années et a formé ses troupes pour aider les opérations de maintien de la paix de l’ONU. « La Chine remplit en partie un vide créé par le retrait des États-Unis de[l’ONU] », conclut Patrick Wintour, du journal The Guardian. « En un sens, la Chine, en garantissant des ressources à l’ONU, a gagné le droit d’être entendue. » Elle propose ses services pour la surveillance du nucléaire iranien.

La Syrie sur le chemin de la paix

Nos éditorialistes occidentaux ne semblent pas se donner la peine de commenter deux-trois informations très importantes pour l’avenir de la Syrie apparues ces derniers jours. Pourtant l’annonce par le président Syrien d’une nouvelle amnistie totale jusqu’à la date de publication pour tous les participants à la guerre qui dure maintenant depuis 8 ans le mériterait amplement. Cette amnistie, la plus large publiée jusqu’à présent, lève un obstacle majeur au retour des millions de réfugiés dont certains avaient peur de la répression politico-militaire pour des liens avérés ou supposés avec l’opposition militaire ou les milices étrangères.

D’autre part, la dernière réunion des 3 alliés-ennemis extérieurs, soit la Russie, la Turquie et l’Iran, a déclarée que les membres d’un Conseil constitutionnel de Syrie a été choisie. Elle sera constituée d’un tiers d’opposants, un tiers de représentant du gouvernement et un tiers de participants nommés par l’ONU. Son but est d’écrire une nouvelle constitution indispensable pour ramener la paix en Syrie.

Lors de cette même réunion, tous trois ont affirmé être d’accord sur la nécessité du respect de l’intégrité territoriale de la Syrie. C’est une avancée majeure de la part des Turcs qui ont jusqu’à présent multiplié les actes d’occupation en Syrie. Ces mêmes Turcs sont restés très silencieux pendant que les Russes attaquaient vigoureusement l’occupation américaine de zone Kurdes mais aussi stratégiques : champs de pétrole et la route vers la Jordanie.

La force, rien que la force

Israël reconnaît dans la presse israélienne, par la voix de son multi-ministre Bibi Netanyahu, qu’il a déjà bombardé l’Irak (confirmé par le New-York Times) et bientôt les Houtis au Yemen outre la Syrie au rythme d’une attaque par jour environ depuis 2018. Tout ça sous le prétexte que ce sont des alliés de l’Iran. Coupables par association, ça suffit apparemment. Tout ça va rendre Israël encore plus populaire dans la région, à commencer par la Turquie et le Hezbollah, et habituer les gens à respecter le droit international à son égard. En même temps, ce pays démocratique (pour 50% de sa population, juive exclusivement) s’est toujours arrogé le droit d’enlever à l’étranger, de tuer qui il voulait, où il voulait, des soldats certes, des responsables politiques, des militants mais aussi des scientifiques étrangers ou des protestataires non violents comme leurs dissidents.

Bibi projette visiblement aussi une attaque de Gaza (mais les indices sont encore trop diffus pour être reliés à quelques articles). Parce que bombarder deux millions de palestiniens assiégés dans un ghetto surpeuplé et probablement tuer quelques milliers de civils, ça va fera ça de moins qui meurent de misère physiologique, de manque de soins, d’eau potable et d’infrastructures telles les égouts (détruites) dans ce baril de poudre et de poussière. Et ça ne va pas du tout les radicaliser plus encore.

Il veut aussi se joindre à la force de « police »(ou d’agression) anglo-saxonne dans le détroit d’Ormuz, au plus près de l’Iran, avec des forces militaires. Histoire de calmer le jeu, sans doute.

Évidemment, il faut se rappeler qu’il y aura tout bientôt des élections dans ce pays où bombarder voire assiéger et affamer les voisins et les anciens occupants fait gagner les votes de gens ultra-majoritairement racistes et qui résistent de plus en plus mal à la tentation du culte de la force. Pas des nazis, certes, mais peut-être bien des fascistes pour une trop forte majorité qui semble s’accroître sans trêve.

Le premier ministre était d’ailleurs cette semaine en Ukraine où il a été accueilli par un mot d’ordre issu de l’histoire nazie (et anti-sémite) locale sans que cela lui cause apparemment le moindre problème, même si le reste de la visite fut plus responsable. Par ailleurs, il a longuement souligné les liens construits avec le président précédent qui, lui, couchait ouvertement avec les néo-nazis.

Billard à trois bandes dans les médias MSM

Le coup est disséqué par le journal américain « Moon of Alabama » traduit par le Saker*: un « diplomate » israélien donne un scoop constitué de trois infox* à un journaliste saoudien qui les avale tout cru. En s’appuyant sur la « reconnaissance par les arabes eux-mêmes » – sauf que l’Arabie Saoudite, ça n’est pas du tout « les arabes », surtout en Irak et encore moins chez les Perses iraniens, mais passons – les journaux MSM israéliens et occidentaux sont « sûrs » de la véracité des infox à la gloire des F-35 i, de l’armée israélienne et de la force de caractère de son 1er ministre et ministre de la guerre, le tout-puissant Bibi Nétanyahou. Il y a là-bas des élections en vue mais c’est sûrement un hasard. Ça contente aussi les USA qui ont besoin de bonnes nouvelles à propos de leur infox (à peine) volante vendue sous le nom de F-35, par exemple en Belgique sous l’influence de l’américanolâtre CD&V au pouvoir dans l’armée et soutenue au gouvernement par la toute-puissante NVA.

Juste deux-trois problèmes: les infox sont visibles pour qui veut se renseigner et regarder, les journalistes saoudiens ne sont pas fiables vu la sauvage dictature régnante, les journaux MSM commencent à être reconnus comme paresseux et peu crédibles, il n’est que de voir leur chute de lectorat en dizaine(s) de % par an. Enfin, comme le signale « Moon of Alabama », si c’était vrai, ce serait alors le meilleur argument de vente possible pour les S-400 russes dans tout le Moyen-Orient. C’est peut-être pour ça que les médias (pro-)russes ne sont pas du tout pressés de lever le lièvre.

(*) Je ne suis pas responsable des odeurs nauséabondes qui émanent fréquemment des auteurs repris dans le Saker mais quand il traduit les articles de la presse anglophone de gauche, je ne vois pas de raison de vous en priver. De même, Wikipédia fondé par un libertarien (extrême-droite anti-état) et devenu un instrument de propagande MSM et néo-conservateur (donc va-t-en-guerre) reste utile quand il ne parle pas de politique et surtout pas d’actualité.

L’Iran et l’Europe

L’Europe n’arrive pas à détacher la laisse fixée à son collier par la « protection » militaire de son parrain américain. Or depuis l’arrivée du narcisse infantile à la Maison Blanche, c’est le grand n’importe quoi qui règne à Washington, même chez ses adversaires. Un bon exemple est la crise de paranoïa nommée Russiagate dont l’explosion en vol a carbonisé la crédibilité de nombreux médias et politiciens locaux.

Aujourd’hui, l’Iran est étouffé par les sanctions USAméricaines prises en contradiction avec les engagements pris lors de la conclusion de cet accord. Tout ça, juste parce que le traité est l’œuvre d’Obama (mais pas que lui). La Perse compte ses amis et ses alliés et s’en souviendra quand le Président US sera revenu dans le monde réel où l’AIEA confirme l’honnêteté iranienne.

Signalons au passage que si les sanctions ne sont pas annulées, l’Iran a le DROIT de dépasser les normes inscrites dans le PAGC ; la presse fait des bonds (pour faire vendre) mais les dirigeants européens ne parlent pas explicitement d’une violation de l’accord par l’Iran, et pour cause.

L’Europe pourrait jouer un rôle dans cette poudrière, comme elle aurait pût le jouer avec la Russie en son temps voire Cuba. Mais non, nous nous montrons incapable de défier notre tuteur. Ce n’est pas compliqué, la faible Turquie est plus indépendante que nous. Certes, un mécanisme de paiement a été créé par l’Europe pour contourner les sanctions américaine mais les seuls qui l’utilisent vraiment sont les Russes et, parait-il, les Chinois.

John Bolton ligoté

Le Congrès des USA vient de voter un amendement à la loi de financement de l’armée qui interdit l’entrée en guerre contre l’Iran et l’Irak sans son accord explicite. Il a été voté par la majorité des Démocrates appuyé par des Républicains. C’était récemment souhaité aussi dans un média très proche du Pentagone, National Interest.

Il est permis de se demander si le plus content de l’affaire ce n’est pas Trump lui-même. Cet amendement bloque les folies des ses conseillers va-t-en guerre, John Bolton et Mike Pompeo, contre lesquels il semblait tellement en opposition que le licenciement de Bolton faisait l’objet de spéculations dont je m’étais fait l’écho récemment.