Lawfare, la plaie de la démocratie

Je ne parlerai pas des ennuis judiciaires présumés de Didier Reynders parce que le personnage me serait sympathique, loin de là. Simplement, les poursuites judiciaires plus ou moins fondées et leurs échos dans la presse sont devenues à l’évidence des obstacles à l’exercice de la démocratie.

Les anciens dirigeants de la gauche latino-américaine sont souvent poursuivi sans trop de preuves par les gouvernements de droite qui les ont remplacés et commettent souvent les mêmes délits qu’ils leur reprochent mais à des échelles logarithmiques. Lula et Dilma Roussef au Brésil sont en prison ou ont perdu leur poste pour des délits qui n’en sont pas ou émis sans la moindre preuve, pendant que leur procureur est maintenant au pouvoir dans un gouvernement d’extrême-droite qui érige en système la violence et l’injustice à l’égard des pauvres et des faibles.

Trump et Clinton furent empêtrés dans des historiettes judiciaires d’un format sans commune mesure avec la réalité des faits ou leur importance réelle: RussiaGate et Lewinsky respectivement. Le premier a disparu faute de réalité, le second a coûte plus de 4,4 millions de dollars au contribuable et plus de 40 millions aux parties en présence. En attendant, les présidents visés ont perdu de la crédibilité politique sans raisons réelles. Pire, en se centrant sur des fadaises, nous leur avons permis d’échapper à l’indispensable critique des leurs actions réelles. « Le scandale » est la néantisation du politique.

Dois-je parler des accusations judiciaires USAméricaines qui visent à détruire l’accord de cessations des hostilités en Colombie ? Des perquisitions farfelues chez la France Insoumise ? Souvenons-nous de la liquidation d’un responsable syndical bruxellois jugé « gauchisant » par sa direction. Argument utilisé : des arguties juridiques sur l’utilisation de fonds du syndicat, sans enrichissement personnel. Il en est mort. Le virage à droite du PS wallon mené par Di Rupo a été appuyé par des poursuites judiciaires venant opportunément salir ses opposants.

Non que nos dirigeants (et vedettes) doivent être exemptés de poursuites judiciaires, au contraire, ceux-ci échappant trop souvent à des accusations réelles ou sont condamnés à des peines symboliques. Mais, un gros « mais », cette injustice ne peut être compensée par des jugements hâtifs. Et encore moins par ceux de médias dont nous savons tous la révérence à l’égard des pouvoirs en place, quel qu’ils soient. Tout comme la censure privatisée, intéressée et très politiquement sélective des médias sociaux.

Il est clair qu’aujourd’hui, les poursuites et la délation sont devenus des moyens de rendre l’injustice, de pervertir la communication comme la vie politique et sociale. Même sous sa forme « représentative », la démocratie et sa justice sont assurément un meilleur système politique que la dictature des média, sociaux ou non, et des accusations basées sur des suspicions ou des preuves fabriquées.

Les terroristes, les vrais !

Les modérément modérés de l’Idlibstan syrien sont en train de se prendre la pâtée 🙂 et ça ne semble pas près de s’arrêter, éloignant d’autant leurs mortiers des marchés surpeuplés de Homs et de Hama où ils avaient souvent fait tomber leurs obus. J’en suis désolé pour les civils sous le feu mais heureux pour tous les autres qui sont débarrassés des coupeurs de têtes de l’État Islamique et autres Al-Quaïda qui nous ont révélé ce qu’étaient vraiment des terroristes.

Les vaincre sur le terrain n’est qu’un petit morceau d’une victoire sur les fous de Dieu. La suite dépend aussi de nous, de notre capacité de résistance sur les principes et de tolérance voire de flexibilité sur les détails. Je ne sais pas pour vous mais je nous vois mal partis à agresser les porteuses de burkini voire de foulard tout en fournissant des armes aux dictatures comme l’Arabie Saoudite et autres califats.

« Contro gli indipendentisti »

Mise à jour : La police a retiré la mention en question. Quand les faits ne correspondent pas à l’idéologie, il est temps de changer les faits.

Toute la presse a parlé des armes de guerre trouvé chez des fascistes en Italie. Le communiqué de la police italienne qui a saisi les armes déclare explicitement que ces armes ont servi au Dombass « contro gli indipendentisti » (« contre les indépendantistes »). Comme le soulignent les Chroniques du Grand Jeu « toute la presse MSM occidentale a souligné qu’ils avaient combattu « contre le régime », ce qui est en plus totalement illogique : l’extrême-droite sévi à Kiev, pas de l’autre côté qui est plutôt rouge. Mais bon, la presse occidentale et les faits, hein.

L’oppression : musulmans vs chrétiens.

Je viens de lire un rigolo qui affirmait que les musulmans oppressent les chrétiens depuis le VIIe siècle. Je ne croyais pas nécessaire de rappeler des évidences, mais si !

Les chrétiens n’ont pas le monopole de la violence mais le fait est que les pays militairement les plus développés et les plus expansionnistes depuis plus de 10-15 siècles se situent très majoritairement en Europe et en Amérique du Nord, pays très majoritairement chrétien. Les autres sont au mieux des outsiders et le plus souvent des victimes, musulmans ou pas.

Les Croisades furent des invasions meurtrières répétées. La Reconquista espagnole chassa toute la population musulmane (et juive qui fut accueillie par les Turcs et les arabes du Maghreb) pour prendre les plus anciens.

Ensuite, le colonialisme par les pays chrétiens puis les révolutions nationales pour les expulser, sans même parler des « dommages » à payer aux anciens pays colonisateurs, ainsi que l’exploitation néo-coloniale ont coûté lourd aux natifs de tous les pays concernés, musulmans inclus.

Plus proches de nous, les multiples guerres impériales dans les régions pétrolières ont fait des millions de victimes (1,5 Mls au moins pour le seul Irak en ajoutant les victimes de l’embargo à ceux des 2 guerres et le seigneurs de la guerre qui prospérèrent sur les décombres de l’Etat). La guerre en Syrie est le fait de « fous de Dieu » financés par l’Arabie Saoudite mais celle-ci est téléguidée par les USA qui fournissent plus ou moins gratuitement les armes qui y font des ravages. Et l’occupation US (chrétienne fondamentaliste) n’y est pas une illusion.

La Corne de l’Afrique fut et est toujours le théâtre de nombreux conflits dont les parrains sont très majoritairement « chrétiens », Orthodoxes russes (ou athées du temps de l’URSS) ou Protestants américains. On peut continuer longtemps, hélas.

Les « Fous de Dieu » musulmans sont pour la plupart des créations occidentales pour lutter contre le « communisme athée »: en Afghanistan contre le socialisme, par l’Arabie Saoudite et ses filiales mises en place en Europe en échange du pétrole, en Iran contre les socialistes à nouveau ce qui menât d’ailleurs au Khomeinisme, etc… Le Hamas est une création israélienne pour lutter contre l’OLP, laïc car socialiste et un mélange de musulmans et de chrétiens. Et sur le Golan, les mêmes israéliens ont soutenu les terroristes religieux locaux contre le gouvernement syrien.

Tout ça ne justifie pas le très improprement nommé « terrorisme » mais nous oblige quand même à tenir compte de ce qu’il s’agit souvent d’une réponse du berger à la bergère, d’une violence aveugle à une autre violence qui ne l’est hélas pas moins. Réponse d’un terrorisme plus ou moins organisé à une violence terroriste (merci à Julian Assange) d’états souvent chrétiens ou juif qui essaye d’ailleurs de le cacher (traduit) pour mieux en nier les origines.

Guerres impériales et réfugiés

Strategic Culture nous affirme que 50% des réfugiés du monde ont été lancés sur les chemins de l’exil du fait des guerres plus ou moins déclarées des USA. L’opposition interne à ce fait est parfaitement expliquée et représentée par la candidate présidentielle Tulsi Gabbard.

Du Venezuela, victime du blocus économique, au Honduras ou siège un pouvoir terroriste (mis à jour 05/06/2019) issu d’un coup d’état téléguidé et reconnu par les USA, pour ne parler que de l’Amérique Latine. L’Ukraine où 4 milliards de $ apportés par Victoria « Fuck EU » Nulland ont amenés au pouvoir une alliance « droite kleptocratique+extrême-droite néo-nazie« qui ont violemment attaqué tant les communistes que les russophones issus d’un rattachement assez récent (1954) d’une partie de la Russie à ce pays (on attend toujours une nouvelle politique de la part du clown récemment élu président) ; rejetés par la terreur et le négationnisme ukrainien, les habitants de ces régions ne rêvent que d’un retour à leur pays d’origine et, comme le million de réfugiés en Russie, ont été privés du droit de vote tant par les lois que par la force. La Crimée y est parvenue, les habitants du Donbass n’y arriveront vraisemblablement que l’émigration. D’autres zones peuplées plus ou moins majoritairement de non-ukrainiens « de race » en rêvent et sont soutenus par leurs pays respectifs au grand plaisir des suspects habituels.

