La Voie du Sabre en Europe et sa réponse « woke »

En Ukraine, le jeune soldat en patrouille sur la photo un peu sombre tout en haut à droite porte clairement un écusson tricolore Allemand. Ces images sont extraites de la caméra GoPro d’un ukrainien tué lors d’une opération de reconnaissance.

Images issues de la GoPro d’un soldat ukrainien tué en territoire Russe

Dans l’image ci-dessous extraite d’une vidéo publié sur Telegram par des soldats Russes, on reconnaît un drapeau US frappé d’un aigle armée (CIA ou l’armée de terre ?). Comment celui-ci est-il arrivé au front ?

Ces 2 « images du jour » sont issues de 2 canaux raisonnablement fiables et aussi orientés que nos JT, juste pas dans le même sens. Dans la mesure où elles sont authentiques, et bien trop d’autres canaux le confirment, nous sommes en train de nous préparer un superbe conflit Otan-Russie sans l’aval d’aucun des Parlements concernés, comme d’habitude.

On ne peut certes exclure que ce sont seulement des « souvenirs » d’entraînement ou le fait de soldats plus ou moins « retraités » ou « volontaires », mais ce sont des indices supplémentaires du fait que nous sommes sur le chemin magnifiquement esquissé par Frank Capra en 1943 à propos des nazi et poursuivi lors de chaque intervention majeure des USA depuis : d’abord des « volontaires » plus ou moins CIA puis des instructeurs (Bérets Verts) puis des « observateurs » et des officiers « pour diriger les tirs » et « coordonner » ensuite des troupes « de reconnaissance ». On termine avec du fantassin conscrit en nombre avec ses indispensables avions d’appui.

A ce dernier stade, la marche arrière est devenue impossible pour un paquet d’années parce qu’il y a trop d’argent à gagner pour l’appareil militaro-industriel US, trop de médailles et de promotions à venir pour les gradés planqués au Pentagone ou au Shape. La troupe va mourir mais, objectivement, ils s’en fichent : la machine de propagande tourne à plein régime depuis assez longtemps pour couvrir ça.

Nous ne sommes pas encore à cette phase totale mais déjà ces soldats ukrainiens, renforcés par NOS « volontaires » et vétérans, sont formés par NOS instructeurs militaires dans NOS bases dans NOS pays. Ils sont payés avec NOTRE argent, armés avec du matériel issus de NOS stocks d’active et entretenu par NOS techniciens ici ou là-bas. Ils sont conseillés à plus ou moins grande distance par NOS officiers et renseignés par NOTRE matériel d’espionnage (Starlink d’Elon Musk, satellites militaires US, CIA, etc…). Leurs politiciens dansent sur NOTRE musique. A ce stade, qu’est-ce qui les différencie encore de simples mercenaires de NOTRE Otan ?

En prime, ces gens tirent volontairement sur des civils et des infrastructures indiscutablement russes. Le jour où on recevra à NOTRE tour des coups sur la figure, on dira que « Poutine est fou », bien sûr, plutôt que de penser que les Russes seront seulement excédés par notre hypocrisie.

A propos d’infrastructures : lors du massif bombardement non-provoqué et illégal de la Serbie (78 jours) par les USA en 1999, ces derniers ont détruit l’intégralité des ponts, réseaux électriques, radio-TV, etc… bref l’essentiel de l’infrastructure serbe, faisant des milliers de morts civils (« seulement » des centaines selon les sources alliées, évidemment), des dizaines de milliers de blessés et d’innombrables sans-abris, comme à chaque fois.

A contrario, en Ukraine, les chauffages centralisés soviétiques fonctionnent toujours, le gaz (d’origine russe) est distribué et les centrales électriques sont intactes. L’industrie tourne, l’électricité est là et les relais GSM sont actifs. Globalement, les trains circulent. Les ponts sont fonctionnels sauf sur la ligne de front. Kiev, Lviv et les autres grandes villes sont intactes tout comme les gazoducs du pays ! Même les rétributions pour le transit du gaz vers la CEE sont payées par’ la Russie. Les seuls gazoducs qui ont des soucis sont ceux auxquels s’opposent depuis toujours les USA (Nord Stream 1 et 2) suivant le vieil adage émis par le dear Henry Kissinger« : « Être un ennemi des USA est dangereux mais être son allié est fatal ».

Cadeau pour ceux qui sont encore là, un immanquable tweet Hindou que je vais essayer de vous traduire en respectant sa finesse très britannique :

https://twitter.com/timand2037/status/1578515682094108673

Ces 4 provinces sont russes mais elles ont été assignées « ukrainiennes » à la naissance. Récemment elles on fait un « coming-out » en tant que trans. Ce sont des régions frontière-fluides et leur souveraineté est non-binaire. Elles sont Russes enfermées dans un corps Ukrainien et elles ont décidé de réaliser leur transition. Leur pronoms sont maintenant dpr/lpr. Nous, Indiens, en tant qu’alliés supportons cette transition et condamnons l’attitude transphobique de l’Ouest.

———————————————————————————————————

Mise à jour du 10/10/22 : Contrairement à ce qui a eu lieu jusqu’à présent (voire supra) le siège du SBU à Kiev ainsi qu’un gros morceau de l’infrastructure énergétique a été bombardé après l’attentat contre le pont de Kersch entre la Russie continentale et la Crimée. Histoire de bien faire comprendre à l’Ukraine dès hier soir que « nous mettions des gants (avec les objectifs civils) mais si vous faites des bêtises, nous pouvons devenir vraiment méchants et nous en avons les moyens. »

La vérité change selon celui qui paie.

Souvent New York Times varie

15 mars 2019 :
    « Sur son gilet pare-balles figurait un symbole couramment utilisé par le bataillon Azov, une organisation paramilitaire néo-nazie ukrainienne. »

11 février 2020 :
    « Les défenseurs du Bataillon Azov ukrainien, que le F.B.I. appelle « une unité paramilitaire » notoirement connue pour son « association avec l’idéologie néonazie », nous accusent de faire partie d’une campagne du Kremlin visant à « diaboliser » le groupe. »

17 mars 2022 :
    « La semaine dernière, Facebook a déclaré qu’il faisait une exception à ses politiques de lutte contre l’extrémisme pour autoriser les éloges de l’unité militaire d’extrême droite ukrainienne du bataillon Azov, « strictement dans le contexte de la défense de l’Ukraine, ou dans leur rôle en tant que partie de la Garde nationale ukrainienne. »

29 avril 2022 :
    « Ces scènes sont tirées de vidéos partagées en ligne ces derniers jours par le régiment Azov, une unité de l’armée ukrainienne, qui affirme qu’elles ont été prises dans les bunkers en forme de labyrinthe situés sous la tentaculaire aciérie Azovstal à Mariupol, en Ukraine. »

Souvent Canada varie

« Afin de mieux comprendre comment l’approche des médias canadiens en matière de reportage sur le Régiment Azov (anciennement le Bataillon Azov) a évolué au fil des ans, nous avons recherché toutes les mentions du groupe dans les archives du Toronto Star, du Globe and Mail et du National Post. Nous avons également cherché sur le site Web de CBC News, ainsi que dans certaines de leurs émissions. Les 90 mentions uniques que nous avons trouvées (au 10 août) ont été compilées, la description d’Azov fournie dans l’article ou l’émission étant notée à des fins de comparaison.

Nous avons constaté que ces organes d’information (et les agences de presse sur lesquelles reposait une grande partie de leur couverture) allaient de la reconnaissance directe de l’idéologie néonazie d’Azov à la suggestion que le groupe est simplement « controversé » ou a un « passé douteux ». Certains rapports ne comportaient aucun qualificatif et présentaient simplement le groupe comme une autre unité militaire ukrainienne luttant contre la Russie. »

Les gros sous ne varient pas

L’homme qui a financé l’ascension de Zelensky , Igor Kolomoïsky, est aussi celui qui a créé Azov dont les hommes seront entraînés et formés par les USA et le Canada dès 2015.

Ça n’a (presque) rien à voir mais je fais un coucou tout spécial à la Fürher de la CEE et à la Vice-1ère Ministre canadienne, toutes deux si fières de leurs grands-papa respectifs.

Mais à part ça, l’Ukraine n’est pas envahie par l’idéologie néo-nazie, juste que ses forces de l’ordre (nouveau) et son président ont des gros liens sentimentaux avec elle 😂 Tous sont désormais payés, parfois depuis 2015, par les contribuables ukrainiens de l’Otan, l’Ukraine ne pouvant plus couvrir que moins de 50% de son budget, sans même compter les armes.

Otan en emporte le vent

Outre les mercenaires occidentaux et quelques SAS aussi britanniques que discrets, il y a des soldats professionnels polonais en Ukraine mais ils sont payés par l’Ukraine donc aucun ne compte comme soldat de l’Otan. Les autres mercenaires étrangers sont majoritairement issus des pays de l’Otan. Les mêmes pays qui envoient des armes de tous formats à l’usage desquelles l’Otan forme sur place le personnel de l’armée ukrainienne, en ce compris les mercenaires.

L’espionnage satellitaire est assuré par l’Otan et la couverture internet en campagne est assurée par un prestataire majeur (Elon Musk) de l’armée USAméricaine. Enfin, l’Ukraine n’a plus aucune rentrée d’argent donc elle vit et paye ses soldats avec l’argent envoyé par les pays de l’Otan.

C’est moi ou l’Otan est en réalité déjà en guerre avec la Russie avec juste un peu de complexité pour essayer de travestir la chose et de la rendre acceptable pour nos populations ?

Parce que, résumons-nous : le matériel vient de l’Otan, la formation est assurée par l’Otan, tout ou partie du personnel formé vient de l’Otan, l’information est assurée (ou censurée) par l’Otan. Et le tout est financé et payé avec de l’argent qui vient des pays de l’Otan. Qu’est-ce qui est encore ukrainien mis à part la couleur des uniformes et le sang de la chair à canon ?

Edit 26 juin: Le NewYork Times (NYT) confirme que les forces spéciales de renseignement, d’assistance et de formation de l’Otan sont toujours sur le terrain. Voila qui renforce encore l’idée que la 3e Guerre Mondiale (du Nord) a déjà commencé comme le confirme cette belle citation :

Les faucons en avril : N’appelez pas ça une guerre par procuration !
Les faucons en mai : Bien sûr que c’est une guerre par procuration !
Les faucons en juin : Ce n’est pas leur guerre, c’est notre guerre !
(@DanielLarison) 20 juin 2022 via Caitlin Johnstone

.