« Si vous nous empêchez de rêver, nous vous empêcherons de dormir »

Je suis très préoccupé par les propositions législatives concernant la gouvernance économique de l’Union européenne, en lien avec le « Pacte pour l’Euro », qui sont actuellement en discussion au Parlement européen.

Jusqu’à présent, l’argent de mes impôts a servi à sauver les banques et les grands investisseurs, alors que je dois, chaque jour davantage, supporter la dégradation des services publics, du pouvoir d’achat, des salaires et des retraites.

Les propositions de la Commission européenne et des gouvernements de l’Union risquent d’aggraver encore situation. Elles obligent les gouvernements européens à une surenchère de mesures d’austérité pour satisfaire l’industrie financière.  Depuis tant d’années qu’elles sont imposées dans les PVD, nous avons vu et revu que les « purges » à la mode FMI (reprises par la BCE) ne font qu’appauvrir encore plus ceux qui doivent les subir, à briser les classes moyennes, à détruire la démocratie en la privant de ses supports naturels: liberté, égalité, fraternité, justice. De plus, elles accordent à la Commission européenne des pouvoirs considérables pour surveiller et sanctionner les Etats, sans réel contrôle démocratique, notamment des Parlements, tant européen que nationaux.

Je souhaite ici vous informer de mon opposition ferme à ces dispositions. La coordination économique à l’échelle européenne doit se faire dans l’intérêt des peuples et dans le sens souhaité par vos électeurs. Rappelez-vous ce slogan espagnol « si (en nous réduisant à la misère) vous nous empêchez de rêver, nous vous empêcherons de dormir ».

En tant que citoyen européen, je vous appelle à rejeter ces propositions législatives à l’occasion du prochain vote au Parlement européen. Un dialogue doit s’engager avec les organisations de la société civile et les citoyens, afin que la coordination des politiques économiques mette en premier plan l’intérêt des gens et non celui de la spéculation financière qui va nous précipiter dans la prochaine crise comme elle nous a jeté dans la précédente.

C’est à adapter et à signer chez « www.oureurope.org »

Lettre ouverte aux « colons » de Judée-Samarie – Mise à jour 29/05/11

Ce qui me fait militer pour la paix en Israel/Palestine, quels que soient les choix que feront ceux qui veulent y vivre ensemble (contre vous, donc), c’est que la majorité israélienne dont vous êtes le pire soutien, se pense en situation de force pour toujours et donc qu’ils ont tout le temps devant pour « chasser tous les étrangers de la terre sacrée réservée depuis (et pour) toujours aux juifs par le mec la-haut ». Ce faisant, ils prennent un sacré risque: un mouvement de foule  antiAipac peut flamber à un moment donné aux USA, d’autant que  comme le Crif en France, il est coutumier des rodomontades imbéciles quand à ses succès.

L’opinion publique européenne est de plus en en plus pro-palestinienne, d’ailleurs contre ses faiseurs d’opinions et ses dirigeants. Aux USA, outre le risque évoqué ci-dessus, l’irruption de J Street va avoir un effet de révélateur de l’extrémisme des positions de plus en plus décriées du tout-puissant Aipac. Quand aux autres pays plus ou moins fraichement libérés de la colonisation et des dictatures, ils haïssent Israël qui a fourni sans sourciller des moyens et de l’expertise militaire et de contrôle des foules au pires abrutis et aux plus immondes salauds, Sakaachvili en Géorgie étant le plus proche de nous mais les dictatures sud-américaines et arabes comme le régime de l’apartheid en Afrique du Sud ont eu en leur temps plus que leur part. On vient encore d’en avoir un exemple en Egypte.

Pour corser encore plus le pari, vous voulez ignorer que la situation politico-économique mondiale est aussi instable qu’incertaine (euphémismes) et que les dirigeants occidentaux qui tiennent Israël sous perfusion par le biais d’un accès discret mais complet à la CEE ou comme aux USA où  Israël bénéficie à lui tout seul de 50 % des fonds de soutien alloués à l’ensemble des pays étrangers, peuvent se trouver brutalement obligés de sacrifier quelque chose pour retenir une opinion qui leur échappe. Et que ce soit comme d’habitude les juifs (que vous acculez à vous soutenir) qui servent de boucs émissaires n’aurait rien de complètement surprenant, surtout quand on voit la résurgence de l’anti-sémitisme, en même temps que du racisme en général d’ailleurs, dans les anciens pays du glacis soviétique, parfois membres de la CEE, Pologne et Lituanie en tête.

Maintenant, chers onéreux colons, peut-être êtes vous encore plus cyniques et sans scrupules que je ne le pense. Peut-être prenez-vous le pari du jusqu’au boutisme en sachant que si vous vous trompez, ce sont les juifs de la diaspora qui paieront et n’auront, pour certains, plus d’autre choix que l’aller-simple vers chez vous. L’alya forcée quoi. Ouais, bon, ben je crois que j’aime autant penser que vous êtes simplement inCONscients en plus d’être des fachos ou des fondamentalistes religieux… voire les quatre pour les plus atteints.

————————————————-

Deux références importantes apportent du blé à moudre à la publication originelle de cet article:
– l’article d’Akiva Eldar, éditorialiste à Haaretz, dit explicitement « Depuis 43 ans, Israël a été gouverné par des gens qui ont refusé de voir la réalité »  traduit par ici par ContreInfo
Uri Avnery de Gush Shalom fait un compte-rendu critique des dernières rodomontades de Netanyahou au Congrès américain, ici pour la traduction française par Contreinfo aussi. Et la version anglaise est là,

« Du peuple, par le peuple, pour le peuple »

Vivons-nous en démocratie ? « La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » pour reprendre l’expression d’un des pères fondateurs de la république américaine qui l’avait empruntée à Périclès.

Où voyez-vous « le gouvernement du peuple » quand tant de ses dirigeants s’auto-exonèrent de la loi (Italie, France…) et/ou effacent du code pénal les délits (financiers)  de leurs mandants. Et quand miracle, des puissants sont pris dans les filets entre les fautes de procédure et la prescription, jamais ne sont condamnés. Quand les politiques suivies condamnent sans appel la prochaine génération à vivre plus mal que la précédente: épuisement des ressources, pollution, fonds de pension qui pressurent le travailleur d’aujourd’hui et encore plus celui de demain pour le bénéfice… de qui, au fait ?

Où voyez-vous « par le peuple » quand les médias sont dans les mains des partis ou pire encore des industriels, quand le pouvoir en place s’assied sur les résultats de ses référendums en faisant voter encore et encore jusqu’à ce que le « bon choix » soit fait (Irlande, etc…) ou plus simplement en contournant ce vote (France) ? Où les résultats des élections sont sur-déterminées par l’argent et la classe sociale ? Où les possédant disposent d’un accès direct à « leur » élu ? Où quelques (très grosses) dizaines de jours après les élections, il n’y a toujours pas de gouvernement (Belgique) ?

Où voyez-vous « pour le peuple » quand ce pouvoir aide les banques plus que les gens, quand les inégalités se creusent, quand l’ascenseur social s’arrête ou fonctionne à rebours ? Quand  (voix chevrotante) « les jeunes d’aujourd’hui, mon bon monsieur » n’ont simplement plus d’avenir s’ils ne sont pas blancs, issus de la bonne classe sociale, du bon quartier et de la bonne école… payante, évidemment. Et à condition de vivre dans le bon pays.

Car bien sûr, il est plus confortable de vivre dans un pays proche du cœur de l’empire qui bénéficie des fruits du pillage du tiers-monde et de Gaïa que dans des pays dont les principales exportations sont ses enfants et/ou ses matières premières. A ce sujet, avez-vous remarqué que plus les sous-sols d’un pays africain sont riches plus les habitants sont pauvres et soumis aux guerres et aux dictatures ?

Avoir des richesses à distribuer pour calmer l’absence d’avenir ne fait pas de nos pays des démocraties. Juste des séquelles de l’empire romain où l’on distribuait du pain et des jeux pour calmer le sentiment d’injustice. Ah oui, « modernité » oblige, l’on y cultive aussi les caméras, la xénophobie et le sentiment d’insécurité (pas sociale, bien sûr) pour tenir le tout en place.

La sélection de la semaine

Medias
Infos et débats sur Wikileaks
http://www.psyetgeek.com/la-guerre-danonymous
http://owni.fr/2010/12/04/6-questions-sur-wikileaks-le-napster-du-journalisme/
http://fr.readwriteweb.com/2010/12/13/a-la-une/si-wikileaks-tait-une-chance/
http://blog.lesoir.be/wikileaks/2010/12/04/wikileaks-ne-nous-demande-rien/

Immigrés
Quand émigrer est un délit
La discrimination à l’embauche sur base de la couleur de peau
Et les bon comptes des immigrés dans la Sécu en France
Un arabe c’est un arabe et un préjugé c’est un préjugé 😀

Et un sourire pour finir: Tu serais pas un peu juif, toi ?

 

Terrorisme
Un film drôle sur deux apprenti-terroristes… Et réaliste en plus. On est trèèèès  loin des théories du complot et de l’équation « islam=terrorisme »
Recyclage : après l’attentat de Lockerbie dont les auteurs avaient variés suivant les nécessité du moment, on nous refait le même coup avec le meurtre de Rafic Hariri.
… Et une vérité bien rarement entendue, dans la bouche d’un américain qui fut très haut placé : « la guerre au terrorisme est un canular ».

Ecomomie
Un conte satirique sur l’Irlande par Paul Krugman
Socio-Traitres : Après Pascal Lamy (OMC) et DSK (FMI), voici Jospin dans « Les trahisons d’un social-démocrate français »
Le prochain sur la liste, c’est un grand européen, papa de la Secrétaire Générale du PS français* : Jacques Delors.

« La stratégie du choc »

Mise en application en Europe et un deuxième article sur le même sujet … et sur les travailleurs eux-mêmes
Le paradis des rentiers
Quand même la droite plaide pour une diminution des inégalités
« Les banksters réunis » s.a.
Les ententes secrètes des banques sur notre dos vues aussi par la RTBF.
Le plus grand hold-up de l’histoire qui restera impuni comme toujours

Le pic pétrolier est derrière nous … et un fausse bonne idée pour y échapper : le gaz de schiste

Amérique Latine,

Vénézuela : un paradis ou un enfer ? Les USA décideront. On dit merci à Wikileaks pour nous informer à ce sujet :-). En Colombie, c’est déjà l’enfer.

—————————————–

(*) Elle travaille sous le pseudonyme de Cécile Martine Aubry 🙂

Et vous, votre banque vous la voulez comment ?

A point, saisie , bien cuite ?

En tout cas, rôtie. Parce que ça commence à bien faire. Depuis 10 ou 20 ans, le seul Prix Nobel d’économie francophone, Maurice Allais clamait (ben oui, il est mort, maintenant) en téléspectateur (ben oui, on préfère inviter des abrutis beaux-parleurs) que la politique économique de la CEE ne pouvait conduire qu’au désastre. Non, vraiment cliquez sur ce lien et lisez-le jusqu’au bout: il y a deux articles dessous, avec en prime un mode d’emploi du bonhomme. Il  nous expliquait en 2009 que ce qu’on devait mondialiser d’urgence c’était le « socialiste » Pascal Lamy. Et que pour qui était de l’Europe de l’Est, les accepter tels quels sans barrières douanières c’était courir au désastre social ET financier. Désastre que nous voyons à l’œuvre depuis deux ans. Et même que les autorités européennes continuent d’aggraver sous la férule allemande (ben oui, on a touché le fond mais on creuse encore vaillamment).

Et s’il n’y avait que M. Allais. Mais il y a aussi Frederic Lordon et avec lui tous les autres publiés notamment sur le site de Paul Jorion. Et là je ne vous parle que des francophones. Il y a aussi les anglophones, comme Roubini (ici en français), que ContreInfo nous traduisait si bien (ben oui, il est mort aussi, pour le moment. Pas Roubini, Contreinfo. « Suivez, bordel » comme dirait Coluche, mort aussi d’ailleurs mais tout le monde ne le pleure pas. C’est totalement hors-sujet mais ça aère un peu avant la plongée).

Je parlais donc de tous ces économistes un peu intelligents, tout ces gens qui avaient prédit juste mais contre l’idéologie du moment et que nous commençons enfin à entre-apercevoir une fois de temps en temps dans les médias globaux. Ce sont ces entre-aperçus qui m’ont fourni l’essentiel de la matière d’aujourd’hui.

A tout seigneur, tout honneur, voici la merveille du néo-libéralisme (moins d’impôts, moins d’Etat, yeah !), voici… l’Irlande ! La grrrande réussite néo-libérale qui vient de se casser la gueule, comme prévu depuis…. oooh, je vous en ai parlé en mai 2010 et je  ne suis pas un spécialiste de l’économie, juste un curieux, donc bien en retard sur les « fut-futs » de pointe. Son état actuel est détaillé par Paul Krugman dans un billet plein d’humour et aussi par Gerard Filoche, ex-inspecteur du travail et ci-devant poursuivi comme tel pendant que son ancien employeur (l’Etat français) lui tire le tapis sous les pieds. Et puis aussi par le néo-libéral Libération qui a la mémoire bien courte pour oser se contredire ainsi sans rougir.

Ce qui est vraiment drôle, c’est qu’à une lettre et quelques kilomètres de là, en ISlande, il y a quelques mois, le peuple a décidé de faire payer ceux qui ont joué plutôt que tout un chacun. Et tant le menu peuple que l’économie du pays s’en portent infiniment mieux que ne s’en porte l’Irlande aujourd’hui. Et ils s’en porteront encore mieux que la « green Erin » dans deux ans. On parie ?

Depuis la crise de 2008, les causes premières de l’effondrement Irlandais, c’est à dire les banques, « socialisent les pertes et privatisent les bénéfices » (refrain connu) sous l’œil attendri de la BCE qui leur prête à 0,5 % d’intérêt l’argent qu’elles prêtent  à 3-4 voire 8 % aux États mis en difficultés par leurs spéculations. Nous parlons ici de milliers de milliards d’€, hein, pas des clopinettes du déficit de la Sécu. Et vous voudriez qu’on ne devienne pas enragés ?

A propos d’enragés, oubliez l’idée idiote de retirer l’argent des banques le 7 décembre comme vous y invite un « footbaliste » célèbre, c’est totalement contre-productif. Si vous voulez vraiment foutre la merde, achetez de l’argent-métal. Oui, c’est expliqué dans l’article ci-dessus, simplement fallait le lire jusqu’au bout mais comme je suis gentil, je vous ai remis le lien. Parce que le problème, c’est pas seulement en Europe avec la BCE, c’est aussi aux USA avec des organismes bancaires qui continuent les mêmes folies assurées que si elles perdent les contribuables paieront et sinon, c’est tout bénef.

Et si on laisse faire ce n’est pas fini, car l’endettement augmente encore en se transférant vers les privés. Une solution à cela développée dans le Monde Diplomatique: ne pas détruire les banques, les saisir. Et c’est ça ou vivre en encore pire que ce que nous voyons déjà maintenant en Belgique qui laisse (discrètement) tomber ses enfants les plus pauvres. Même Le Soir en parle, c’est vous dire. Parce que le plein emploi vous pouvez oublier et la bienveillance de puissants… pas besoin de vous faire un lien, n’est-ce pas ? Si quand même ? Allez, en voilà un qui déplore leur impunité de plus en plus grande. C’en est au point que même que l’Expansion, pourtant bien connement néo-libérale, les implore d’augmenter les salaires, c’est vous dire.

J’arrête là. Mais si vous trouvez qu’il y a trop à lire derrière ce billet (26 articles en comptant bien), vengez-vous en pensant que j’ai dû m’en farcir 10 fois plus pour vous extraire ces petites perles de sapience 🙂

Petite revue du net en vrac – corrigée

Simples, lisibles et même parfois drôles pour certains liens. Fouillés mais toujours compréhensibles pour les autres. Voici une petite revue des articles du net  qui m’ont marqués ces derniers jours.
1) Retraites

D’abord, deux petites vidéos drôles et sympa pour expliquer pourquoi la retraite par répartition ça marchera toujours mieux que la retraite par capitalisation. Traduction pour ceux qui n’ont pas compris : voici comment on nous enfume depuis 30 ans en mélangeant les chiffres. Ces vidéos sont claires et précises et ça vous permettra de tenir le crachoir à la prochaine réunion de famille.