Les Serbes dont l’infrastructure civile a été réduite à néant par les bombardements « ciblés ». La Syrie où les fous de Dieu payés et soutenus par l’AXE USA-Arabie Saoudite-Israël ont provoqué proportionnellement un des plus grands exodes de ce début du 21e siècle. L’Irak trois fois victime de deux guerres et d’un blocus meurtrier sans compter les retombées radio-actives issue de l’usage intensif de l’uranium « appauvri ». Le Yémen et maintenant l’Iran où blocus et bruit de bottes s’allient pour créer une insécurité propice aux migrations. Tous peuvent témoigner que les guerres de changement de régime ont d’abord atteint les populations.

Une autre constante de ces guerres d’annihilation du pouvoir en place et de la structure économique est la création de seigneurs de la guerre qui prolongent l’agonie. Le pire exemple est la Syrie où terroristes pro-Turcs, Kurdes pro-américains, terroristes soutenus par l’AXE et pouvoir élu s’opposent les uns aux autres mais la 2e place revient probablement à la Libye qui fut un pays social avancé tant économiquement que socialement et fut aussi un parrain de la stabilité régionale, notamment via des subventions Sud-Sud aujourd’hui oubliées. L’importance de ce rôle est évidente au vu des multiples guerres et guérilla qui sont apparues depuis dans cette région.

Le seul débat qui agite aujourd’hui la gauche européenne, submergée par cette émigration issue de guerres voulues par « l’allié » de l’Europe, est de savoir s’il s’agit d’une conséquence voulue ou juste de l’incompétence du-dit. En attendant, les nationalismes relèvent la tête. Et ça, c’est aussi un « changement de régime » qui s’annonce catastrophique.

La persécution des Tziganes au 21e siècle en Europe

« Europe needs educated Roma » (Tziganes, en français) « Continued discrimination against Roma in Europe not only violates human dignity, but is a major social problem crippling the development of eastern European countries with large Roma populations. »

Il n’y a pas qu’en Europe de l’Est que les tziganes sont pourchassés. Sur ce point, l’Italie cumule l’institutionnel (loi sur le fichage systématique sur base ethnique) et le populiste (ratonnades aussi fréquentes que meurtières et impunies), ils ne sont hélas pas les seuls. Pour ceux qui ont de la mémoire, cela rappelle de tristes prémisses. 🙁

P.S.: C’est publié originellement dans le britannique The Guardian mais pas toujours accessible à ce jour d’où le lien vers un site alternatif.

Bonnes et mauvaises nouvelles

Un exemple des résultats de l’Olivier à Bruxelles: 5.000 logements étaient promis pour cette législature. 211 ont été réellement construits. Chez les riches, La Libre reconnait « Les banques savaient pour les subprimes et n’ont rien fait », ils ne sont pas les seuls à le dire, ça n’empêche pas qu’on continue de les arroser de notre argent grâce notamment à des commissions (européennes) où ils sont à la fois les conseilleurs et les bénéficiaires. Plus loin de nous, c’est pire encore: une moisson de suicides raconte la seule issue de dizaines de milliers de paysans indiens (160.000 en 10 ans). Et disons-le clairement “La croissance verte est un leurre” (oui, je sais la mise en page de ce site est pitoyable mais en cherchant bien vous trouverez le texte)

Evidemment, il y a aussi des bonnes nouvelles: le Financial Times découvre que les paradis fiscaux sont une des causes de notre crise actuelle (comment ça, ils enfoncent une porte ouverte ?),  des fonctionnaires belges montent un site contre un ministre trop autoritaire, leurs homolgues français dénoncent les tripatouillages de statistiques qu’on les oblige à faireà Chicago la lutte syndicale a payé,

Il y a aussi des cas mitigés comme cet article sur le piège afghano-pakistanais dans lequel se précipite Obama voire les franches utopies et les contre utopies engendrant un désordre dont le résultat s’appelle « prison a gogo« . Et oui, c’est en anglais. Enfin, Dieudonné est rejeté par les mouvements de solidarité avec la Palestine, comme d’ailleurs par les Indigènes de la République. Pour paraphraser Henri Goldman, je suis d’accord avec 80% de ce qu’il dit mais il puait vraiment sur les 20 % restants et son alliance avec des fachos et anti-sémites notoires dépassaient tous 3 largement et depuis longtemps le tolérable.

