Otan en emporte le vent

Outre les mercenaires occidentaux et quelques SAS aussi britanniques que discrets, il y a des soldats professionnels polonais en Ukraine mais ils sont payés par l’Ukraine donc aucun ne compte comme soldat de l’Otan. Les autres mercenaires étrangers sont majoritairement issus des pays de l’Otan. Les mêmes pays qui envoient des armes de tous formats à l’usage desquelles l’Otan forme sur place le personnel de l’armée ukrainienne, en ce compris les mercenaires.

L’espionnage satellitaire est assuré par l’Otan et la couverture internet en campagne est assurée par un prestataire majeur (Elon Musk) de l’armée USAméricaine. Enfin, l’Ukraine n’a plus aucune rentrée d’argent donc elle vit et paye ses soldats avec l’argent envoyé par les pays de l’Otan.

C’est moi ou l’Otan est en réalité déjà en guerre avec la Russie avec juste un peu de complexité pour essayer de travestir la chose et de la rendre acceptable pour nos populations ?

Parce que, résumons-nous : le matériel vient de l’Otan, la formation est assurée par l’Otan, tout ou partie du personnel formé vient de l’Otan, l’information est assurée (ou censurée) par l’Otan. Et le tout est financé et payé avec de l’argent qui vient des pays de l’Otan. Qu’est-ce qui est encore ukrainien mis à part la couleur des uniformes et le sang de la chair à canon ?

Edit 26 juin: Le NewYork Times (NYT) confirme que les forces spéciales de renseignement, d’assistance et de formation de l’Otan sont toujours sur le terrain. Voila qui renforce encore l’idée que la 3e Guerre Mondiale (du Nord) a déjà commencé comme le confirme cette belle citation :

Les faucons en avril : N’appelez pas ça une guerre par procuration !
Les faucons en mai : Bien sûr que c’est une guerre par procuration !
Les faucons en juin : Ce n’est pas leur guerre, c’est notre guerre !
(@DanielLarison) 20 juin 2022 via Caitlin Johnstone

.

Petit pas deviendra grand

La réponse Russe au blocus partiel de l’enclave de Kaliningrad par la Lituanie avec l’appui de la Commission Européenne (CE), donc l’Otan, commence à prendre de l’ampleur. La dernière intervention de la porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères Russe est plutôt carrée et tout cela commence furieusement à ressembler ce qui a précédé l’intervention spéciale Russe en Ukraine ce 24 février ’22. Toutes les instances du gouvernement central ont mis leur poids dans la balance. A ce stade, Moscou ne peut plus reculer.

Maria Zakharova a déclaré ce 22 juin que les réponses à ce blocus « sont actuellement élaborées dans un cadre interministériel. Il a été indiqué à la fois à la Lituanie et à l’Union européenne, par l’intermédiaire de leurs missions diplomatiques à Moscou, l’inadmissibilité de telles actions, la nécessité de modifier les mesures prises et de ramener la situation à un cours légitime. Si cela n’est pas fait, alors (cela a été souligné à tous les niveaux à Moscou) des actions de représailles seront inévitables. »

Elle a précisé : « elles ne seront pas diplomatiques, mais pratiques. Ce qu’elles seront et quand elles le seront dépendent (comme nous l’avons dit aujourd’hui et comme nous l’avons dit tous ces jours) des actions de l’UE et de la Lituanie. Si cela ne se produit pas, alors elles seront introduites. Quelles seront-elles ? Je pense que nous en parlerons lorsque la décision sera prise et qu’elle sera annoncée » rapporte Tass.

Il faut dire que la Russie était déjà fumasse des propos du Pdt US Joe « Lagaffe » Biden qui avait parlé de renverser le gouvernement Russe. La prochaine conférence des « Néo-Conservateurs » (néo-cons), avec Hillary Clinton comme chef de file, qui a pour sujet « la décolonisation de la Russie » n’a rien arrangé. Il faut savoir que cette expression apparemment innocente est en réalité le terme codé des faucons US* pour la balkanisation de la Russie, un projet qui met évidemment tout le monde en rage à Moscou mais aussi dans la population Russe.

L’ambiance est tellement « calme » que le New York Times (NYT) d’hier posait la question de savoir si les USA n’étaient pas déjà en guerre avec la Russie. Pour l’instant, ça passe encore par le biais d’une colonne ouverte et un peu inquiète d’une conseillère d’un groupe de pression bien en cour à Washington qui se demande s’il n’est pas déjà trop tard. Entre un inexistant à la tête (vide) de la CE et le somnambule de la Maison-Blanche, on se demande bien qui va pouvoir arrêter la course à l’abîme du côté occidental.

« Check list » de l’attaque de l’Iran

La check list est la suite d’éléments à vérifier avant une opération importante voire périlleuse. Elle ne prouve pas que la chose aura lieu mais elle s’assure que tout est prêt pour la réaliser.

Revoyons ensemble les éléments nécessaires ou utiles avant l’attaque de l’Iran, chaînon suivant de la course à la 3e Guerre Mondiale après la Russie et avant la Chine :