2) La hiérarchie, c’est comme les étagères: plus c’est haut, moins ça sert

Une bonne nouvelle : la fin du management. ou en tout cas la démonstration de sa faillite. C’est la voie souriante explorée dans cet article publié par InternetActu.net

3) Indiscrétions sur Internet

Vous pensiez que Facebook ne ménageait guère votre vie privée (si vous ne le saviez pas ?) et surtout celle de vos enfants qui ne mesurent pas toujours combien les délires de leur adolescence qu’ils y exposent vont les poursuivre leur vie durant car Internet n’oublie rien, jamais 🙁

Rassurez-vous, c’est de la petite bière à côté des nouveaux réseaux sociaux comme Google Buzz et la téléphonie internet, surtout vue par le même Google.

4) La concurrence entre établissements scolaires.

Je ne sais pas à qui ça profite mais apparemment pas aux élèves : c’est testé à l’étranger et c’est la catastrophe

Et ne quittons pas le sujet de l’école avec cette angoissante question qui préoccupe tant les parents, que les élèves et les enseignants eux-mêmes : « Qu’est-ce qu’un bon prof » ?

5) Piratage ou usage commun ?

Pendant qu’on parle de l’usage que font nos chères têtes blondes (et nous) d’Internet, se pose une angoissante question: est-ce que copier c’est voler ? Voici une vison clairement exposée et argumentée, avec des mots simples.

6) La crise économique ne fait que commencer

Notre chronique habituelle  vous rapporte cette fois les propos pessimistes de Boursorama à propos de l’immobilier américain

Et le salut ne viendra pas des socio-démocrates à la Tony Blair & C°. L’article référencé prend ici l’exemple de Strauss-Khan à la tête du FMI. On avait déjà fait la même analyse avec le « socialiste » Pascal Lamy qui représentait l’Europe aux négociations de l’OMC. Ne parlons pas de Jacques Delors à la tête de l’Europe ou de Zapatero, présent à Bilderberg et ancien (?) agent de la CIA, qui préside aux destinées de l’Espagne.

Force est de constater que les partis (et syndicats) « de gauche » ne sont réellement de gauche que quand la gauche est dans la rue pour exiger qu’ils appliquent ce qu’ils ont promis. En d’autres mots: le vote de gauche est indissociable du combat militant. C’est ce que nous fait comprendre l’exemple actuel de l’Amérique Latine.

C’est aussi ce qui ressort de cette histoire de trois héros (+ une héroïne) qui ne recevront jamais la légion d’honneur (ou l’ordre de Léopold)

7) Les Verts

Le vert, c’est sympa mais ça peut flirter sans problème avec le vert-de-gris, si pas le brun, si on n’y fait pas attention. Le vert peut aussi se trouver à gauche. Voici le cas des USA décrit dans la Revue Internationales des Livres et des idées

8 ) « Qui tue le plus, tue le moins » – corrigé

Les arabo-musulmans seraint responsables de 5.480 morts… par jour… depuis 45 ans ? Zut, je me trompe et il s’agirait des forces de pacification de l’Occident Chrétien, non ? Naaan, jamais un blanc n’a oppressé ou occupé ou tué qui que ce soit au nom de sa religion, de son intérêt ou de son idéologie 😉 Le calcul est très documenté dans la réflexion menée ici par « Les Deux Terres »

Vous me direz que tout ça c’est du passé. On tourne la page et on continue la mission civilisatrice et démocratique (et liberalo-capitaliste) de l’occident. Si vous lisez l’anglais, en voici un bel exemple qui n’est ni simple ni court mais TRES édifiant, publié dans « The Nation ».

9) Sarkozy : un peu d’originalité

Si vous souhaitez une analyse originale de la dérive raciste française, voilà un article qui oublie la facilité. Mais lutter contre le racisme rampant, surtout dans nos rangs, ce n’est pas simple à démonter si l’on veut aller au fond des choses et donc comprendre pour appréhender le futur.

Leur faire peur !

Demain la crise, amplifiée même par la bêtise de la réaction européenne. Elle décolle de Grèce où les salaires ont déjà baissé de 20 à 30% en commençant par les fonctionnaires mais les autres suivront par effet d’entrainement. Ensuite, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande puis toute la zone € et une bonne partie du monde occidental plongera dans le gouffre de la déflation. Le plus dur est pour dans 2 à 3 ans si l’on en croit les économistes comme Frédéric Lordon et tous les autres anglophones un peu sérieux. Je vous renvoie pour le solde au billet précédent.

Alors face à cet avenir qui s’annonce sombre, que faire ? Jouer au Loto, déprimer, voter social-traitre (Papandréou comme Blair avant lui, est membre de l’IS (socialiste)), se suicider…

Aaah, se suicider quand votre chef vous harcèlera au-delà du supportable, vous videra les poches ou vous virera… Un conseil : ne partez pas seul, emmenez-le avec vous.

Vous verrez qu’au 5e Directeur des Ressources (in)Humaines qui sera « invité » à se joindre à l’explosion de colère d’un de ceux qu’il a privé de travail, de dignité, de vie, ils vont commencer à réfléchir avant de proposer un plan de « dégraissage ».

Vous verrez qu’au 3e PDG flingué par un travailleur ruiné par la délocalisation décidée par les actionnaires, ceux-ci auront de plus en plus de mal à en trouver, de ces exécuteurs de hautes-œuvres.

Vous verrez qu’au 10e huissier sautant de concert par la fenêtre du 9e avec le locataire dont il venait faire un SDF, ils seront moins nombreux à avoir envie de faire ce boulot.

Vous verrez qu’au 3e, 10e, 20e patron partant droit au ciel par la vertu d’une grenade déposée dans sa Merced’ par un prolo ruiné et en colère, ils vont commencer à se montre plus discrets. Ca sera déjà ça de pris.

Ceci dit, l’idée romantique de partir mais pas seul, popularisée parfois dans ses romans par le regretté Fajardie n’est pas la recette obligée. Toujours dans le romantisme de Fajardie, « La Nuit des Chats Bottés » proposait alternativement de se faire un petit barouf des familles en faisant sauter tout ce qui nous vole, nous opprime, nous agresse, nous tue à petit feu : une grenade coûte actuellement 50 € dans les quartiers chaud, une Kalach’ se négocie à partit de 200 €. Les armes de poing, c’est notablement plus cher, mais tellement plus discret. Quoiqu’une grenade, ça se loge aisément dans sac à dos à côté de l’ordinateur (même pas peur des portiques, vu la présence de l’ordi).

Sinon, le plastic est pas tellement complexe à fabriquer, d’un maniement sûr et d’une puissance de réflexion largement supérieure à celle d’un édito de BHL. Le plus coton, c’est le détonateur… mais on trouve tant de choses sur Internet :-). Pensez quand même à passer par la lecture d’un petit manuel du contre-espionnage ou  plus simplement par un proxy externe, voir interne comme Tor, avant d’aller fourrer votre nez, là ou vous ne devriez pas.

En tout cas, n’espérez pas leur faire peur en allant voter pour l’un de leurs larbins : qu’il s’agissent des bobos écolos, des sociaux-traîtres, des chrétiens « bénis oui-oui », des crapules de la droite à l’extrême-droite, tous appliqueront sans barguigner les injonctions du mortifère FMI expérimentées au prix de centaine de millions de morts depuis un demi-siècle dans le Tiers-Monde. Ah oui, comment s’appelle le patron du FMI :  DSK ? Il est pas membre du Parti Socialiste, celui-là ? Il est aussi un habitué de Bilderberg comme Pascal Lamy (PS), le patron de l’OMC qui nous a conduit à ces négociations néo-libérales dont chacun paie maintenant les pots cassés (sauf lui : plus de 100.000 € par mois, non-imposables, le séparent de la misère). Dignes héritiers de Gustav Noske qui eut sur les mains le sang de la commune de Berlin et plus spécifiquement de Rosa Luxemburg.