Le juif suce et l’arabe nique ta mère

S’il vous manque un cliché dans votre panoplie de lutte contre le racisme anti-blanc, n’hésitez pas à aller voir « La journée de la jupe » qui décrit le calvaire subit par ce pauv’ prof assailli par une nuée d’objets circoncis.  Il remplacera avantageusement une cure intensive de la DH et de publicité du VB assorti d’une sauce Turtelbaum. En complément, le complot islamo-gauchiste est finement amené de ci, de là dans ce même melting pot. En partant d’une réalité vécue, il détourne le propos dans un  but clairement raciste, exactement comme dans la fameuse vidéo d’agression qui agite tant la blogosphère nationaliste.

Pour éviter d’être assimilé à un quelconque « Juif Süss* » de sinistre mémoire, le film cette accumulation de clichés est assorti lors des conférences de presse d’un soupçon d’une pincée d’allusion(s) au racisme subit par ces violeurs (musulmans ou nègres, c’est évident) qui de toute façon ne comprennent rien à La Laïcité, Fondement de Notre Europe.

Si vous souhaitez approfondir cette info, Mona Chollet dans un article du « Le lac des signes » vous fait ça bien, bien, moi je suis un peu énervé !

Mise à jour: Bellaciao sort aussi un texte sur ce film. Costaud morceau qui va ravir les intellos. Deux extraits pour vous amener l’eau à la bouche: « Au lieu de donner des armes à celles et ceux qui subissent des formes de dominations structurelles et systémiques, il les confine dans l’univers où ils souffrent, entre la compassion et la complaisance. » Et la conclusion: « On a de fortes raisons de croire que la fameuse puissance du pistolet est bien celle que la classe dominante aimerait faire goûter à la jeunesse ouvrière révoltée de ce pays. »

(*) Oui, je sais, le génocide juif n’a rien à voir avec le racisme anti-musulman… Sauf que 1933 n’est pas non plus 1945. Sauf qu’en Irak, il y a un million de morts civils et 4 millions de déplacés et que l’ex-Pdt US n’est pas soumis au même traitement ni médiatique ni juridique que le Pdt du Soudan pour 100 (ou 1.000) fois moins. Sauf que si les Gazaouis avaient été majoritairement chrétiens, Gaza se prénommerait Kosovo depuis longtemps au lieu d’être oublié petit à petit. Sauf que quand une journaliste est sanctionnée pour avoir rapporté des propos racistes, c’est dans un contexte bien précis, le même que celui qui nie certains nettoyages ethniques** . En d’autre mots: les nains aussi ont commencé petit.

(**) Notez quand même, en tête de l’article référencé, qui les combat.

Benoit 16, le facho

En 1995, le Cardinal Ratzinger écrit « une charge virulente contre les libertés individuelles et le système démocratique » qui sera publiée d’abord dans une revue chrétienne puis en 1998 rééditée, avec son antorisation, dans une revue d’extrême-droite: Die Aula.

http://www.rue89.com/2009/04/08/quand-benoit-xvi-ecrivait-dans-une-revue-facho

« Die Aula défend les négationnistes et ceux qu’elle nomme les « victimes de la liberté d’expression », à savoir les hommes politiques d’extrême droite qui sont condamnés pour offense à l’islam. Elle critique les lois qui répriment les propos révisionnistes, flirte très souvent avec l’antisémitisme et tente de réécrire l’histoire récente de l’Autriche. Lors de la nomination de Benoît XVI, elle avait bruyamment fait part de sa joie. »

Pour changer de ton, un petit lien sur le thème « Soyez sages ! Et si vous n’êtes pas sages, soyez prudents ».  Si vous ne cliquez pas sur ce lien, vous avez perdu l’occasion de sourire.