  • Un appui inconditionnel du futur ex-premier pays du monde drogué par le premier appareil militaire du moment mais déjà en perte de vitesse à tous points de vue et qui y réagit avec la paranoia et l’absence de scrupule d’un cocaïnomane en manque ? CHECK.
  • Un créancier qu’on ne peut plus rembourser et dont la mort arrangerait bien les finances du premier des bellicistes ? CHECK.
  • Un démocrate à la Présidence des USA, comme souvent dans ces cas-là, en prime gâteux et téléguidé par les néo-conservateurs à la direction des affaires étrangères sans interruption depuis W. Bush inclus* ? CHECK.
  • Un futur Premier israélien, Lapid, un peu moins « faucon » que les précédents et qui devra donc prouver à ses électeurs qu’il est quand même capable de « faire suer le burnous » (passez-moi l’expression) ? CHECK.
  • Des élections législatives à venir (octobre-novembre) chez les 2 puissances militaires les plus incontrôlables des 50 dernières années, USA & Israel ? CHECK.
  • Un plan de paix rejeté par les deux irresponsables pré-cités ? Pas CHECK mais presque.
  • Une crise économique mondiale et habituelle du capitalisme boursier à laquelle il serait TELLEMENT pratique d’opposer une guerre mondiale pour écraser les travailleurs et les populations faibles en général qui nous promettent un automne agité ? CHECK.
  • Une censure à long terme bien en place sous un prétexte totalement bidon (l’Arabie Saoudite avec le Yemen et les USA avec la Yougoslavie ont fait régulièrement pire que la Russie sans que l’on ne bouge un cil) en Europe comme aux USA ? CHECK.
  • Des producteurs d’or noir à remettre au pas pour qu’il cessent de gaspiller NOS précieuses matières premières en voie de raréfaction avec un concurrent (la Chine), en se passant du $ en prime (cf. le précédent libyen) ? CHECK.
  • Un pays visé qui propose de mettre en place une nouvelle monnaie qui contournerait le $ (idem) ? CHECK.
  • La Russie, garante de paix dans cette région qui est déjà bloquée ou au moins diminuée par un autre conflit vital pour elle au point que personne n’a agit militairement après le bombardement par Israël du plus grand aéroport civil de Syrie ? CHECK.
  • Une nouvelle distraction du garant par le harcèlement d’un roquet sans importance mais appuyé en sous-main par l’Europe et l’Otan ? CHECK.
  • Une alliance des racistes (apartheid israélien) et des totalitaires (théocratie mêlée d’absolutisme royal) du coin qui sont aussi les 2 plus grosses puissances militaires de la région ? CHECK.
  • La livraison des armes nécessaires (ravitailleurs en vol et anti-missiles) à ces deux agités ? CHECK.
  • De nouvelles armes, les F-35 et les drones, qui assurent temporairement la sécurité des pilotes de bombardiers face à l’ennemi désigné ? CHECK.
  • D’autres nouvelles armes (S-300 et S-350 russes) qui vont sérieusement minimiser l’avantage des précédentes, qui sont en projet d’achat dans le camp d’en face et qu’il faut anticiper ? CHECK.
  • Des manœuvres belliqueuses et provocantes afin que les ennemis tirent le premier coup de feu pour prévenir l’attaque inéluctable comme l’Otan vient de le faire en Ukraine ? CHECK.
  • La cible suivante déjà désignée, en l’occurrence la Chine à qui l’on va faire le coup du Japon en 1941 (« plus de pétrole pour vous ! ») ? CHECK.

Tout est prêt, on attend les ordres. Traditionnellement, c’est en Octobre que ça se passe pour les USA mais les faucons Israélien sont tellement énervés et sûrs d’eux-mêmes que ça ne tiendra peut-être pas jusque-là. D’un autre côté, les fanfaronnades israélienne en mode « retenez-moi ou je fais un malheur » sont aussi annuelles que coutumières. D’autant que leurs derniers passages à l’acte n’ont connu que des réussites à l’Américaine du genre « on casse tout et on se tire en vous laissant gérer les ruines ».

Septembre permettrait d’engranger les bénéfices des vacances d’été mais, a contrario, de vider les stocks d’essence déjà vacillants depuis l’embargo sur la Russie. L’Ukraine peut s’effondrer avant cette échéance, c’est cependant peu probable, tout comme Wall Street, peureux et qui n’est jamais aussi heureux que pendant une crise sanitaire ou une bonne guerre. Et ces dernières sont toujours bonnes… au début :-/

En tout cas, les moteurs chauffent et le porte-avions H. Truman est en Méditerranée. Il sera remplacé si nécessaire mais il n’est pas indispensable.


(*) Trump partiellement exclu mais trahi par ses propres troupes tant à la Vice-présidence qu’au FBI, à la CIA et au Pentagone.

Un petit pas de plus vers la 3e GM ?

La Lituanie à avancé l’Europe voire l’Otan d’un pas de plus vers la guerre avec la Russie ce samedi. Selon diverses sources dont Russia Today, précédée par l’agence TASS et d’autres, canadiennes notamment, ce petit pays balte issu de la destruction de l’URSS vient de bloquer partiellement l’accès russe à l’enclave de Kaliningrad en se réfugiant derrière les nouvelles règles de boycott de la CEE. A 6 heures ce matin les médias russes la jouaient « piano » ce qui est une bonne nouvelle déjà.

Ce blocus, même partiel, est explicitement illégal en droit international. C’est soit un acte de guerre, soit une décision du Conseil de Sécurité de l’ONU (SCUN) en avant-dernier recours à l’encontre d’un pays qui ne respecte pas ses décisions. Sauf si de gros changement viennent d’intervenir dans l’ordre international et qu’on ne m’ait pas averti (sarcasme inclus), la Lituanie n’est PAS le SCUN. La CEE non plus. L’Otan agit comme si il l’était mais il ne l’est pas, même selon leur propres déclarations.

Il est peu probable que la Lituanie ait pris une décision aussi imprudente de sa propre initiative. Certes, ils détestent les Russes mais c’est un nain tant du point de vue économique, militaire que diplomatique. Elle ne devrait donc pas prendre une telle décision sans le feu vert de la CEE ou de leurs maîtres à l’Otan ou aux USA.

D’un autre côté, aucun média occidental ne semble avoir embrayé : peu de médias occidentaux ni de chaîne d’information francophone n’en parle en titre sur son site; Les sites US sont discrets. Si c’était préparé, soyons assuré que le plan média aurait été mis en place comme à chaque fois que les Occidentaux sont impliqués. Si l’est, c’est en mode très mineur.

La Lituanie a déjà commis d’autres initiatives imbéciles. Récemment, elle avait reconnu Taïwan comme un pays, une gaffe diplomatique probablement volontaire mais de première grandeur qui a exaspéré la Chine qui la boycotte depuis. Peut-on imaginer que ce blocus de Kaliningrad soit une mesure de rétorsion à l’encontre du boycott de la Chine en agressant la Russie ? Cela n’aurait pas de sens en droit ni en logique mais la Lituanie est un petit roquet excité donc tout est possible, même et surtout l’irrationnel.

En tout cas, je nous promet du saignant au Conseil de Sécurité de l’ONU ce lundi matin. Dans les cabinets ministériels et présidentiels concernés des USA et de ses vassaux, de l’Otan à la CEE, l’animation a peut-être déjà commencé.

Edit du lundi 21 juin : il se confirme de multiple sources que la CEE est au courant et soutient le principe du blocus partiel sinon son application. L’ancien Président russe pro-occidental et actuel Vice-Pdt du Conseil de Sécurité en profite pour se refaire une virginité avec des propos incendiaires sur l’affaire. D’autres responsables russes suivent. Pour l’instant, ces propos sont sans conséquences matérielles apparentes mais les patiences ne sont pas inépuisables comme l’on récemment constaté les Ukrainiens. Juste que cette fois-ci, il s’agit d’un membre de l’Otan.

L’Europe a perdu la guerre d’Ukraine

Au cas où vous auriez vécu sous une pierre ces derniers jours ou, plus simplement, que vous ne lisiez pas l’anglais, le fait est que l’Ukraine a perdu la guerre et que les médias occidentaux qui donnent le ton l’on reconnu discrètement. Sur la plan local, Zelensky a personnellement lié le sort de la guerre à la bataille de Severodonetsk qui est déjà perdue sauf pour « le petit village qui résiste encore et toujours à l’envahisseur », en l’occurrence l’usine Azov où les défenseurs sont encerclés et donc promis à une mort certaine.

Grosse différence aussi entre cette usine Azot et Azovstal à Donestk où combattaient DNR-LNR et Tchétchènes alliés aux Russes, ces derniers auraient maintenant 20 fois plus de canons, 40 fois plus de munitions selon cette source (plus probablement 2 et 4 fois) que leurs adversaires et comme si ça ne suffisait pas, ils ont le monopole de l’air et des bombardements stratégiques. Sur ce dernier point, les Ukrainiens ne peuvent répondre qu’avec les quelques canons César de 155 mm vendus par les Français qu’ils utilisent pour bombarder des villes avec des munitions qui sont interdites au point que le fournisseur affirmait les avoir détruites dès avant 2015. Mais bon, on sait que l’Ouest et la parole donnée… Ah non, là c’est un traité (ONU) sur les armes à sous-munitions qui n’est pas respecté mais qui va punir un pays de l’OTAN ?

Deuxième grosse différence, il ne s’agit plus néo-nazis longuement formés (en toute connaissance de cause) et armés par les USA et ses alliés mais principalement de conscrits, peu ou pas formés, et armés de ce qu’on a trouvé, c’est à dire pas grand-chose en dehors d’un vieil AK47 et de « pas assez » de munitions. Souvent sans officiers ni sous-officiers expérimentés. Entre ces manques d’encadrement, d’armement lourd et la certitude que la guerre est déjà perdue, les désertions se multiplient.

Un point commun et désormais habituel : les boucliers de civils qui protègent les « courageux » soldats ukrainiens de l’artillerie russe au meilleur de sa forme. D’autant que les Russes ont abandonné leurs préjugés humanitaires encombrants du début de la guerre et ne répugnent plus guère à utiliser l’artillerie et ses gros dégâts collatéraux plutôt que le sang de ses soldats versés pour chaque kilomètre récupéré, comme dans les premiers mois de la phase active du conflit qui durait déjà depuis 8 ans.

Et l’Europe dans tout ça ?

Nous, l’Europe, sommes au début de la pente glissante qui nous conduit inéluctablement au Tiers-Monde si nous ne réagissons pas vite et fort contre l’oligarchie qui nous dirige, nous exploite et nous matraque.

D’abord, nous avons perdu la guerre économique contre la Russie : nos sanctions nous font beaucoup plus de mal qu’elle n’en font à l’économie Russe qui s’y attendait un peu quand même. Le rouble ne s’est PAS effondré, la Banque Centrale Russe ne s’est PAS effondrée non plus, les Russes ont a manger et de l’énergie bon marché, ils ne sont pas du tout sur le chemin de « renverser » Poutine, ce « dictateur » élu et supporté par 80% de la population. Ce n’est pas comme nous qui payons « cher et vilain » une énergie insuffisante à long terme et dont le bilan écologique devient de plus en plus catastrophique tout comme la nourriture qui augmente pendant que les agriculteurs perdent de l’argent.

Les raisons de cette défaite sont, pour une partie d’entre elles, assez simples : les sanctions ne marchent que face à un petit pays. Sur les grands, il y a un marché intérieur qui compense un peu trop. Ensuite nous n’avons PAS fait le compte de quoi nous nous coupions avant de prononcer nos sanctions. Je pense que la Russie qui savait que les sanctions démarrées déjà depuis des années allaient s’amplifier, avait fait le compte de ce qu’elle pouvait perdre et avait cherché, voire mis en place, de quoi les contourner. Son auto-suffisance et la volonté de sa population menacée dans son existence sont probablement bien supérieures à nos insuffisants calculs et préparations.

Deuxième problème, la classe politique européenne, auto-intoxiquée par ses propres médias et ceux de ses propres oligarques, a beaucoup de mal à comprendre qu’elle est en train de perdre la guerre. En cela, elle est comparable aux organisations dictatoriales qui perdent le contrôle car la base qui touche bien la réalité des choses, elle, n’ose plus contredire ses chefs qui prétendent qu’il fait jour à minuit. Elle n’ira donc à Canossa, la négociation avec la Russie, qu’au moment où il n’y aura plus rien à négocier : la Russie se sera plus ou moins définitivement tournée vers l’Asie et ne nous considérera plus que comme un marché pour ses invendus.

Les fourches caudines seront d’autant plus basses qu’aux yeux de la Russie, ni la France ni l’Allemagne ne sont plus considérés comme fiables puisqu’ils étaient les garants de la paix signée en 2014 et qu’ils n’ont pu imposer aux Ukrainiens les contre-parties de celle-ci : l’indépendance relative de Donetsk et Lougansk. Au contraire, ils ont permis le bombardement incessant de celles-ci par leurs supplétifs néo-nazis, souvent Galiciens, et leurs « bavures » (tortures, meurtres, viols, etc…) aux dépens de la population russophone d’Ukraine au point que celle-ci ne veut plus jamais dépendre de Kiev et encore moins de ces Galiciens que Zelensky a nommé à tous les postes de responsabilité. Le tout avec la complicité de l’OSCE. En prime, en confisquant illégalement les 300 Milliards russes, nous avons détruit définitivement toute la crédibilité du groupe pro-occidental au sein de l’État Russe au point que même des gens comme l’ancien président Medvedev a dû se transformer en faucon pour survivre politiquement.

Troisième problème, aux yeux des prochains dirigeants du monde, l’Asie, nous aurons perdu la face. Pour eux, c’est aussi crucial que le respect de la parole donnée dans le monde musulman que nous n’avons plus depuis longtemps. Nous aurons aussi perdu les derniers oripeaux de notre indépendance vis-à-vis de nos maîtres outre-Atlantique. Ils savent désormais qu’ils peuvent s’essuyer les pieds sur nous. D’autant plus que, comme lors de des précédentes sanctions, ils nous imposent de prendre des interdictions qu’ils ne suivent pas eux-mêmes ou alors avec tant d’exceptions qu’elles ne les touchent pas.

Quatrième problème, nous sommes confrontés à une double crise économique que nous avons totalement provoquée nous-même. D’une part avec nos auto-sanctions et d’autre part avec les retombées de la gabegie de la gestion du Covid : trop peu, trop tard et pas au bon endroit.

Les victimes sont et seront toutes les soutièr.e.s qui ont trimé comme des bêtes pendant le Covid et sont encore plus maltraité.e.s qu’avant : les ouvriers qu’on a envoyé à l’abattoir dans des locaux insalubres du point de vue contagion, les personnes du « soin » et de la santé, désarmées par des années de restrictions et que l’on a abusées avec des promesses, comme d’habitude non-tenues, pour compenser l’impéritie des 12 sinistres de la Santé en Belgique comme des quelques autres en Europe. On l’oublie, le cul sur notre chaise en nous croyant à la barre, mais ce sont ceux et celles qui travaillent debout qui font avancer le bateau.

Liens supplémentaires, rajout et précision ajoutés les 14/06 et 15/06

La défaite ukrainienne se confirme

Tout le monde se souvient de ce mot de John F. Kennedy : « la victoire a cent pères mais la défaite est orpheline ». Nous en sommes à ce stade dans la guerre d’Ukraine où tout le monde et son chien essaie de repasser la patate chaude à son voisin, surtout aux USA qui ont fomenté tout l’affaire depuis le support à la guerre depuis 2014 jusqu’aux menaces de moins en moins voilées d’armement nucléaire de l’Ukraine.

Les services de renseignement (CIA, NSA & C°) sont accusés de ne pouvoir fournir assez d’information sur les faits réels de la guerre et d’en être réduits à répéter les mensonges illusoires du « si peu » Pdt Zelensky (Z.). Ils en rejettent la faute sur le manque de collaboration des Ukrainiens eux-mêmes et pour cause : les dictatures ont la particularité de s’illusionner facilement sur elles-mêmes car personne n’ose contredire son supérieur et pourtant, c’est de la base que vient l’information fiable sur le monde réel.

Les Ukrainiens sont à peu près ce qui se fait de pire dans le genre : suppression de toute la presse critique et des partis d’opposition depuis déjà avant la guerre, ils sont en plus infestés de néo-nazis qui ont gangrené la police depuis que leurs séides ont été nommés aux postes de (re)direction. Ces pro-hitlériens au petit pied ont aussi noyauté l’armée avec la bénédiction des formateurs, les Anglais en tête comme toujours quand il y a un sale coup à commettre. Les Canadiens, les USA, les Hollandais et les pays nordiques n’ont pas été en reste. Bref, il n’y a plus aucun moyen pour la tête de savoir ce que font les pieds.

Pas d’information fiable non plus sur les actions de l’ennemi sur qui les nazis rejettent tous les crimes qu’ils commettent eux-même. Par exemple, selon mes sources, si la Croix-Rouge (CICR) a bien accès aux prisonniers Ukrainiens tant ceux de la Russie que ceux du Donbass (DNR + LNR), cet organisme de surveillance du respect des lois de la guerre n’a toujours rien communiqué sur les prisonniers des forces alliées au main des Ukrainiens. On a pourtant vu tortures et exécutions des prisonniers russes passer sur Telegram, au grand dam des firmes de Relations Publiques (PR) chargés de fournir la matière des articles de nos journalistes occidentaux obéissants dans la MSM.

La diplomatie a été réduite à la portion congrue de côté occidental. Son opinion publique intoxiquée par la caricature du camp d’en face, la première a beau jeu de rejeter son inefficience sur les gouvernements qui à force d’expulsions de diplomates, d’injures et de serments bravaches ont « un peu » bloqué le jeu habituel des chancelleries. Leurs occupants rejettent la faute sur la Maison-Blanche occupée par le titubant et inébranlable faucon qu’est Joe Biden : depuis 50 ans il a toujours voté en faveur de toutes les aventures militaires initiées par son pays.

Cette fois, les militaires n’étant pas de la partie, ce sont les sanctions économiques qui ont servi d’armes et le choc en retour ne passe pas bien du tout avec l’essence qui n’a jamais été aussi chère là-bas. Le parti de Joe l’Indien va se prendre une énorme raclée aux élections partielles de ce novembre ’22 ; je vous recommande donc d’être bien attentif aux traditionnelles « Surprises d’Octobre » des élections US.

Sauf les tarés des Think Tank néo-conservateurs tant Démocrates que Républicains qui monopolisent le Secrétariat d’État des USA non-stop depuis W. Bush il y a plus de 30 ans, personne n’a envie de jouer à la roulette russe avec des bombes atomiques. Il s’agit pourtant d’une issue inéluctable si on va au combat avec la Russie : les USA prétendent pouvoir utiliser le nucléaire comme arme de champ de bataille avec des missiles double usage (traditionnel ou nucléaire, bonjour l’incertitude) et les Russes l’utiliseront s’ils perdent ou si leur adversaire l’utilise en premier. Le tout forme le cocktail idéal pour un dérapage incontrôlable et définitif pour les occupants de la Terre. Les militaires, vous l’avez remarqué, sont les plus sages du côté occidental car ils ne savent très bien que même si on n’en arrive pas à la cueillette des champignons, le sang qui va couler, c’est le leur ou en tout cas celui de leurs troupes*. Eux non plus ne veulent pas porter le poids des évènements et ils peuvent dire pour leur défense qu’ils ont toujours freiné cet emballement imbécile.

Les collaborateurs de la presse MSM qui ont bien joué leur rôle dans l’hystérisation de ce conflit très local sont en train de passer rapidement au mode mineur. Plus de grands titres en première page. Les rares bulletins de la propagande habituelle des PR sont relégués en pages intérieures. Là aussi, on prépare le virage en douceur. Attendez encore un peu quand nos fidèles re-copieurs vont devoir reconnaître qu’ils ont « involontairement » intoxiqué leur public comme d’ailleurs à chaque guerre ou « opération spéciale » occidentale : les couveuses du Koweït, le sarin en Syrie, les « génocides » en Libye et au Kosovo, etc… Ils n’ont d’ailleurs toujours pas reconnu qu’ils avaient aussi bidonné les infos sur les guerres en Yougoslavie (démarrée en réalité par les Croates pilotés par l’Allemagne**) puis sur la Serbie mais il faut dire que ces derniers sont toujours des alliés de la Russie.

Enfin, il reste LE coupable idéal, le Z, qui commence a serrer les fesses vu que l’on commence à parler du fait que son armée aurait des désaccords avec lui, histoire pour se dédouaner à son tour de la débâcle. Et Z doit encore plus être inquiet puisqu’on connaît les bonnes habitudes impériales de larguer ses alliés en plein vol. Qui disait déjà qu’être l’ennemi des USA est dangereux mais qu’être son allié est mortel ?


(*) Tout le monde n’a pas des généraux qui vont en première ligne pour tâter le terrain. Chez nous ce sont plutôt des culs de plomb dans les abris et des collectionneurs: huit rangs de décorations en temps de paix, je vous laisse deviner ce que va faire comme ferblanterie si on se fritte en direct avec l’armée rouge.

(**) Les Croates ont toujours été de fidèles alliés des Allemands depuis les Oustachis en 1940 dont les atrocités à l’égard de la population Serbe abasourdissaient même la SS.

La défaite inéluctable de l’Ukraine

Il y a sur Investig’action la traduction d’un article d’Antiwar qui est à lire impérativement : il explique le retournement du New York Times (NYT) amorcé précédemment face à ce qui est clairement devenu une défaite inéluctable de l’Ukraine. Ses instructions à Zelensky deviennent clairement « NÉGOCIEZ ! » Comme le NYT est LA référence, l’Oracle de l’Establishment occidental, le reste de la meute, média et gouvernements et éditocrates, va suivre car la guerre commence à coûter trop cher : plus seulement de la chair à canon ukrainienne mais aussi une belle crise économique en bonne et due forme.

Je ne vais pas aller plus loin dans l’introduction à cet article indispensable (bis) mais je vais quand même souligner que des élections se pointent pour cet automne 20222 aux USA et que les Républicains sont en voie de gagner.

Pour l’instant, les alliés Russie-DPL-RPL finissent de récupérer le territoire des deux républiques indépendantistes ainsi qu’un pont terrestre vers la très stratégique Crimée. Le meilleur des troupes ukrainienne a disparu dans le hachoir de l’artillerie russe et lors de la reprise de Mariupol par les Alliés. Militairement, plus grand chose ne s’oppose à une prise en main du reste de la zone russophone et historiquement russe qui avait été donnée à l’Ukraine tout au long du XXe siècle dans le cadre de l’URSS.

Les apports d’armes technologiques occidentales n’apporteront plus la victoire, ils accessoirement alimenter le marché noir et, surtout, ils vont augmenter le prix payé par les deux parties en présence donc rendre la paix plus chère à négocier. Et en attendant, ils vont augmenter le risque de dérapage : imaginons un instant que les nouveaux canons et missiles à longue portée offert par les USA soient détournés par « les fous de Dieu d’hitler » locaux pour tirer sur des villes de Russie… Celle-ci a déjà prévenu qu’elle rétorquerait en visant non l’Ukraine mais les fournisseurs. Seront-ce juste les intermédiaires ou aussi les donneurs d’ordre tel M. Blinken ?

Ensuite, ça ne se remarque pas beaucoup de l’autre coté de l’Atlantique mais la Turquie commence à regimber sérieusement à être traitée comme la dernière roue du carrosse OTAN. Comme c’est elle qui contrôle l’accès à la Mer Noire régulé par des traités que personne ne veut fouler au pieds, ce n’est pas de bon augure. Bien sûr, il y a l’accès aux routes maritimes de l’Arctique qu’ouvrirait l’entrée dans l’OTAN de la Norvège et de la Finlande mais les stratèges de Washington se demandent peut-être si les risques majeurs que cela va entraîner vaut vraiment le coup : se mettre la Russie ET la Turquie à dos, ça commence a faire beaucoup comme enjeu pour une donne de poker où les cartes déjà visibles ne sont pas bonnes du tout. Comme les militaires de tous les pays de l’Otan disent depuis le début qu’il n’aurait pas fallu commencer cette partie, ce ne sont pas eux qui vont s’opposer à ce que les USA se couchent au lieu de relancer.

Encore un peu de patience et nous saurons si nous allons vers des lendemains qui chantent ou des aurores de minuit illuminant la récolte des champignons nucléaires.

Edit : Une référence aux déclarations Russes du jour a été ajoutée

Caramba, encore raté !

Je vous avais préparé pour votre week-end un bel article abondamment sourcé et documenté autour de la thèse que les néo-conservateurs du genre de Pompeo, Kagan, Nulland et la clique à Hillary Clinton pensaient jouer au poker en Ukraine alors qu’en fait, ils jouaient à la roulette russe avec des armes nucléaires.

A quelques heures de la publication, voila que les USA contactent la Russie pour leur proposer un cessez-le-feu en Ukraine. Vous l’avez sûrement lu un peu partout. Au passage, cela en dit long sur l’autonomie du comédien Zelenski et l’illusion qu’il pourrait avoir de commander quoi que ce soit.

En général, ce n’est pas le gagnant qui demande un cessez-le-feu. Si les USA le demandent, c’est peut-être que mes prédictions basées sur celles de nombreux experts militaires et stratèges il y a 10 jours, à propos de l’effondrement prochain de la défense ukrainienne n’étaient pas tout à fait inexactes. Il est très peu probable que la Russie réponde positivement à cette offre en ce moment : on leur a déjà fait le coup en Syrie où les cessez-le feu n’ont jamais tenu que le temps de faire venir de nouvelles armes depuis les entrepôts quasi-infinis du Pentagone (40 à 45% des dépenses militaires mondiales). En plus, les promesses des USA n’engagent que ceux qui y croient et ça ne fait plus grand monde vu leur détestable habitude de manger leur parole à la première occasion : traité anti-missiles puis celui sur les armes nucléaires de théâtre, non-expansion de l’Otan, Accord de Vienne sur l’Iran, etc..

Accessoirement, ça veut aussi dire que la propagande médiatique occidentale nous racontait des salades mais ça on a l’habitude puisqu’ils nous le font à chaque nouvelle guerre depuis au moins la Yougoslavie il y a 20 ans, et même depuis ’14-’18 & ’40-’45 pour peu que quelqu’un se souvienne des journaux de l’époque. C’est vrai des deux côtés mais les belles histoires des agences de relations publiques occidentales font honneur à l’occident Otanien : hypocrisie, demi-mensonges et contes à dormir debout qui ne tiennent que le temps d’un conflit et que la paix ramènent tout puants à la surface : Timisoara et Kosovo pour en prendre deux exemples proches qui sont « arrivés près de chez vous. »

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais on parle beaucoup moins de l’Ukraine dans nos médias. Le conflit a quitté la première page ou en tout cas le premier titre alors que les morts ukrainiens n’ont jamais été aussi nombreux. On trouve même ici (traduit du Time) et là des articles rapportant que tout ne se passe pas bien du tout et que, oui, il y a eu des exactions du côté Ukrainien*. On trouve même ce genre d’affirmations dans le journal de réVérence qu’est devenu Le Monde. Ce n’est pas un hasard.

Ouvrons les yeux et nous allons assister dans les semaines à venir à la suite de la belle manœuvre du genre Miniver si bien décrite par le « 1984 » de Georges Orwell. Les sites internet des médias quasi-officiels vont discrètement réécrire voire effacer certains articles trop engagés, des nouveaux articles plus « balancés » voire dénonciateurs vont apparaître d’abord dans les pages intérieures et puis de plus en plus jusqu’au titres de la TV du soir.

Si vous lisez l’anglais, vous pourrez assister à la naissance de la vague dans le New York Times (NYT pour les intimes) que tout journaliste occidental carriériste ou simplement désireux de manger tous les jours se doit de lire avant de commencer à travailler à recopier servilement. Les autres se retrouvant brièvement au service des Sports ou à l’inauguration des chrysanthèmes avant de démissionner, ça unifie rapidement le paysage mais diminue notablement la souplesse de l’organisme dans son ensemble. Le conformisme obligatoire et omniprésent est la tare qui précipite la chute de tous les systèmes autoritaires**. Saurons-nous y échapper avec déjà une presse et une classe politique aussi démonétisés que corrompus par une idéologie managériale fascisante ?


(*) Mais si, ce sont des « bavures ». « Les bavures » ce sont les exactions courantes et habituelles de la police qu’un témoin fiable ou une vidéo viennent brutalement dénoncer en emmerd… tout le monde. Comme chez les policiers français qui votent à 80% pour La Pen et dont on s’étonne ensuite qu’ils tapent sans mesure sur tout ce qui dérange « la loi et l’ordre » « LEUR loi et LEUR ordre » pas si nouveau que ça, d’ailleurs. Ce n’est pas une spécialité française, il y a le même genre de « démocrates » à Bruxelles-Ville depuis 40 ans.

En Ukraine, les forces néo-nazies ont colonisé tant le ministère de l’Intérieur que celui de l’Armée et de la Justice dès l’époque Porochenko qu’ils avaient porté au pouvoir avec l’argent US et encore plus depuis que la marionnette Zelenski, piloté par un autre oligarque, est montée sur le trône. Avec le comportement habituel de ce genre d’oiseaux.

Là comme ailleurs, ce n’est pas un hasard et encore moins une bavure isolée mais une idéologie qui les entraînent immanquablement.

(**) Le nazisme fut affligé des mêmes maux qui le conduisirent notamment à produire bien au-delà de sa limite de validité le chasseur Bf-109 alors qu’ils disposaient du FW-190 largement plus moderne et adapté mais produit par un industriel moins en cour. Il y eu là bien d’autres exemples, bien sûr, mais celui-ci est simple et bien connu.

Les USA connaissent la même difficulté avec l’avion F-35, un ratage en milliers de milliards d’€ qu’ils imposent pourtant partout ainsi que les portes-avions géants et le char hyper-lourd Abrahams incapable de franchir un pont vu son poids. Tous totalement inadaptés à la guerre moderne mais avec les faveurs des décisionnaires, pas des utilisateurs. En son temps, l’URSS Brejnevienne n’avait pas pu s’adapter à temps au décollage de l’industrie légère et en est morte. Aujourd’hui et ici, la CEE est incapable de remettre en cause le néo-libéralisme sans frein ni barrières qui a déjà échoué partout ailleurs et échouera évidemment ici aussi. Tout ça accompagné de misères, de douleurs et de morts dans les rangs des plus pauvres et bientôt de toute la classe travailleuse. Mais comme ce ne sont pas eux qui décident…

Ukraine : « la défense territoriale » entre en scène

Il est parfois nécessaire de relever certaines informations discrètes comme celle-ci : “Le parlement ukrainien adopte une loi autorisant la défense territoriale à effectuer des missions dans les zones d’opérations de combat” (1). Mine de rien, c’est une information clé qui s’insère dans un tableau plus général caractérisé par un front de l’Est qui semble à l’arrêt mais quand les annonces militaires se limitent à se plaindre de l’artillerie russe (leur point fort), c’est mauvais signe.

La défense territoriale, ce sont des troupes qui ne sont pas entraînées au combat et qui n’en ont ni la forme physique (âge, notamment) ni l’armement. Ce sont des “réservistes de réservistes”, des troupes de basse police. Si cette “autorisation” qui est en fait un ordre de les envoyer au front, est donnée c’est vraisemblablement parce qu’il n’y a plus de vraies troupes sur ce front du Donbass où ont lieu les combats ou au moins plus assez (voir infra). Les soldats entraînés et équipés doivent être en grande partie morts ou hors de combat pour que Zelensky envoie le “Volkssturm”. Dois-je faire un rappel sur ce terme et ses implications ou les souvenirs sur l’état de l’armée Allemande en 1945 sont-ils encore assez frais ?

Le front du Donbass pour les Ukrainiens ce sont les 60.000 soldats qui, quelque part entre le 1e et le 10 mars, devaient anéantir la révolte des russophones du Donestk-Lougansk et que l’offensive russe du 25 février a pris de vitesse comme l’affirme le général Français Delawarde dans son article remarquablement intéressant par ailleurs. Ce sont… Non, c’étaient les troupes de choc de l’armée ukrainienne armés et entraînés par l’Otan (22.000 en 5 ans selon le Pentagone et Londres), les plus motivés… et les plus infestées de néo-nazis (2).

Je vous conseille https://www.vududroit.com/2022/05/guerre-en-ukraine-quelle-est-la-doctrine-russe/ qui est un article de théorie militaire écrit par un journaliste spécialiste de longue date des questions militaires (et pas un animateur de plateau TV) pour mesurer le temps qui nous sépare de l’écrasement des troupes ukrainiennes sur le front du Donbass. Pour les passionnés de la seconde Guerre Mondiale (GM) sur le front de l’Est, cette « tactique stratégique » russe rappellera des souvenirs.

Pour les anglophones ou ceux qui savent utiliser Deepl.com/Google Translate, il y a aussi deux articles de l’Allemand de Moon of Alabama ainsi son analyse du reportage de l’Agence France Presse (AFP via Yahoo) sur les soldats ukrainiens envoyés au repos. Rien que la photo est éclairante.


Si ce qui précède est exact, il ne restera plus alors à l’Ukraine que les troupes que l’attaque de diversion sur Kiev a fixé là-bas au début du conflit. Deux problèmes : d’abord elles n’ont plus assez de moyens de transport pour rejoindre le front car les trains sont à l’arrêt faute d’électricité (transformateurs détruits par les missiles de précision russes) et les camions sont en quantité insuffisante puisque, comme la Russie, l’Ukraine dépend principalement des trains pour ses communications militaires. C’est un héritage soviétique lié à la taille du pays d’alors. Les soldats pourraient y aller a pied. Les chars et les canons, c’est plus difficile. Deuxième problème, l’agitation militaire de façade (ou pas) en Biélorussie est une menace potentielle qui interdit aux Ukrainiens de tout basculer vers le nord-est.

Dans le Donbass, la rupture du front permettra à l’avancée russe de choisir :

– soit d’aller vers le Dnierp. Disons-le tout net : c’est inarrêtable sans intervention extérieure (Pologne ?) et la partie russophone de l’Ukraine serait alors à terme sous leur contrôle. C’est aussi la partie la plus riche de l’Ukraine : industrielle, agricole, minière (lithium et en anglais) qui disparaîtrait du coup. Ce qui disparaîtrait aussi c’est la garantie de l’Occident que les armes (de second choix (3)) livrées à Kiev seront un jour payées vu la faillite économique inéluctable de ce qui resterait de l’Ukraine.

– soit vers Odessa, zone mieux défendue qui impliquerait la perte de contrôle de la mer Noire pour l’Ukraine. Ce serait moins catastrophique pour les pays de l’Otan et l’Ukraine mais plus stratégique pour la Russie que le Dniepr qu’elle devrait probablement rendre, au moins en partie : l’expérience du Traité de Versailles suivi de 1933 a montré que ce n’est jamais une bonne idée d’affamer le perdant.

Tout cela ne se passera pas sans fortes agitations dans les chancelleries de l’Otan et faux drapeaux (« false flags ») comme intoxications médiatiques (infox ou « fake news ») dans nos média, soyez-en assurés.

—————————————————————————

Addendum du 7 mai 2022 : Anna News (en français) publie une évaluation des troupes de la Défense Territoriale concernées directement comme à venir et rejoint mon évaluation.

(1) Source : https://histoireetsociete.com/2022/05/05/operation-speciale-de-la-russie-en-ukraine-diffusion-en-ligne-jour-70/ mais vous la trouverez aussi sur d’autres sources francophones aussi fiables.

(2) On peut toujours compter sur les USA pour se choisir des alliés « mucho sympatico » : les fous de Dieu et le Wahhabisme Saoudien dans les pays musulmans y compris l’Afghanistan communiste (1978-1987), les dictateurs sanglants dans les pays d’Amérique Latine depuis 100 ans, les nazis en Ukraine dès 1946-1950 via l’UPA, et maintenant et aussi … https://www.donbass-insider.com/fr/2022/05/05/ces-francais-engages-en-ukraine-neonazisme-et-idiots-utiles/

(3) Je pense par exemple aux 100 vieux canons anti-aériens motorisés livrables par les allemands qui ne demandent « que » 6 mois de formation pour être utiles selon les militaires allemands qui les ont utilisés jadis. Encore faut-il que les Suisses autorisent la ré-exportation de leurs munitions (c’est eux qui les fabriquent) et c’est pas joué :-/

La charge de la preuve incombe toujours à celui qui émet l’affirmation (Même s’il s’agit de la Russie).

par Caitlin Johnstone (traduction John V. Doe pour Cocyec)

Eh bien vous serez choqués d’apprendre que, alors que l’invasion de l’Ukraine dont on nous a dit pendant des semaines qu’elle allait se produire d’un jour à l’autre n’a toujours pas eu lieu, les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré que la Russie a attaqué l’Ukraine d’une manière invisible et invérifiable dont les preuves sont secrètes.

« Vendredi, la Maison-Blanche a imputé à la Russie les cyberattaques de cette semaine, qui ont ciblé le ministère ukrainien de la défense et de grandes banques, et a mis en garde contre le risque de perturbations plus importantes dans les jours à venir », rapporte AP. « Anne Neuberger, conseillère adjointe à la sécurité nationale de l’administration Biden pour la cybernétique et les technologies émergentes, a déclaré que les États-Unis avaient rapidement lié les attaques de mardi à des officiers du renseignement militaire russe. »

« L’analyse des informations techniques montre que le GRU était presque certainement impliqué dans les attaques DDoS perturbatrices, ajoute un communiqué du ministère britannique des Affaires étrangères.

Aucune preuve de cette affirmation n’a été fournie au-delà du ton affirmatif avec lequel les responsables américains et britanniques l’ont prononcée, mais cela n’arrêtera probablement pas les arguments des gestionnaires narratifs occidentaux selon lesquels cette « attaque » justifie des sanctions économiques immédiates.

Vous avez probablement aussi entendu maintenant que le président Biden a annoncé lors d’un point de presse que Vladimir Poutine a pris la décision d’envahir l’Ukraine et de renverser violemment Kiev « dans les prochains jours », en citant uniquement les « services de renseignements ».

« Pour quelle raison pensez-vous qu’il envisage cette option ? », a demandé un journaliste à Biden après son discours.

« Nous avons une capacité de renseignement importante, merci beaucoup », a répondu le président, et a fait sa sortie.

Comme on nous l’a rappelé au début du mois lors d’un échange intéressant entre Ned Price, un communicant du département d’État, et Matt Lee de l’AP, les responsables américains sont fermement convaincus que le simple fait de placer le mot « renseignement » à coté d’affirmations doit être considéré comme une preuve solide que ces affirmations sont vraies, et la presse est censée jouer le jeu.

Et en effet, une grande partie de la classe politique et médiatique réagit à l’affirmation non prouvée de Biden selon laquelle Poutine a décidé de lancer une invasion terrestre à grande échelle de l’Ukraine comme si cette invasion était en train de se produire.

Il est incroyable qu'en 2022, alors que nous sommes confrontés à des défis tels que le covide et le changement climatique, un dirigeant national puisse déclencher une guerre qui pourrait tuer des milliers de personnes et créer des millions de réfugiés. Il existe une solution diplomatique à cette crise. Il est tragique que Poutine semble avoir l'intention de la rejeter.

- Bernie Sanders (@SenSanders) 18 février 2022

1. Les États-Unis disposent de renseignements indiquant que Poutine a pris la décision d'envahir davantage l'Ukraine.

2. L'invasion ira jusqu'à Kiev, une ville de 2,9 millions d'habitants.

L'Europe - le monde - ne sera plus le même si Biden a raison.

- Ivo Daalder (@IvoHDaalder) 18 février 2022

Il n’est même pas un tout petit peu rare que les présidents américains fassent des déclarations incendiaires sur des gouvernements qu’ils n’aiment pas sans information solide. https://t.co/5wp4CBrlvX

- Caitlin Johnstone ⏳ (@caitoz) 19 février 2022

Il y a aussi des accusations de faux drapeaux (ndt: false flag) au cours des combats dans l’est de l’Ukraine et de nombreuses autres affirmations sur ce que fait la Russie alors qu’elle se prépare à cette invasion qu’elle est censée lancer, et tout cela est accepté aveuglément comme objectivement vrai dans le discours politique dominant. Nulle part cela n’est remis en question. La responsabilité des États-Unis et de l’OTAN dans la création de ces tensions entre la Russie et l’Ukraine n’est jamais mentionnée, pas plus que les avantages géostratégiques que l’hégémonie américaine pourrait tirer de cette impasse. Rares sont ceux qui se donnent la peine d’essayer d’expliquer ce que Moscou gagnerait à envahir l’Ukraine, à l’exception d’une réflexion infantile du type « ils nous détestent pour notre liberté » pour affirmer combien Poutine ne supporte pas la démocratie.

Si, en ligne, vous mettez en doute la véracité de l’une ou l’autre de ces affirmations à la lumière de la longue histoire de ces institutions qui nous mentent sur ce genre de choses, ce sera traité comme une intervention étrange et bizarre qui est au mieux malavisée et au pire la preuve que vous êtes un agent du Kremlin. Je n’ai pas reçu autant de notifications de personnes me traitant d’agent russe depuis 2018, ce qui pour moi est drôle parce que tout ce que je disais sur les récits de la Russie occidentale en 2018 a depuis été complètement justifié.

Et je pense qu’il est important, pendant que tout cela se déroule, de prendre un moment pour nous rappeler que la charge de la preuve incombe toujours à la partie qui fait la réclamation. Il s’agit d’un principe de base que nous tenons tous pour vrai en matière de logique, de débat et dans le système juridique, et vraiment partout où des revendications contestées sont examinées, et cela ne cesse pas d’être le cas par magie simplement parce qu’une revendication est exprimée sur un ton affirmatif par des puissantes personnalités à propos d’un pays qu’elles n’aiment pas. Si vous faites une déclaration non pertinente dans le cadre d’une discussion sur Twitter, on vous demandera immédiatement de prouver qu’elle est vraie, mais si le gouvernement le plus puissant du monde fait une déclaration incendiaire qui pourrait avoir des conséquences sur le monde entier, nous sommes tous censés l’accepter, même si ce gouvernement a un long historique prouvé de fausses assertions.

Une interview étonnante de l'ancien chef du MI6 avec @B_judah de l'Atlantic Council (toute la bande est présente) où l'agent du renseignement *admet* que de nombreuses "fuites de renseignements" occidentales que les médias transmettent consciencieusement ne sont pas de vraies fuites mais des messages de propagande destinés à affaiblir Poutine. pic.twitter.com/UOzBxG5F5H

- Glenn Greenwald (@ggreenwald) 17 février 2022

Ce n’est pas à quelqu’un d’autre de prouver que les gouvernements américain et britannique mentent lorsqu’ils font ces affirmations, c’est aux gouvernements américain et britannique de prouver qu’ils disent la vérité. À un moment donné, après l’élection de Donald Trump, la doctrine progressiste dominante a consisté à dire que l’on pouvait dire tout ce que l’on voulait sur la Russie, même si c’était scandaleux, et ne pas subir de conséquences professionnelles si cela s’avérait complètement faux, et personne ne s’est vraiment opposé à cela. Tant de gens ont construit des carrières entières en suggérant pendant des années que toute la famille Trump allait être traînée menottes aux poings hors de la Maison Blanche pour collusion avec le Kremlin, et quand cela ne s’est pas avéré vrai, tout le monde a fait comme si de rien n’était et a continué sa carrière.

Mais ce n’est pas correct. Il n’est pas normal que cet environnement bizarre d’hystérie de guerre froide ait fait fondre le cerveau de tout le monde au cours des cinq dernières années. Il n’est pas normal que les normes les plus élémentaires de logique et de preuve aient été jetées aux toilettes. Il n’est pas normal que nous ayons maintenant des barbouzes du MI6 et des porte-voix de la CIA qui reconnaissent ouvertement que le gouvernement utilise la presse occidentale pour mener une guerre de l’information visant à affaiblir la Russie, alors que le gouvernement et la presse sont censés nous dire simplement la vérité.

Je ne sais pas ce qui va se passer avec l’Ukraine. Ce que je sais, c’est qu’il serait bon de faire reculer violemment la fenêtre d’Overton d’un débat acceptable à un point où la charge de la preuve doit être assumée même, et surtout, par les personnes les plus puissantes du monde. Et où, si cette charge n’est pas remplie, leurs revendications sont traitées avec tout le dédain qu’elles méritent.

Mon travail (ndt: de Caitlin Johnstone) est entièrement financé par les lecteurs, alors si vous avez apprécié ce texte, pensez à le partager, à me suivre sur Facebook, Twitter, Soundcloud ou YouTube, ou à verser de l’argent dans mon pot à pourboires sur Ko-fi, Patreon ou Paypal. Si vous voulez en lire plus, vous pouvez acheter mes livres (ndt: en anglais). La meilleure façon d’être sûr de voir ce que je publie est de s’inscrire à la liste de diffusion sur mon site web ou sur Substack, ce qui vous permettra d’être averti par courriel de tout ce que je publie. Tout le monde, à l’exception des plates-formes racistes, a la permission de republier, d’utiliser ou de traduire n’importe quelle partie de cet ouvrage (ou de tout ce que j’ai écrit) de la manière qu’il souhaite, et ce gratuitement. Pour plus d’informations sur qui je suis, où je me situe, et ce que j’essaie de faire avec cette plateforme, cliquez ici.