Mais bon, je sens que quand même, vous répugnez à l’action violente, pourtant tellement jouissive, sublimation de l’oppression vécue au quotidien. Alors « Que faire » ? Par exmple, le lire, ce vieux bouquin de Lénine. Facile, il ne fait que quelques pages. Et y ajouter « La révolution qui vient » (best-seller sur Amazon) qui valu un an de prison à son auteur présumé. Et puis réfléchir… et agir, du plus petit geste au plus grand :

– d’abord décider de venir à la réunion NoBorder à Bruxelles du 25 septembre au 3 octobre avec notamment ATTAC. Tous les renseignements sur le site, cliquez sur les liens, on vous dit 🙂

– voter, oui voter mais pour des partis qui sont vraiment de votre côté, à vos côtés (dans la majorité des maisons médicales en Flandre, par exemple), avec vous dans leurs journaux Solidaire de vos luttes, avec vous quand vous avez besoin d’un avocat, Jan Fermon, Ivo Flachet, Michel Graindorge et tant d’autres.

– remplacer la propagande de la TV par l’info critique sur Internet. Via des portails comme Rezo, Contreinfo ou les sites comme celui de Danielle Bleitrach, vous pouvez en savoir plus en 40 minutes qu’avec le même temps de bourrage de crâne du « JT+pubs ». Et la météo, vous l’avez sur Internet quand VOUS voulez, via  AccuWather par exemple.

– Se procurer un logiciel d’impression de code-barre (vous savez, ces trucs que lisent les caisses automatiques des grandes surfaces) pour réaliser quelques reprises prolétariennes, sans risques, sur des produits vitaux… ou non :-). Avec Linux, y’en a plein de gratuits mais en cherchant bien, vous en trouverez de même pour son concurrent à jeter par la fenêtre.

– Monter des comités d’entreprise pour éviter de se faire « embrouiller » par les syndicats jaunes quand il faudra dire « non » aux patrons, aux rentiers et à l’Etat. Tiens à propos de rentiers, saviez-vous que le revenu moyen d’un retraité actuel (ceux de demain, ce sera une autre musique) de l’OCDE est actuellement supérieur à celui d’un actif de la même région. Et quand on connait le nombre de retraités qui vivent avec moins de 900 € par mois, ça laisse rêveur sur les revenus des autres.

– Regrouper des comités de quartiers pour bloquer les accès aux huissiers et autres faiseurs de misère, pour réfléchir ensemble, expérimenter les SEL, protéger et éduquer nos petits et nos ados.

– Se battre pour imposer la Taxe Robin : 0,05 % de taxe sur les mouvements financiers. Ca générera 1.000 milliards d’€ par an sans difficultés. Nous aurons bien besoin de cet argent pour éviter le crash financier et ça ne gênera que la spéculation. En comptant bien, ça fait trois bonnes raisons de la défendre.

– proposer d’autres idées, ici ou dans des ailleurs plus fréquentés 🙂 Et puis en parler à vos voisins de palier et de travail. Rien ne fait plus peur au pouvoir que de voir les gens échanger entre eux, même sur le net, sans passer par les médias en leur pouvoir, dont Facebook, financé et surveillé par tant d’agences de renseignements, gouvernementales ou non.

Canna, bis ou encore ?

Selon Presseurop.eu « depuis que les autorités ferment les yeux sur la consommation de cannabis, on constate en République tchèque une baisse significative de la consommation de drogues dures. » Au surplus « la maladie de Parkinson (…) peut être traitée avec cette plante. »

A contrario, les éditeurs des revues tchèques qui en font la promotion rappellent elles-mêmes que « l’utilisation de cette drogue avant l’âge de 16 ans est néfaste, qu’elle peut conduire à la psychose chez les adolescents, que dans les plats elle peut être facilement utilisée à trop forte dose, que fumée elle est dangereuse et, comme toute matière organique inhalée, cancérigène. » C’est aussi un psychotrope, certes léger, mais à proscrire pour les personnes souffrant de troubles mentaux. Elle fait cependant largement moins de morts que l’alcool ou la cigarettes (produits, eux, dans nos pays et non dans le tiers-monde. Les uns sont légaux et pas les autres, pourquoi ? 😉 ).

Bref, « ni une panacée ni l’herbe du diable » mais renseignez-vous avant de l’utiliser de la meilleure manière qui soit : en la mangeant,  si on en croit ces spécialistes d’un genre qui mènerait droit en prison dans le reste de l’Europe où pourtant un habitant sur dix en consomme au moins occasionnellement.

La persécution des Tziganes au 21e siècle en Europe

« Europe needs educated Roma » (Tziganes, en français) « Continued discrimination against Roma in Europe not only violates human dignity, but is a major social problem crippling the development of eastern European countries with large Roma populations. »

Il n’y a pas qu’en Europe de l’Est que les tziganes sont pourchassés. Sur ce point, l’Italie cumule l’institutionnel (loi sur le fichage systématique sur base ethnique) et le populiste (ratonnades aussi fréquentes que meurtières et impunies), ils ne sont hélas pas les seuls. Pour ceux qui ont de la mémoire, cela rappelle de tristes prémisses. 🙁

P.S.: C’est publié originellement dans le britannique The Guardian mais pas toujours accessible à ce jour d’où le lien vers un site alternatif.

Robin des bois fiscal

Dans la a revue Alternatives Economique, un économiste aisé rappelle une idée pas neuve mais de bon sens : si on prenait (un peu) aux riches (dont lui-même) pour donner beaucoup aux pauvres.
Conclusions, féroces, de l’auteur:
1° Ce mécanisme éradiquerait la pauvreté et relancerait pleinement la consommation tellement indispensable à l’obsessionnelle croissance :-\
2° Les montants en jeu représentent les 2/3 des cadeaux fiscaux fait aux 10% les plus riches depuis 2000 en France  . En Belgique on pourrait les comparer aux bénéfices engrangés par l’imbécile mécanisme des intérêts notionnels et autres délires de ‘l’homme qui parlait à l’oreille des riches » (alias le belge Ministre des Finances Didier Reynders pour mes lecteurs français qiu n’ont pas, eux, de raison d’avoir lu ce livre. Les belges dans le même cas ont bien tort)

Mieux encore, dans un des commentaires, un internaute rapporte le calcul suivant :
« j’étais parvenu à l’idée de préférer ce mode de contribution de solidarité en l’indexant sur le patrimoine dont la répartition est scandaleusement plus inégale encore (le rapport entre les déciles extrêmes n’est pas de 6,6 mais de 2.135 !). Une taxation de 0,75%, loin d’être confiscatoire puisque les patrimoines les plus importants croissent de 5 à 6% par an, rapporterait environ le même montant que celui que vous envisagez ».

Mes conclusions personnelles :
1° C’est déjà ce qui se pratique dans les pays d’Amérique Latine où les socialistes bolivariens ou autres sont au pouvoir

2° J’insiste un peu mais ce sont des cacahuètes à coté de ce que nous avons collectivement offert aux banques pour les récompenser d’avoir perdu notre argent à la roulette (financière). Et non, elles n’ont toutes remboursé et celles qui l’ont fait ont pour cela joué cet argent en Bourse qui a du coup remonté. Mais ce serpent ne va pouvoir se mordre la queue longtemps : les actifs (actions, etc…) sont actuellement surévalués de 40% (voir la quasi totalité de la presse économique anglo-saxonne à ce sujet). Le résultat de cete roulette russe ne fait que commencer à se voir, au Japon,  en Europe (bis) avec le risque de déstabilisation de l’€ la 2e vague du crash des prêts immobiliers aux USA et  etc….

Pendant ce temps, le chomage explose aux USA comme en Europe (là, pas besoin de vous citer des sources, c’est un truisme pour nous tous). Moins en Chine qui s’est lancée dans une politique (pas toujours très contrôlée, hélas) d’investissements publics (notamment « verts » ) dans la plus pure tradition keynesienne.

3° Il y a des gens à qui certains souhaitent une TRES mauvaise année 2010 , c’est féroce mais dit avec beaucoup d’humour par l’auteur référencé dans le lien qui précède.