L’internet du samedi

La recommandation du jour, c’est ce vigoureux article du Monolecte sur les petites mains du télé-marketing que l’on oblige à travailler et dans des salles surpeuplées malgré le confinement. A ce sujet, il y a une pétition internationale de syndicats que je ne saurais trop vous inviter à signer.

Comme prévu par la Théorie du Choc de Naomi Klein, les entreprises et l’état en profitent pour étrangler nos droits et nous faire payer leurs additions. C’est spécialement vrai pour les plus faibles et les plus pauvres d’entre nous.

Ca n’a pas qu’un rapport lointain avec ce qui précède mais le CADTM fait l’analyse de la différence de traitement entre la dette de l’Allemagne en 1953 et celle de la Grèce actuellement. C’est éclairant.

Puisqu’on parle du Reich voisin, signalons qu’en testant intensément, comme en Corée du Sud, l’Allemagne évite le gros de la crise du Coronavirus pour le moment. Mais elle teste comme elle exporte : aux dépens des ses partenaires européens, car elle monopolise pour ses usages propres le réactif indispensable dont elle est quasiment la seule productrice (Qiagen et ) dans la CEE. Ces tests intensifs expliquent aussi la faible mortalité dont elle se prévaut : beaucoup de tests donc beaucoup de positifs. Par rapport au nombre de morts, ça donne de belles statistiques. Ailleurs en Europe, on teste (parfois) quand vous arrivez agonisant à l’hôpital (et que vous avez infecté toute la famille) : Italie et Espagne mais aussi Belgique. Tout le monde n’apprécie pas le freinage de l’Allemagne et de ses alliés sur cette matière comme sur bien d’autres.

Une bonne nouvelle quand même : les sangsues du monde publicitaire sont à l’agonie. Je les hais car sur le plan écologique, ils valent les marchands d’armes. S’ils pouvaient être rejoints par les croisiéristes ce serait une bonne nouvelle : la pollution d’un seul navire est plus importante que toute la ville de Marseille. A certains poins de vue, ces navires polluent plus que toutes les voitures du monde. En plus, ces rats naviguent sous faux pavillon pour ne se conformer aux lois et obligations sociales.

La guerre des prix du pétrole initié par l’Arabie Saoudite ne se déroule vraiment pas comme prévu. La Russie qu’elle voulait faire plier a mal mais se trouve désormais en bien meilleur posture qu’elle-même. Trump a dépêché une envoyée spéciale à MBS pour éviter que l’industrie de (son très cher) pétrole de schiste ne se casse lui aussi la gueule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *