Il n’a pas pardonné

Pour les juifs, ces jours-ci sont ceux de la fête du Grand Pardon. Eh bien Lui, il n’a pas pardonné et Il est venu éliminer ce que l’AFP appelle pudiquement « un leader populiste »: l’autrichien Jorg Haider. Vous pouvez sans risque traduire « populiste » par « néo-nazi »: fils de nazi, leader d’un parti fondé par d’anciens nazis, raciste, démagogue, Jorg Haider appelait systématiquement à la haine de l’autre. Simplement, comme l’anti-sémitisme se porte mal pour le moment, il avait temporairement trouvé un autre costume. (http://pierre.eyben.be/article325.html)

Mais qui est ce « Lui » qui nous apporte un si bonne nouvelle ? C’est là que les interprétations divergent:

– « C’est un tout nouveau  concept de la « voiture propre » :  celle qui par respect pour l’environnement humain international se révolte quand des ordures sont à l’intérieur… Pas de doute, le marché est vaste. » selon http://www.lesdoigtsdanslacrise.info/index.php?post/2008/10/11/Autriche-%3A-un-pas-de-plus-vers-la-voiture-propre (avec un belle photo en plus).

– C’est un célèbre postier français selon http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2008/10/dossier-51.html

En supplément, Il a eu le bon goût de ne pas le tuer sur le coup et c’est seulement pendant son transfert à l’hopital que le Grand l’a rappellé à Lui.

En conclusion, on a grand tort de dire du mal de la vitesse excessive et de l’alcool au volant: ça sert, parfois 😀

En tôle, et pour longtemps

Jean-Marc Rouillan, l’ancien co-patron d’Action Directe est de nouveau en tôle. Bien fait, c’est un assassin sans pitié qui n’a jamais renié les actes qu’il a commis. Comme les CCC. D’ailleurs la justice est implacable avec ce genre d’individus.

Ben justement, comme le répondait un membre du comité de soutien de Rouillan & Co au journaliste qui lui demandait:  « auriez-vous eu le même sursaut de commisération si les militants en question avait appartenu à l’extrême droite ?,« 

« Pour que je réponde à cette question, il aurait fallu que l’État vienne lui-même mettre à l’épreuve l’étendue de ma miséricorde en matière de répression antifasciste. Est-ce notre faute si l’on est obligés de constater que, depuis des lustres, les criminels d’extrême droite ont été libérés plus vite que leurs ombres ? Est-ce ma faute si je n’ai jamais eu le temps, hélas, de me mobiliser pour réclamer leur libération ? »

http://lmsi.net/spip.php?article672 détaille quelques’uns de ces cas en France et en Allemagne.

Bien sûr, en Belgique c’est tout différent. Les CCC ont été condamnés et emprisonnés à l’égal des tueurs du Brabant Wallon, du fondateur de Rex et autres collabos de l’époque nazie ou plus récemment des incendiaires du journal « Pour », des militants du WNP, des « marcheurs » VB des Fourons, des auteurs des multiples agressions racistes à Anvers comme à Bruxelles.

En Belgique, on ne libère pas anticipativement les militants d’extrême-droite. Simplement, on les poursuit peu.. ou mal…ou pas du tout. C’est encore plus simple.

Nationalisations ? Vraiment ?

On n’entend plus que ce mot là : « nationalisations » mais en est-ce vraiment ?

Selon le site « Les mots sont importants » http://lmsi.net/spip.php?article805, ce n’est vraiment pas le cas.

« La nationalisation, était un moyen de socialiser, de collectiviser certains secteurs de l’économie, pour déterminer de nouvelles logiques de production et de distribution. De substituer à celle du profit, celle de l’intérêt public. De mettre en cause la domination privée de l’économie, le pouvoir de l’argent, le règne d’une jungle où les puissants se nourrissent aux dépens des petits. »

Au contraire, ce que nous voyons aujourd’hui c’est un pervertissement complet de son sens: c’est « la tentative de sauvetage d’un système financier prédateur par le renflouement sur le dos des contribuables – et donc au préjudice de toute politique sociale – des caisses des spéculateurs. »

Israel est un pays normal

Entendre le futur ex-premier israelien, le faucon Ehud Olmert déclarer « je me suis trompé pendant 35 ans, nous devons nous retirer de presque tous les territoires (occupés, ndt) si ce n’est de tous » (http://www.un-echo-israel.net/spip.php?article6864) fait peut-être plaisir à Uri Averny (fondateur de Gush Shalom) et à tous les pacifistes mais c’est aussi un formidable constat d’échec de la scène politique israélienne.

Je dis bien « de la scène politique », pas de la « politique israelienne ». La politique israelienne va bien: Israel occupe un vaste territoire, illégalement et impunément. Il attaque tout aussi impunément des cibles civiles chez ses voisins (bombardements au Liban et en Syriue) sans la moindre réprimande du monde « civilisé ». Il enferme un peuple entier dans deux vastes prisons à ciel ouvert, leur interdisant de travailler, de donner cours librement, de se soigner correctement, liant leur nourriture à leur docilité pour ne pas dire leur humiliation. Sur la plan intérieur, le prétexte de la guerre permet d’imposer le libéralisme le plus sauvage et l’écrasement des droits sociaux sous couvert de patriotisme. Donc tout va vraiment bien.

La où est la catastrophe, c’est sur la scène politique. Qu’Israel doive se retirer tôt ou tard des territoires occupés est une évidence qui n’échappe qu’aux religieux, aux fous furieux et aux « colons » (si tant est qu’il y eu jamais une différence). Mais que le seul moment où un politicien israelien d’importance puisse le dire, ce soit dans son testament, voilà qui est l’indice d’une scène politique malade, nageant en pleine illusion, vivant sur des discours populistes pour ne pas dire démagogiques.

Vous me direz, quelle différence avec l’ex-Yougoslavie où les dernières élections ont menés les seuls politiciens ethniques au pouvoir, ou avec l’Autriche et la Flandre où la démagogie extrèmiste a 30% des voix. Peut-être n’y en a-t-il pas. Peut-être Israel est-il un pays normal. Si c’était vrai, ce serait une bonne nouvelle. Il faudrait juste en tirer les conséquences.

“Les profits d’aujourd’hui sont les emplois de demain” Ha, ha, ha.

Comment réprimer le fou-rire qui nous prend à cette ancienne déclaration d’Helmut Schmidt, l’ex-chancelier allemand. Depuis 20 ans, 10% du PIB ont déserté les salaires pour aller rétribuer le capital (les profits) sans qu’un seul € soit allé vers les investissements créateurs d’emplois. Au contraire tout est allé nourrir les délocalisations et une outre vide: le capitalisme financier spéculatif. Et ce n’est pas un hasard.

Comme dit Danielle Bleitrach dans http://socio13.wordpress.com/2008/10/05/quest-ce-quune-crise-systemique-et-en-quoi-cela-concerne-t-il-leurope-par-danielle-bleitrach/, « il ne s’agit pas cependant d’un processus aveugle, où par le seul effet de la tendance se seraient modifiés les rapports entre capital productif et capital financier, avec une hyperrentabilité du financier devenu un véritable cancer , il a fallu des décisions, des politiques, qui ont été parfois imposés dans les sang et le plus souvent par la répression. Il s’agit d’un choix politique mené activement par les pays les plus industrialisés, le G8″

Que font actuellement les plans Paulson aux USA, les (semi-) nationalisations dans ces même USA comme en Angleterre, en Belgique, en Hollande, en Allemagne ? Apporter encore plus d’argent dans ce gouffre qui continue d’enrichir les riches pendant que les pauvres vont perdre leurs maisons. Non seulement, les profits d’hier n’ont pas fait les emplois d’aujourd’hui mais les pertes d’aujourd’hui sont les profits de demain: regardez comme les plus riches se jettent sur la Bourse maintenant que les petits joueurs sont obligés de se retirer pour rembourser leurs emprunts : http://www.rue89.com/2008/10/04/crise-a-wall-street-warren-buffet-fait-ses-courses-0

Ceci dit, vous n’êtes pas obligés d’aller lire Danielle Bleitrach. Peut-être que vous préférez écouter Didier Reynders nous raconter comment il a « sauvé » Fortis, comment il va « sauver » Dexia et comment bientôt la richesse reviendra grâce au libéralisme « débarassé de ses excès ». Alors que le libéralisme EST, intrèsèquement, essentiellement, la confisaction de la plus-value du travail. Que le libéralisme EST justement cet excès. Et que rien n’a changé depuis la description du capitalisme boursier par Jack London en 1910 dans Radieuse Aurore. Je dirais bien que « ça ce se lit comme un roman. D’ailleurs c’est un roman, paru en poche et disponible à partir de 5 € en cherchant un peu sur le net et chez votre libraire ou bouquiniste favori » mais il me semble avoir vu cette phrase récemment 😉

Phynances, tcha tcha

On n’a pas vu C.C.E. sur le front des phynances ces jours-ci. Pourtant, tout ce que chacun d’entre nous avait prédit dans ses e-mails, discussions, interventions s’est réalisé: la finance prédatrice se casse la gueule dans son propre emballement, la « croissance infinie » ne vivait que dans les rêves des libéraux, la « main invisible du marché » n’existe qu’adossée à l’Etat pour réparer ses clowneries (« Et je ne met un W que pour rester poli » comme disait Franquin), etc…, etc…

Tout le monde en parle, alors pourquoi en rajouter. Ben parce qu’au milieu de cette cacophonie, il n’en reste pas moins qu’il y en a qui sont plus utiles que d’autres. Que certes, Roubini est l’oracle du jour (18 mois de prédictions exactes, ça force le respect: http://www.rgemonitor.com/blog/roubini/) mais que d’abord tout le monde ne lit pas l’américain dans le texte et qu’ensuite ce texte de CEMAB (http://www.cemab.be/news/2008/10/5822.php) contient de l’information mais SURTOUT une liste de sources pour les informations futures. Pour n’en citer que deux: Jacques Sapir (que je vous avais cité le 19 septembre) et http://blog.mondediplo.net/La-pompe-a-phynance. Pour les autres, allez voir « sur site » 😉

L’Edvige belge

1.6 millions de Belges sont fichés : http://archives.lesoir.be/1-6-million-de-citoyens-sont-fiches.-et-vous–_t-20081003-00J8AU.html . Mais ce n’est pas assez au yeux de la droite libérale (VLD) et catholique CD&V) flamande qui voudrait aussi voir fichés vos origines « raciales », vos choix religieux, votre vie privée, etc…

Ca a un goût d’Edvige (http://fr.wikipedia.org/wiki/EDVIGE), à peine croyable. Grand Complot ou simple « copier-coller » des volontés d’un autre catholique-libéral d’outre-quiévrain. En une période où on met la pression sur les travailleurs pour remplir les trous de gestion des banques, il faut bien se donner les moyens de les tenir en laisse… et je ne parle pas des banques évidemment.

A ce sujet, je vous conseille vivement la lecture de « Itinéraire d’un salaud ordinaire » de Didier Daeninckx pour voir comment le pouvoir en place, quel qu’il soit, utilise ce genre d’information. Ca ce se lit comme un roman. D’ailleurs c’est un roman, policier même, paru en poche et disponible à partir de 5 € en cherchant un peu sur le net et chez votre libraire ou bouquiniste favori.

Sauvez le Chien Rouge

Pourquoi faut-il sauver un chien ? Même rouge ?

Parce que le fondateur du Point, un hebdomadaire qui est important et fut respectable peut se permettre de parler d’enfants qui n’ont pas la même couleur de peau que lui dans cet article http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/huis-clos/989/0/278948 en les traitant « d’exotiques » « qui ne parlent pas (…) (le français) avec leur congénères ». Et ce sans s’attirer de coup de pied au c… ailleurs que sur Internet.

Exotiques, congénères: pas besoin d’ouvrir un dictionnaire pour sentir tout le poids du racisme en voie d’institutionalisation dans la france de Sakro. Impunément. Pendant qu’un groupe de rap en est à son 5e (oui, cinquième) procés pour avoir rappelé aux français que la police assassine impunément ses frères algériens: http://www.la-rumeur.com/

Parce que Denis Robert a dû cesser de s’exprimer sur le scandale du blanchiment d’argent avec l’aide du Luxembourg (http://www.ladominationdumonde.blogspot.com/) et autres paradis fiscaux (comme ceux décrits ici: http://premiereslignes.blogs.nouvelobs.com/). Non pas parce qu’il a menti mais parce que les banques ont beau être en faillite, elles peuvent noyer leurs opposants sous les procès, même gagnés.

Alors quand des journeaux comme CQFD (alias le Chien Rouge) appellent à l’aide comme ici :http://cequilfautdetruire.org/spip.php?rubrique74, ben il faut s’abonner. Parce que sous peu, il n’en restera pas lourd de ces chiens rouges qui mordent les bonnes fesses.

Combien de gauches ?

« Il y a deux gauches ; pas trois, pas douze : deux. Une qui se bat et l’autre qui renie et trahit. (…) Une qui se donne les moyens de ses projets d’émancipation, et mérite à ce titre le qualificatif de Vraie gauche. Et une qui (…) se proclam(e) « socialiste ET libérale ».

Voilà ! Comme ça c’est plus simple ?

C’est toujours sur http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2008/09/les-choses-sont-simples.html

Pourquoi faire grève aujourd’hui

« Là encore, les choses sont d’une simplicité vertigineuse : tout augmente et surtout les produits de première nécessité, et la droite vole au secours des banquiers. La voilà, la crue réalité d’un gouvernement de guerre de classe, la voilà, la profonde abjection des néolibéraux, la voilà, l’iniquité parfaite et absolue d’une société de violence sociale qui n’offre que l’exploitation pour tenter à grand’ peine de de gagner sa vie, et l’aliénation par le consumérisme pour tenter d’oublier sa vie de con. Et curieusement, en effet, ce constat met très très en colère. Et cette colère contre cette pourriture dominante est la seule qui puisse prétendre à la légitimité. La seule viable. Et la seule qui vaille qu’on s’en donne les moyens. »

C’est clair, c’est net et c’est sur: http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2008/10/prodige.html